La Banque Scotia minimise les inquiétudes sur l'endettement des Canadiens

Publié le 22/03/2018 à 06:29

La Banque Scotia minimise les inquiétudes sur l'endettement des Canadiens

Publié le 22/03/2018 à 06:29

Par La Presse Canadienne

Le grand patron de la Banque Scotia a indiqué mercredi être en désaccord avec les récents avertissements du Fonds monétaire international (FMI) au sujet du niveau élevé d'endettement du Canada, et il a assuré être "à l'aise" avec le profil de risque du prêteur.


Lors d'une conférence à l'Université de Toronto, Brian Porter a dit avoir une «perspective différente› de celle du FMI et a estimé que l'organisme devrait s'intéresser à «l'autre côté du bilan», qui a suivi la cadence, ou même surpassé, des niveaux d'endettement dans leur ensemble.


«Je suis très à l'aise avec notre profil de risque», a-t-il déclaré.


Dans son rapport sur la stabilité financière mondiale d'octobre, le FMI a estimé que la dynamique du secteur privé non financier au Canada rendait son économie plus vulnérable à un resserrement des conditions financières et à un affaiblissement de l'activité économique.


Puis, la semaine dernière, un groupe financier international détenu par les banques centrales du monde a estimé que le ratio du crédit au produit intérieur brut et celui du service de la dette laissaient entrevoir certains signes avant-coureurs de vulnérabilités pour le système bancaire national dans les années à venir.


M. Porter, qui s'exprimait mercredi devant un auditoire de l'école de gestion Rotman, a affirmé qu'une analyse juste devait s'intéresser à une entité dans son intégralité, plutôt qu'à quelques données.


Il a aussi souligné que le capital conservé par les banques en guise de coussin de sécurité était plus important qu'il y a 10 ans.


«Aujourd'hui, nous sommes en meilleure posture», a affirmé M. Porter.


Le chef de la direction de la Scotia a cependant souligné qu'une des grandes menaces et priorités pour les banques était la cybersécurité.


Les dépenses technologiques de la Scotia, incluant les initiatives pour la cybersécurité, ont grimpé de 13 pour cent l'an dernier et atteignent maintenant plus de 3 milliards $, a noté M. Porter.


Il a aussi indiqué que les responsables de la technologie de toutes les grandes banques canadiennes travaillaient de concert avec la Banque du Canada et les autorités réglementaires bancaires fédérales au sujet de la cybersécurité.


M. Porter a aussi dit privilégier la prudence par rapport à la marche du secteur vers le «système bancaire ouvert», dans le cadre duquel de tierces parties, comme de jeunes entreprises spécialisées en technologie financière, pourraient obtenir un accès aux données des banques pour développer des applications.


Selon le patron de la Scotia, la vie privée et la sécurité devraient venir en premier.


«Réglons le cas de la vie privée et assurons-nous de nous améliorer dans la sécurité avant de nous lancer dans le système bancaire ouvert», a-t-il affirmé.


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février

Sur le même sujet

Les doutes sur la Scotia font monter son rendement de dividende

Édition du 22 Septembre 2018 | Stéphane Rolland

La Banque Scotia (BNS, 75,20 $) a-t-elle été trop gourmande ? Elle a près de 7 milliards de dollars en acquisitions ...

À surveiller: Scotia, BMO et Tiffany

29/08/2018 | Stéphane Rolland

Que faire avec les titres Scotia, BMO et Tiffany? Voici quelques recommandations d’analystes.

À la une

Vous avez des questions au sujet de votre retraite?

En participant à la Clinique Retraite de Les Affaires, vous pourriez avoir des réponses. Appel de candidatures.

Le faux débat de l'immigration

BLOGUE INVITÉ. Je suis fils d’immigrant. Mon père, bourguignon d’origine, est arrivé ...

Goodfood, Desjardins fait grimper le titre de 4%

Goodfood devient un partenaire de choix pour les épiciers et pourrait même devenir une cible d'acquisition.