Le pourcentage des dettes en souffrance des consommateurs canadiens baisse

Publié le 06/11/2012 à 16:51, mis à jour le 08/10/2013 à 07:55

Le pourcentage des dettes en souffrance des consommateurs canadiens baisse

Publié le 06/11/2012 à 16:51, mis à jour le 08/10/2013 à 07:55

Par La Presse Canadienne

Le pourcentage des dettes en souffrance des consommateurs canadiens a chuté pendant l'été à son niveau d'avant la récession, même si le total des sommes dues continue d'augmenter, selon Equifax Canada.


La société de surveillance du crédit a annoncé mardi qu'une proportion de seulement 1,22 pour cent des dettes demeurait impayée après 90 jours ou plus, durant le trimestre de juillet à septembre.


Il s'agit d'une forte baisse par rapport au résultat de 1,37 pour cent constaté lors du précédent trimestre, et du taux de dettes en souffrance le moins élevé enregistré depuis le début de 2007, avant la récession.


Equifax a indiqué que les Canadiens avaient continué d'augmenter le total des dettes non hypothécaires, qui incluent les dettes de cartes de crédit, les prêts bancaires et les prêts de financement automobile.


Les dettes non hypothécaires des Canadiens ont totalisé 489 milliards $ au troisième trimestre, en hausse par rapport à celles de 484,7 milliards $ du deuxième trimestre.


Les soldes des cartes de crédit continuent de baisser, tandis que les autres produits de crédit comme les prêts bancaires et les lignes de crédit affichent une croissance très modérée par rapport à la même période l'an dernier, selon Equifax.


La plus importante hausse a été enregistrée du côté des prêts exclusifs de financement automobile.

À suivre dans cette section

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Sabia dénonce l'obsession pour les rendements à court terme

Mis à jour le 26/11/2014 | La Presse Canadienne

L'obsession des rendements à court terme contribue à la volatilité de l'économie mondiale, dénonce Michael Sabia.

Immobilier: l'accessibilité à la propriété à son mieux en quatre ans au Québec

26/11/2014 | lesaffaires.com

Le segment des copropriétés a connu l'amélioration la plus marquée, en raison de l'abondance de l'offre.

L'immobilier stagne au Québec mais reprendra de la vigueur en 2015

26/11/2014 | Denis Lalonde

La SCHL constate une stagnation de l'immobilier à Montréal, ce qui n'empêchera pas les prix de progresser d'ici 2016.