Pourquoi les services de garde ne sont-ils pas gratuits?

Publié le 28/02/2017 à 08:48

Alexandre Taillefer, PDG de la firme d’investissement XPND Capital, nous invite à investir dans le bon développement des jeunes Québécois dès les premières années de leur vie. Entretien.


À vos yeux, comment le bien-être et le bon développement des petits Québécois de 0 à 5 ans s’arriment-ils à la prospérité du Québec ?


Il est évident que tout ce qui est lié à la capacité d’apprentissage et à l’éducation a un impact socioéconomique. Le goût et la capacité d’apprendre ont un impact énorme sur le décrochage scolaire, avec au final des effets économiques importants. Un humain bien éduqué qui, dès son plus jeune âge, a eu accès à du matériel éducatif et à de la prévention en santé physique et mentale, deviendra un travailleur plus productif et fournira un meilleur bilan économique.


Et pour vous, les interventions en ce sens doivent commencer dès la petite enfance ?


Oui. Il est démontré que l’accès à une éducation de qualité dès le plus jeune âge a des effets significatifs, surtout dans des situations où les enfants ont des difficultés d’apprentissage. C’est donc un choix de société essentiel.


On apprend dans le portrait 2016 de l’Observatoire des tout-petits qu’en 2013-2014, 8 % des familles ayant des enfants de moins de 6 ans étaient en situation d’insécurité alimentaire, et qu’une famille sur cinq ayant des enfants de cet âge habitait dans un logement non abordable.


Croyez-vous que de telles conditions de vie peuvent nuire au bon développement de nos tout-petits ?


Il va de soi qu’une famille qui n’a pas toutes les capacités financières requises pour répondre aux besoins de base de ses jeunes enfants aura du mal à préparer leur avenir.


En fait, je ne vois pas pourquoi l’école primaire et secondaire publique est gratuite, mais pas les services éducatifs pour les tout-petits. C’est illogique ! Devoir payer pour la garderie aboutit à un clivage où les familles en situation précaire deviennent des citoyens de seconde zone qui ont un accès moindre aux outils de développement pour leurs enfants.


Évidemment, offrir des services éducatifs gratuits à la petite enfance engendrerait des coûts, mais le rendement de l’investissement serait énorme pour la société. Tous les chefs d’entreprise prendraient cette décision !

Malheureusement, c’est à long terme qu’on obtient un rendement de cet investissement, alors que nos gouvernements voient à très court terme. Ils font des compressions en éducation parce qu’ils considèrent ces dépenses comme des frais de fonctionnement, alors qu’ils devraient voir l’éducation et la prévention comme des investissements.


Quel rôle les gens d’affaires québécois peuvent-ils jouer pour favoriser le bon développement de nos tout-petits ?


Je pense que c’est le rôle de l’État de mettre en place des programmes équitables en éducation et en santé pour les jeunes enfants. C’est une pente glissante que de migrer vers le financement privé pour offrir de tels services.

Cela dit, il y a deux volets dans lesquels les gens d’affaires devraient s’impliquer.


Le premier, c’est de soutenir une réforme des principes comptables liés à ce qu’on qualifie de « dépenses » dans les services publics. Les gens d’affaires sont en mesure de participer au débat et de justifier cette réforme grâce à leurs connaissances.

Le second volet consiste à faire mousser la participation citoyenne, en s’assurant qu’eux-mêmes et leurs employés s’impliquent autour d’eux dans les projets concernant les services éducatifs. Je pense que les gens d’affaires peuvent aider nos services publics à améliorer leur efficacité organisationnelle. Parce qu’aujourd’hui, qu’on le veuille ou non, nos services sociaux ont une obligation de performance. Et je pense que la société civile a un rôle à jouer dans leur gouvernance.

Les dossiers partenaires c'est quoi ?

Les dossiers partenaires sont mis à la disposition d'annonceurs désirant publier des contenus destinés à la communauté d’affaires. Les sujets de ces contenus et leur traitement demeurent à l’entière discrétion des annonceurs. Les journalistes de Les Affaires ne sont pas impliqués dans la rédaction de ces contenus.

À la une

Banques: à quoi s'attendre pour finir l'année?

Le 4e trimestre s'annonce fort respectable, mais après un gain de 10% les banques doivent mériter leur évaluation.

Vendredi fou: question de survie pour les détaillants

Contrairement à ce que l’on a déjà observé aux États-Unis, aucune mort d'homme n'est encore envisagée.

«La Chine s'attaque au dollar sur les marchés pétroliers»

VIDÉO. La Chine pourrait ainsi s'imposer financièrement au niveau mondial...