Ces banques qui bousculent le marché

Publié le 18/09/2017 à 10:44

Ces banques qui bousculent le marché

Publié le 18/09/2017 à 10:44

Par Nafi Alibert

En 1997, Tangerine (feu ING Direct) lançait sa banque directe au Canada. Deux décennies plus tard, bien des banques et institutions financières lui ont emboité le pas en prenant d’assaut le monde virtuel. Les FinTech révolutionnent l’offre des services bancaires… Pour le plus grand bien des portefeuilles des usagers.


Plus de 2/3 des Canadiens réalisent désormais la majorité de leurs opérations bancaires en ligne, indique une récente étude de l’Association des banquiers canadiens.


« Quand nous avons démarré nos activités il y a 20 ans, la banque directe était un concept novateur. Aujourd’hui, de plus en plus de Canadiens préfèrent effectuer leurs opérations bancaires via leur cellulaire ou leur ordinateur, tout simplement parce que c’est plus pratique », confirme Amy Cole, Vice-Présidente, Affaires corporatives chez Tangerine.


Un concept en pleine expansion


Tangerine qui n’était initialement qu’une banque de niche est aujourd’hui devenue la principale banque virtuelle au pays en séduisant plus de 2 millions d’utilisateurs.


« C’est une banque low cost pour les clients qui ne veulent plus payer pour utiliser leurs comptes, voilà pourquoi le concept gagne en popularité », explique Idriss Bouhmouch, directeur du développement des affaires chez RateHub avant de s’interroger : « Pourquoi payer pour un service que d’autres offrent gratuitement? »


Dernière-née dans le paysage des banques en ligne canadienne, la banque EQB et son compte Épargne Plus. Comme les autres banques virtuelles, elle ne possède pas de succursales et son modèle d’affaires ressemble à celui de Tangerine : on peut y faire des transactions courantes illimitées, il n’y a pas de frais mensuel, 5 transferts InteracMD sont gratuites par mois et les conseillers sont disponibles en ligne 24/7.


Cerise sur le gâteau : le compte Épargne Plus affiche actuellement un taux alléchant de 2,3 %.


Une clientèle soucieuse du rapport qualité/prix


Tangerine est arrivée en tête du classement sur la satisfaction client de J.D. Power… Pour la 6e année consécutive.


Comme la banque orange, les nouveaux joueurs du secteur visent une clientèle à l’aise avec la technologie, qui cherche à réduire au maximum leurs frais bancaires et qui n’a pas besoin de toute la gamme de services offerts par les banques traditionnelles.


« Le marché s’oriente vers un système où les usagers feront davantage affaire avec plusieurs institutions en magasinant les meilleurs taux dans une banque A, les cartes de crédit les plus avantageuses dans une banque B, les meilleurs comptes épargne dans une banque C », analyse M. Bouhmouch.


Selon lui, les banques virtuelles n’attirent pas une clientèle générationnelle en particulier, mais plutôt une clientèle éduquée. « Ce ne sont pas des gens qui vont aveuglément suivre leur conseiller bancaire, constate M. Bouhmouch. L’aspect conseil vient du client qui sait déjà ce qu’il veut et qui attend de sa banque qu’elle exécute ses décisions ».


Y’a pas que l’argent qui compte


Paul Allard est un des 8 cofondateurs d’Impak Finance, la première banque en ligne québécoise qui offrira tous les services d’une banque traditionnelle au travers d’un compte 100 % dédié à l’économie réelle. Quand on lui demande pourquoi leur choix s’est arrêté sur une banque en ligne, il répond dans un éclat de rire : « parce qu’on est en 2017, et c’est là que ça se passe! »


« Les 18-45 ans constitueront la majorité de notre marché. 78 % de cette classe d’âge veut changer le monde en utilisant les nouvelles technologies et consommer d’une façon qui cadre plus avec leurs valeurs sociétales », partage M. Allard.


Là encore, cette banque s’annonce déjà « hyper compétitive », sans frais bancaires pour les usagers.


Que ce soit pour des raisons financières ou de convictions, tout laisse à présager que cet exode vers les banques en ligne ne fait que commencer.


« C’est comme le calme avant la tempête, commente M. Bouhmouch. D’ici quelque temps ça va être la folie, tout le monde va avoir des offres pour délaisser leur banque traditionnelle au profit de ces nouveaux acteurs bancaires ».


 


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

Les mauvaises raisons de souscrire une assurance vie

Il existe autant de mauvaises raisons d'acheter de l'assurance vie que de bonnes. Méfiez-vous ce arguments...

La planification successorale au-delà du testament

BLOGUE INVITÉ. La planification de notre inaptitude, c’est pour nous : nous serons encore là et vulnérable.

À la une

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

16:11 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi:

MTY et Richelieu graduent au S&P/TSX

Le 24 septembre avant l'ouverture, MTY et Richelieu feront enfin leur entrée au grand indice de la Bourse de Toronto.