Êtes-vous surendetté ?

Publié le 25/10/2008 à 00:00, mis à jour le 08/10/2013 à 08:22

Êtes-vous surendetté ?

Publié le 25/10/2008 à 00:00, mis à jour le 08/10/2013 à 08:22

Par Sophie Stival

De nombreux signes peuvent présager que la faillite vous guette.


La ligne entre l'endettement et le surendettement est très mince, rappelle Pierre Fortin, vice-président de Jean Fortin & Associés Syndics.


La majorité des personnes s'endettent pour acheter une maison et une auto. L'endettement devient problématique quand on emprunte pour acheter des biens de luxe, comme un voyage ou une piscine.


En cette période de crise financière, l'accès au crédit à la consommation est limité et peut aggraver la situation financière des ménages.


Des signaux d'alarme


Selon Ronald Gagnon, syndic et associé chez Samson Bélair/Deloitte & Touche, on est vulnérable si on ne détient pas pour au moins deux mois de liquidités dans son compte bancaire pour payer l'ensemble des dettes mensuelles.


L'incapacité à rembourser ses cartes de crédit à court terme est un autre signe important de précarité financière.


" Le cliché du couple possédant un gros condo, une belle voiture, qui va au restaurant tous les soirs, mais qui vit au-dessus de ses moyens, on le voit souvent ", dit M. Gagnon. Il suffit qu'un des conjoints perde son emploi pour que la situation financière du couple se dégrade rapidement.


On peut aussi se retrouver dans le pétrin si le recours au crédit à la consommation augmente constamment depuis quelques années. Le problème, c'est que le revenu disponible ne croît pas au même rythme que les dépenses.


De nombreuses personnes ont tendance à combler le manque à gagner par du crédit, et se trouvent donc à subventionner leur train de vie. Cette spirale peut les conduire lentement à l'insolvabilité, et parfois à la faillite.


Les travailleurs autonomes et les entrepreneurs doivent redoubler de prudence, car leurs revenus peuvent diminuer rapidement si l'économie ralentit. Leurs clients peuvent tarder à régler leurs factures et les rentrées d'argent devenir plus irrégulières.


Les gens d'affaires sont toutefois mieux protégés qu'avant dans les cas de faillite. Par exemple, de récentes modifications à la Loi sur la faillite et l'insolvabilité rendent insaisissables les régimes enregistrés d'épargne-retraite (REER).


La peur du syndic


Environ 15 % des dossiers personnels d'insolvabilité se concluent par une proposition aux créanciers.


Les autres cas conduisent à une déclaration de faillite, précise M. Fortin.


" La principale raison, c'est que la situation est déjà trop grave pour permettre de dégager un surplus budgétaire et d'arriver à un arrangement qui convient aux parties, dit-il.


" Un autre problème, c'est que les gens consultent un syndic beaucoup trop tard. Pour certains, c'est un aveu d'échec alors que notre rôle est également de conseiller en évaluant la situation et en proposant des solutions qui permettront souvent d'éviter la faillite ", ajoute M. Fortin.


La rémunération d'un syndic dépend en partie du montant tiré de la vente des biens ou sera assumée par des versements qui tiennent compte de la situation familiale et de normes établies par le Bureau du surintendant des faillites.


COMMENT SAVOIR SI JE SUIS VULNÉRABLE


1 Ai-je un fond d'urgence ?


Avoir un peu d'épargne permet de parer aux imprévus, comme un bris à notre résidence. On peut simplement mettre de côté un montant sur chaque paie. Ce fonds est primordial pour un travailleur autonome qui n'a aucun filet de sûreté en cas de pépin.


2 Est-ce que je connais le coût de mes dettes ?


Certaines personnes ont diverses cartes de crédit qui appliquent des taux d'intérêt différents. Plusieurs grandes surfaces offrent des cartes de crédit, mais leur taux est dans certains cas beaucoup plus élevé (autour de 28 %) que celles émises par les banques. Avoir une ou deux cartes de crédit simplifie les choses.


Recourir à une marge de crédit coûte souvent moins cher. On peut alors réorganiser ses dettes pendant qu'il en est encore temps.


3 Si je perds mon emploi, puis-je survivre pendant six mois ?


Les deux premières semaines suivant une demande de prestations d'assurance-emploi ne sont pas rémunérées. Ensuite, la prestation versée chaque semaine représentera 55 % du salaire hebdomadaire, jusqu'à un maximum de 435 $. Il faut donc prévoir le coup.


4 Puis-je supprimer certaines dépenses ?


En cas de problème, on peut envisager de se départir d'une auto ou réduire ses dépenses superflues (restaurant, cinéma, etc.).


lesaffaires.redaction@transcontinental.ca


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

À la une

La guerre en Asie est-elle inévitable?

ANALYSE - Les similitudes entre l'Europe en 1914 et l'Asie de l'Est en 2018 sont troublantes. Voici pourquoi.

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

16/11/2018 | Martin Jolicoeur

Quelle entreprise a vu la valeur de son action dégringoler de 36,98% en cinq jours?