La croissance au rendez-vous

Offert par Les Affaires


Édition du 11 Mars 2017

La croissance au rendez-vous

Offert par Les Affaires


Édition du 11 Mars 2017

Augmentation des mises en chantier aux États-Unis, concurrence moins vive de la Chine, baisse du dollar canadien... Les beaux jours sont revenus pour l'industrie québécoise du meuble, qui renoue avec la croissance.


Comme 95 % des exportations de meubles québécois vont au sud de la frontière, la vigueur de l'économie américaine joue pour beaucoup dans ce climat favorable. «Les fabricants québécois regagnent le terrain perdu», constate Pierre Richard, pdg de l'Association des fabricants de meubles du Québec (AFMQ).


Les exportations de meubles aux États-Unis sont passées de 684 millions de dollars en 2013 à près de 964 millions en 2015.


Quand le marché immobilier va bien, la demande de meubles augmente. Or, les mises en chantier aux États-Unis devraient connaître une hausse constante et s'élever à 1,8 million d'unités en 2018, contre 1,1 million en 2015, selon le Conference Board du Canada. Cela devrait donc favoriser les exportations. Sans compter qu'un dollar canadien plus faible se traduit par un profit plus élevé pour les exportateurs, le prix des meubles étant fixé en dollars américains.


L'AFMQ prévoit que le marché américain des meubles résidentiels atteindra 39,1 G$ US en 2020, une hausse de 8 % par rapport à 2016. Le marché du mobilier de bureau, lui, totalisera 20,8 G$ en 2019, soit 13,5 % de plus qu'en 2015.


La Chine fait moins peur


Les fabricants québécois sont d'autant bien placés pour se tailler un plus gros morceau de la tarte que la concurrence chinoise commence à s'essouffler, et ce, aux États-Unis comme au Canada. La hausse du coût de la main-d'oeuvre et du transport de même que les longs délais de livraison rendent en effet les meubles chinois un peu moins attrayants pour les détaillants.


«Et puis, les consommateurs constatent que ces meubles ne durent pas, qu'ils se retrouvent à la rue après trois ans», ajoute Pierre Richard.


Bien sûr, il y aura toujours une demande pour les meubles à bas prix, et la concurrence de la Chine ne disparaîtra pas. Cependant, les fabricants canadiens ne devraient plus perdre d'autres parts de marché, selon le Conference Board.


Au contraire de la Chine, qui vise le créneau du bas de gamme, les meubles d'ici se positionnent dans le milieu et le haut de gamme. Ils se distinguent par leur design novateur, la qualité des matériaux et de la conception, et de courts délais de livraison. Et ils offrent une chose que les Asiatiques ne peuvent offrir : la personnalisation.


«Nous proposons plus de 20 teintes de frêne et de merisier et au-delà de 80 choix de tissus, cite en exemple Benoit Verstraete, président de Meubles Arboit-Poitras. Pour les consommateurs, cela représente une foule de combinaisons possibles.»


Graphique1


Des défis à surmonter


Certes, les nouvelles sont bonnes pour le secteur du meuble québécois, qui totalise des revenus de 3,4 G$ et qui compte 24 300 travailleurs. Cependant, pas question de pavoiser. «Nous faisons preuve d'un optimisme prudent», dit Pierre Richard. En effet, au chapitre de la compétitivité, rien n'est jamais acquis. Prenez le Viêtnam, que le président de l'AFMQ désigne comme «la nouvelle Chine». Ses exportations de meubles aux États-Unis dépassent celles du Canada.


Il reste beaucoup à faire aussi quant au commerce en ligne. L'industrie accuse un retard majeur, une poignée de fabricants seulement ayant franchi le pas. Pourtant, le potentiel de croissance est important. D'ici 2020, plus de 20 % du mobilier résidentiel pourrait être vendu en ligne aux États-Unis, selon des données fournies par l'AFMQ.



«Le plus grand défi de la vente en ligne, c'est la logistique, soutient Pierre Richard. Livrer les commandes rapidement est un impératif. Les fabricants pourraient-ils partager des entrepôts ? Il faut se pencher sur des solutions pour aider nos entreprises à faire le virage.»


