Industrie de la langue: l’anglais ne suffit pas