Comment profiter des marchés frontières selon le pionnier Franklin Templeton

Offert par Les Affaires


Édition du 22 Avril 2017

Comment profiter des marchés frontières selon le pionnier Franklin Templeton

Offert par Les Affaires


Édition du 22 Avril 2017

Par Dominique Beauchamp

Carlos von Hardenberg, vice-président chez le pionnier des placements dans les marchés émergents Franklin Templeton

N.D.LR. Leur appellation officielle est "marchés frontières", mais il s'agit en réalité des futurs marchés émergents. Des pays comme le Nigéria, les Philippines, le Vietnam, dont les économies ne se sont pas encore véritablement mises en route. Faut-il y investir? Comment y investir? Notre journaliste Dominique Beauchamp fait le point.


Établi à Londres, Carlos von Hardenberg, vice-président chez le pionnier des placements dans les marchés émergents Franklin Templeton, et gestionnaire principal du Fonds Catégorie de société de marchés frontaliers Templeton, a répondu à nos questions sur les marchés frontières.


JLA – Quel type d’investisseur devrait envisager les marchés frontières ?


Carlos Hardenberg – Les marchés frontières sont une bonne source de diversification puisqu’ils évoluent peu en fonction des autres marchés. Aussi, ces marchés s’échangent bien souvent au rabais par rapport aux marchés émergents et développés parce que leurs progrès économiques sont moins avancés. Tout investisseur patient qui a un horizon à long terme, et qui désire participer à l’émergence économique de ces pays, peut considérer investir dans ces marchés.


JLA – Quels risques présentent ces marchés ?


C.H – Ces pays en voie de développement peuvent subir des conflits civils violents, de l’instabilité politique et des actes terroristes. Ça fait partie des risques géopolitiques qu’il faut prendre en compte lorsqu’on y investit. Les fluctuations des devises peuvent aussi être importantes, mais ça fait partie de la diversification. C’est à l’investisseur de déterminer si ces risques correspondent ou non à sa tolérance au risque et à ses objectifs.


JLA – Étant donné le poids important des ressources dans le S&P/TSX, qui rend déjà l’indice tributaire de l’économie mondiale, est-ce que ces marchés offrent un réel bénéfice de diversification ?


C.H. – La diversification provient du fait que ces marchés frontières sont peu corrélés historiquement à la performance des autres marchés, même émergents. Cela tient aux importantes différences dans les industries et les vecteurs de croissance économique de chacun de ces pays. Un investisseur canadien peut donc consacrer une partie de ses placements internationaux aux marchés frontières afin de capter la progression supérieure de ces pays et des rendements non corrélés, et ainsi aplanir la volatilité globale de son portefeuille, à plus long terme.


JLA – Où voyez-vous les meilleures perspectives ?


C.H. – Les occasions sont très diverses dans ces marchés. Actuellement, nous sommes très optimistes concernant la transition économique du Vietnam, du Bangladesh et du Pakistan, en Asie. Le Vietnam devrait croître de plus de 6% en 2017 et 2018, le Pakistan de 5%. Après une contraction de 2% en 2016, les réformes du nouveau gouvernement en Argentine devraient produire une croissance de 2,7% en 2017 et de 2,8% en 2018. L’autre Eldorado est celui de l’Afrique où la République du Kenya, la République fédérale du Nigéria, l’Afrique sub-saharienne et de l’Ouest offrent le plus de potentiel. Le Fonds monétaire international (FMI) prévoit que l’économie de l’Afrique subsaharienne se redressera de 1,6% en 2016, à 2,8% en 2017, puis à 3,7% en 2018.


image

Femmes Leaders

Mardi 16 mai


image

FinTech

Mercredi 31 mai


image

Communication interne

Mercredi 07 juin


image

Fusions-acquisitions

Mercredi 07 juin


image

Fraude alimentaire

Mardi 12 septembre


image

Forum TI

Mercredi 13 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 20 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Parcs industriels

Mardi 21 novembre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Les fonds actifs peuvent-ils battre leur indice?

21/04/2017 | Ian Gascon

BLOGUE. L’étude SPIVA Canada 2016 tente de répondre à cette question, Warren Buffett aussi.

Comment investir dans les futurs marchés émergents

Édition du 22 Avril 2017 | Dominique Beauchamp

L'investisseur a peu à se mettre sous la dent dans le créneau plus marginal des marchés internationaux aux ...

À la une

OPA sur Groupe Canam et Lumenpulse - faut-il s'en inquiéter?

BLOGUE INVITÉ. Cette tendance force les investisseurs canadiens à se tourner vers les sociétés étrangères.

WS Atkins: SNC-Lavalin a dû se plier aux exigences de la CDPQ

SNC-Lavalin a dû se plier aux conditions de la Caisse en matière de gouvernance et de maintien du siège social.

Comment gagner en énergie et en bien-être au travail?

BLOGUE. Non, le café ne suffit pas pour booster votre énergie et votre bien-être au travail. Mieux vaut ces 7 astuces...