À ce sujet, une partie de l'aide pourrait bien provenir de Québec. Le meuble fait en effet partie des 17 secteurs d'activité priorisés dans le cadre de la Stratégie québécoise de l'exportation 2016-2020. Cette initiative comprend diverses mesures de soutien, y compris pour le virage numérique.


Le changement de présidence aux États-Unis est une autre source de préoccupation pour plusieurs fabricants. «Que fera le président Trump avec l'ALENA ? s'interroge Pierre Richard. Nos économies respectives sont tellement liées qu'il semble improbable que les exportations canadiennes en pâtissent. Les règles seront-elles plus sévères pour le Mexique et la Chine ? Si c'est le cas, cela pourrait nous être favorable. Nos meubles sont québécois et canadiens, mais ils sont aussi nord-américains.»


L'avenir le dira, mais les exportateurs québécois dorment mieux depuis que Donald Trump a déclaré que le Canada est un bon partenaire économique lors de sa rencontre avec Justin Trudeau en février.


Graphique2


Passer à l'offensive


«Le Québec gagne quand il joue de façon offensive et proactive, soutient la ministre de l'Économie, de la Science et de l'Innovation, Dominique Anglade. Nous avons lancé notre stratégie de l'exportation juste avant les élections américaines pour envoyer un signal fort. Vu la montée du protectionnisme, nous voulons être encore plus dynamiques sur le marché américain.»


La ministre estime que le meuble d'ici pourrait percer davantage aux États-Unis et elle invite les entreprises à s'adresser à Export Québec. «Nous voulons donner un coup de main aux entrepreneurs. Si vous avez besoin d'aide pour la commercialisation, nous pouvons vous accompagner.»


Avec l'accord de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne adopté le 15 février, l'industrie québécoise du meuble pourrait même se tailler des parts de marché en Europe, selon Dominique Anglade. Elle sait que les tentatives des fabricants d'exporter en Europe par le passé se sont avérées non rentables. Pourtant, la ministre persiste. «Nous avons accès à un marché de 500 millions de personnes. Maintenant qu'on réduit les barrières tarifaires, il peut y avoir des perspectives intéressantes.»


La stratégie de l'exportation accorde du soutien aux fabricants de meubles pour organiser des rencontres d'affaires à l'étranger, accueillir des acheteurs au Québec et participer à des foires commerciales. Cette aide réjouit au plus haut point l'AFMQ.


«Dans notre domaine, les foires commerciales revêtent une importance stratégique pour influencer les acheteurs», souligne Pierre Richard. Il donne l'exemple du salon du meuble de High Point, en Caroline du Nord, qui accueille quelque 75 000 acheteurs deux fois par année. Pour les exposants, la facture est toutefois salée : de 150 000 à 200 000 $ US. «L'industrie a beaucoup investi ces dernières années pour offrir des produits distinctifs. Il faut maintenant en augmenter la visibilité», conclut le pdg.


CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER LE NOUVEAU LUSTRE DU MEUBLE QUÉBÉCOIS


Graphique3


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Ottawa vise toujours un accord commercial global avec la Chine

La Chine s’intéressait à une vaste gamme de produits canadiens dans de nombreux secteurs selon Jim Carr.

Pourquoi Donald Trump est affaibli

09/11/2018 | François Normand

ANALYSE - Mi-mandat: le président Trump a perdu des plumes et la probabilité qu’il soit réélu en 2020 a diminué.

À la une

Connaissez-vous la croix de Tuominen?

BLOGUE. Un truc carrément génial qui va changer votre quotidien au travail, et même - pourquoi pas? - votre vie.

L'électricité, un boom planétaire qui nécessitera des adaptations

07:22 | AFP

«Le secteur de l'électricité est en train de vivre sa transformation la plus spectaculaire depuis sa création.»

Power Solutions, la nouvelle acquisition à 13,2G$US de la CDPQ

La transaction sera financée par environ 3 milliards $ US d’équité et environ 10,2 milliards $ US de dette à long terme.