Agrisoma: faire voler des avions avec de l'huile de moutarde

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Octobre 2018

Agrisoma: faire voler des avions avec de l'huile de moutarde

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Octobre 2018

[Photo: 123rf]

Nom du fondateur : Steven Fabijanski
Âge : Dans la jeune soixantaine
Année de création : 2007
Investisseurs : Cycle Capital Management, BDC Capital, Lune Rouge, Desjardins Capital
Total du financement obtenu : 35 M $


En septembre dernier, un Boeing de la United Airlines effectuait le premier vol transatlantique, entre San Francisco et Zurich, propulsé par 30 % de biocarburant issu... de graines de moutarde !


À l'origine de ce combustible, une entreprise gatinoise, Agrisoma, qui n'en est pas à son coup d'essai. Elle alimentait déjà, en janvier dernier, la compagnie australienne Qantas Airways pour son premier vol commercial transpacifique et, en 2012, le premier vol au monde d'un avion à réaction civil n'utilisant que du biocarburant pur, entre Ottawa et Montréal.


Un entrepreneur en série américain aux manettes


Derrière ces exploits technologiques, un agronome originaire de Chicago, Steve Fabijanski. Détenteur d'un doctorat en biologie moléculaire de l'Université de Californie du Sud, ce récent sexagénaire est un entrepreneur dans l'âme. «Je pense que je n'aurais jamais pu être un bon employé conventionnel», sourit-il.


Arrivé à Ottawa en 1985, il y crée sa première entreprise, Paladin Hybrids, qui participe au développement de l'industrie du canola. Ses recherches aboutissent d'ailleurs au dépôt de 13 brevets liés aux méthodes de production de ces graines. Il la revend six ans plus tard et fonde un cabinet de consultation dans les biotechnologies.


C'est dans ce cadre qu'il croise la route d'Agrisoma, une jeune société technologique alors mal en point. En 2007, les investisseurs de cette dernière demandent à M. Fabijanski de la reprendre en main et d'en devenir PDG. Il accepte et impulse tout de suite la nouvelle orientation stratégique de l'entreprise en achetant les droits commerciaux d'une plante non comestible développée par Agriculture et Agroalimentaire Canada, la carinata, un dérivé du canola et de la moutarde.


Personne n'en voyait d'usage commercial. Lui, oui. «J'ai rapidement vu l'équivalence entre les structures de l'huile de carinata et celles du kérosène. J'ai donc saisi l'occasion», explique M. Fabijanski.


«Steve a une double compétence rare : il possède une grande connaissance technologique et est capable de transformer une vision entrepreneuriale en un plan d'affaires viable», résume André Levasseur, le directeur financier d'Agrisoma, devenu son associé en 2012.


La chaîne d'approvisionnement : le dilemme de l'oeuf et de la poule


Après cinq ans de recherche et de développement, Agrisoma met au point la semence, non modifiée génétiquement, qu'elle pourra vendre aux agriculteurs.


Ses avantages ? Déjà, l'huile extraite des graines fournit un carburant qui génère 80 % moins de gaz à effet de serre que son équivalent pétrolier. De plus, elle n'entre pas en concurrence avec les cultures destinées à l'alimentation, un reproche récurrent envers les biocarburants. Elle aurait même des effets bénéfiques sur la fertilité des sols, même les plus inhospitaliers. Enfin, les résidus obtenus lors de sa transformation donnent un tourteau riche en protéines, utile pour alimenter des bovins.


Le grand défi de l'entreprise est indéniablement la construction de toute la filière qui doit mener les graines de carinata vers les réservoirs des avions. «La clé, c'est que tous les joueurs de la chaîne d'approvisionnement, agriculteurs comme raffineurs, doivent être rentables», assure M. Levasseur, sachant que les producteurs veulent des garanties en matière de débouchés, et les transformateurs, en matière de capacité de production. Un vrai dilemme de l'oeuf et de la poule qu'Agrisoma est en passe de relever.


L'entreprise d'une trentaine d'employés, qui a doublé ses revenus en deux ans et qui vient de boucler une ronde de financement de 12 millions de dollars en mars dernier, envisage d'être profitable d'ici 12 à 24 mois. Son objectif : la production de 100 000 acres en 2019, puis son doublement chaque année par la suite.


Il faut dire que le marché est prometteur. L'industrie aérienne s'est engagée, en 2016, à Montréal, à réduire de moitié ses émissions de CO2 d'ici 2050, sachant que le trafic aérien devrait plus que doubler dans les vingt prochaines années. «L'ambition serait d'arriver à un tiers de biocarburant sur les 300 milliards de litres consommés chaque année», affirme M. Fabijanski.



Pourquoi ils y croient


«Agrisoma pourrait bien révolutionner l'industrie de l'aviation. Alors que le trafic aérien est en constante progression, la technologie éprouvée développée par l'entreprise permet de réduire de 100 % les émissions de GES. Grâce aux récentes ententes commerciales conclues avec des joueurs majeurs de la production de biocarburant dans le monde, Agrisoma pourrait connaître un essor important dans les prochains mois alors qu'elle s'apprête à étendre ses opérations de commercialisation dans de nouveaux marchés.»


- Andrée-Lise Méthot, fondatrice et associée directrice de Cycle Capital Management et membre du CA d'Agrisoma


CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «LES VEDETTES DE L’ENTREPRENEURIAT»


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

À la une: construit-on trop de tours à bureaux au centre-ville de Montréal?

Édition du 22 Septembre 2018 | Les Affaires

Le dernier numéro de Les Affaires est là! En manchette, les 300 plus importantes PME du Québec.

Le goût d'entreprendre a triplé depuis 10 ans

06/11/2018 | François Normand

L'entrepreneuriat a fait des progrès depuis 2009. Il y a toutefois des enjeux par rapport aux hommes et aux immigrants.

À la une

Test du Huawei Mate20 Pro : le téléphone intelligent le plus puissant de 2018

BLOGUE. Ce téléphone chinois rendra jaloux tous les autres. Mais il traîne la lourde réputation de son fabricant...

Bombardier rebondit en Bourse

Bombardier rebondit de plus de 20% à mi-séance lundi.

Êtes-vous obligé d'accepter une promotion?

BLOGUE INVITÉ. Il est essentiel de bien comprendre ce que représente la promotion, ses implications ainsi que son impact