Les avocats en entreprise, des alliés stratégiques

Offert par Les Affaires


Édition du 17 Mai 2014

Les avocats en entreprise, des alliés stratégiques

Offert par Les Affaires


Édition du 17 Mai 2014

En vingt ans, Heather Innes, responsable de la confidentialité et protection de données pour General Motors, a vu la profession de conseiller juridique se transformer.


De généralistes, les juristes d'entreprise sont devenus des spécialistes. « L'entreprise attend d'eux une pratique hybride, on les voit se spécialiser dans plusieurs domaines ou saisir de nouvelles opportunités. »


Chez General Motors, celle qui est également présidente de l'Association Canadienne des Conseillers Juridiques depuis fin février, a pu constater ces mouvements à l’interne. Les conseillers juridiques de l'entreprise n'hésitent plus à rejoindre d’autres départements : relations gouvernementales, communications et relations publiques, gestion des risques, fiscalité ou finances…


« Les juristes d'entreprise sont devenus des membres essentiels de l'équipe business, des pivots pour faire avancer les affaires », explique-t-elle.


Les conseillers juridiques sont à la table des décisions stratégiques, selon David J. Shapiro, premier vice-président et chef des affaires juridiques chez Air Canada. « Nous sommes impliqués dès la conception d'une idée, et nous pouvons influencer à la fois la décision et la direction. »


Récemment, l'un de leur avocat a plaidé à la Cour Suprême, côte à côte avec un avocat en pratique privée. En outre, lors d'un récent financement, Air Canada n'a pas hésité à souligner le travail du département des finances... et du département des affaires juridiques.


Une valeur ajoutée


Chez Hydro Québec, compte tenu de la sophistication des structures juridiques de l’entreprise, les jeunes avocats généralistes recrutés sont spécialisés assez rapidement, explique Me Marie José Nadeau, vice-présidente exécutive aux affaires corporatives et secrétaire générale depuis 1993.


En effet, l'entreprise se distingue par le large éventail de droit qu'elle couvre : le droit réglementaire pour des dossiers de tarification avec la Régie de l'énergie, le droit autochtone et le droit de la construction pour des développements de projets ou encore le droit contractuel et transactionnel.


« Plus les conseillers juridiques sont impliqués dans la réflexion stratégique de l’entreprise, plus leur rôle croît et plus le réflexe de faire appel à eux se développe », explique-t-elle.


Les entreprises, face à toujours plus de lois et de réglementations, doivent se montrer vigilantes en matière de conformité. La recherche de la performance et de l'excellence des services est donc plus que jamais une nécessité. Et la spécialisation est au cœur de cet enjeu.


Le juriste d'entreprise doit être à l'écoute à la fois de l'entreprise et de ses clients internes, explique Marie José Nadeau. Un conseiller juridique chez Hydro Québec, qui dessert le marché des affaires réglementaires, doit donc veiller aux meilleurs intérêts du client transporteur ou distributeur d'électricité, et plus largement à ceux de l'entreprise entière.


Selon Heather Innes, ils doivent se présenter à l'entreprise avec des solutions en main.


L'expertise technique ne suffit plus, dit-elle. Le conseiller juridique doit être une force de proposition et d'initiatives, être partie prenante de l'équipe et des affaires afin d'atteindre les objectifs de conformité, d’affaires, mais également de réputation, que vise l'entreprise.


« Les conseils juridiques fournis doivent être directement utilisables par les clients », explique quant à lui David Shapiro. Selon l'avocat, les capacités analytiques du conseiller juridique doivent conduire à des conseils pratiques. « Car conseiller de façon pratique, c'est le coeur du métier. »


 

À suivre dans cette section


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Le titre CGI atteint des niveaux records. Devrait-on s'inquiéter?

17/02/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. J’estime que l’occasion est bonne de faire le point sur cette société de chez nous.

Encore fragile, la Bourse peut s'offrir d'autres gains

BLOGUE. Les assises techniques restent vacillantes, mais l'économie et les profits sont deux vents de dos.

Préparez-vous à la Russie de l’après-Poutine

17/02/2018 | François Normand

ANALYSE. Il faut déjà penser à la période d’incertitude qui suivra la fin du «poutinisme».