De l'hydrogène comme solution d'avenir?

Offert par Les Affaires


Édition du 13 Septembre 2014

De l'hydrogène comme solution d'avenir?

Offert par Les Affaires


Édition du 13 Septembre 2014

Cliquez ici pour consulter le dossier auto


Toyota l'a confirmé : ses premières voitures à hydrogène sortiront en 2015. Honda et Hyundai s'y mettent aussi. La Californie y croit puisqu'elle a commencé à implanter un réseau de systèmes de recharge. Même la Scandinavie, région hautement sensible aux voitures vertes, vient d'investir plusieurs centaines de milliers de dollars dans un réseau de chargeurs. Pas question ici d'électricité, mais bien d'hydrogène.


Au Canada, c'est le Québec qui domine ce champ de recherche grâce aux travaux de l'Institut de recherche sur l'hydrogène associé à l'Université du Québec à Trois-Rivières. Le centre de recherche a d'ailleurs contribué à la mise au point de méthodes de stockage pour Toyota et BMW dans le passé. L'absence de soutien gouvernemental au fil des ans de même qu'un réseau de distribution d'hydrogène déficient qu'a dénoncé le directeur de l'Institut, Richard Chahine, en ont cependant ralenti les travaux.


Certaines entreprises privées canadiennes sont aussi impliquées dans la recherche. La plus importante est Hydrogenics, de Mississauga en Ontario, qui travaille actuellement de concert avec la Belgique et l'Allemagne pour la mise en place d'un réseau de recharge à hydrogène. Cette entreprise tente actuellement d'établir une vaste installation de stockage d'hydrogène en Ontario, non loin des usines d'assemblage du constructeur automobile Toyota.


Mais hydrogène ou non, dans les faits, il s'agit tout de même de véhicules électriques. Deux modèles de technologie s'opposent.


Dans le premier cas, le moteur à explosion fonctionne comme un moteur à combustion : il utilise de l'hydrogène liquide stocké dans un réservoir isolé. L'hydrogène refroidi à - 25 degrés Celsius est lancé dans le réservoir. Il s'écoulera ensuite par une petite canalisation où, en le chauffant, il sera transformé en gaz. C'est ce gaz qui sera injecté dans le cylindre et entraînera l'explosion.


La seconde technologie est la plus courante et la plus prometteuse : c'est celle des piles à combustible. Concrètement, c'est en mélangeant l'hydrogène avec l'oxygène pour provoquer l'oxydation sur une électrode de platine (ou d'autres matières du genre) que l'on produit l'électricité. Si d'autres combinaisons sont possibles, la pile la plus couramment étudiée et utilisée est la pile dihydrogène-dioxygène ou dihydrogène-air.


Ce mélange ne produit que des résidus d'eau qui sont évacués par un système d'échappement presque classique.


Cliquez ici pour consulter le dossier auto



image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Les prêts automobiles ne sont pas les prochains «subprimes»

Mis à jour le 18/02/2019 | Dominique Beauchamp

La hausse des prêts automobiles défaillants inquiète, mais il ne faut pas y voir la prochaine crise.

Automobile: l'Europe prête à riposter aux surtaxes américaines

18/02/2019 | AFP

Un rapport remis à la Maison-Blanche estime que les voitures importées sont une menace pour la sécurité nationale.

À la une

Investissement Québec doit prendre plus de risques, dit Fitzgibbon

19/02/2019 | François Normand

«Il y a une carence dans la chaîne de capitaux avec le capital de démarrage», affirme le ministre de l'Économie.

Ce qu'il faut retenir de la performance de Walmart Canada

La hausse de 1,1% des ventes comparables au 4e trimestre est bien pâle par rapport au bond de 4,2% aux États-Unis.

Walmart surprend au quatrième trimestre, l'action bondit

19/02/2019 | AFP

Walmart a annoncé mardi des résultats trimestriels meilleurs que prévu, et le titre grimpait de près de 4% à New York.