Finances personnelles: les Québécois ne maintiennent pas leur résolution

Publié le 12/11/2012 à 07:58, mis à jour le 08/10/2013 à 09:08

Finances personnelles: les Québécois ne maintiennent pas leur résolution

Publié le 12/11/2012 à 07:58, mis à jour le 08/10/2013 à 09:08

Par lesaffaires.com

Il n’y a pas que les régimes et les abonnements au centre sportif qui prennent le bord. Les Québécois prennent de bonnes résolutions en ce qui concerne leurs finances personnelles, mais la très grande majorité ne les suivent pas, selon un sondage commandé par Capital One et SOS Dettes.


Quatre Québécois sur cinq prennent des résolutions financières, selon le sondage. Peu les respectent. Les femmes sont 88% à briser leur engagement et les hommes sont 67% à faire de même.


« Nous ne sommes pas étonnés d'apprendre que tant de Québécois ne tiennent pas leurs résolutions en matière de finances, car plus de la moitié d'entre eux n'utilisent pas les outils à leur disposition afin de les aider à atteindre leurs objectifs, » commente Estelle Forget, directrice de la succursale, SOS Dettes, dans un communiqué.


L’entreprise recommande aux Québécois de prendre leur résolution 2013 en avance, soit avant la période des Fêtes, où l’on a tendance à dépenser davantage.


Lorsqu’on parle de finances personnelles, les émotions ne sont jamais bien loin de la calculette.


La moitié des répondants (50%) qui ont pris une résolution sur l’argent ont éprouvé de la culpabilité, ont eu des querelles ou se sont sentis isolés de leurs proches en raison de leurs décisions.


Près du quart (24%) ont vécu des tensions avec leur conjoint en raison d’une résolution financière.


 


 

Sur le même sujet

Six façons d'améliorer votre cote de crédit

14:10 | Morningstar

Une mauvaise cote de crédit est en quelque sorte comme la grippe. Elle se présente sans s'annoncer ...

Retraite: personne ne veut dépendre de ses enfants

11:00 | Finance et Investissement

Vous n'avez pas encore réussi à convaincre votre client d'épargner sérieusement pour sa ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Les marchés doivent-ils craindre l'Ebola?

BLOGUE. L'épidémie actuelle d'Ebola est la plus importante depuis la découverte du virus en 1976. Au-delà de la tragédie humaine, quels sont les impacts financiers et économiques?

Des résultats qui supportent la reprise boursière

15:02 | Jean Gagnon

La reprise des marchés boursiers après la volatilité du début du mois d’octobre a ...

Bourse: Toronto et New York ferment au vert

16:39 | AFP

Les marchés boursiers ont poursuivi leur ascension, aidés par les bons résultats ...