L'innovation à la rescousse d'une centrale hydroélectrique

Offert par Les Affaires


Édition du 02 Juin 2018

L'innovation à la rescousse d'une centrale hydroélectrique

Offert par Les Affaires


Édition du 02 Juin 2018

L’aménagement hydroélectrique d’Hydro-Canyon Saint-Joachim est l’exemple d’une intégration réussie.

CATÉGORIE ÉNERGIE - Parfois, il faut innover pour gagner du temps. C'est la voie qu'ont choisie la firme Cima + et son client, Axor, pour livrer sans retard l'aménagement d'une centrale hydroélectrique sur la rivière Sainte-Anne.


En 2013, l'équipe derrière Hydro-Canyon Saint-Joachim a retenu son souffle. Alors que le gouvernement avait annoncé, et accepté, plusieurs constructions dans le cadre de son programme de projet communautaire de petites centrales hydroélectriques de 50 MW et moins, le ministère des Ressources naturelles a fait volte-face, annulant six dossiers en cours dont celui sur la rivière Sainte-Anne.


Le projet a finalement redémarré en 2014, à la suite d'un nouvel appel d'offres, mais l'échéancier de départ a été maintenu, avec une mise en service prévue en 2016. « Je dirais que cette décision a retardé le chantier de 6 à 12 mois, évalue Étienne Bouchard-Claisse, ingénieur et chargé de projet chez Cima+. Pour y arriver, nous avons dû ajouter plus de ressources au dossier, en plus de trouver des solutions pour gagner du temps. »


La firme a notamment utilisé une technique très peu fréquente au Québec pour construire le chemin d'accès vers la future centrale, au bas du canyon. L'aménagement de cette route le long de pentes abruptes a nécessité l'intégration d'un mur de soutènement, un élément qui permet de retenir le sol sur un espace réduit. « Pour ce faire, nous avons décidé d'utiliser des clous de sol. C'était la première fois que nous options pour cette technique, raconte le chargé de projet. Il a fallu se tourner vers GHD, une firme de consultants mondiaux spécialisée en géotechnique, pour nous guider. » Aujourd'hui, cette structure de 4 000 mètres carrés et d'une hauteur de 20 mètres se classe parmi les plus hauts murs du genre du Canada. Cette technique a permis à l'équipe d'accélérer le processus.


Respecter l'intégrité du site


Tout un atout, car, en plus de la complexité apportée par l'échéancier serré, la centrale est construite sur un lieu touristique très fréquenté. En effet, le parc du canyon Saint-Anne, situé à proximité de Québec, attire des dizaines de milliers de visiteurs chaque année. « Il y avait non seulement un besoin, mais une nécessité de préserver l'intégrité du site. Nous avons donc travaillé de concert avec les propriétaires du parc, notamment, pour nous assurer de limiter l'impact autant visuel que sonore du projet », affirme l'ingénieur. Entre autres mesures, la centrale est bâtie de façon à être invisible de deux des trois ponts qui enjambent la rivière alors que la sortie de l'eau est aménagée en cascade naturelle.


Comme elle est construite au fil de l'eau, la centrale s'intègre plus harmonieusement. « C'est également une source d'énergie renouvelable verte, surtout pour de petites infrastructures comme celle-ci. Sans compter que ce projet permet de redonner à la collectivité », explique l'ingénieur.


En effet, l'électricité générée par le site est vendue à Hydro-Québec. De ce fait, la municipalité de Saint-Joachim et la MRC de La Côte-de-Beaupré recevront des revenus se situant autour d'un demi-million de dollars par an pour les 20 premières années d'opération.


CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «GRANDS PRIX DU GÉNIE-CONSEILS QUÉBÉCOIS 2018»

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Les paris du génie pour améliorer nos vies

Édition du 02 Juin 2018 | Anne-Marie Tremblay

Environnement, transport collectif, bâtiment vert : le génie touche différentes sphères du quotidien et permet ...

Jacques Blouin : construire des ponts grâce à la relève

Édition du 02 Juin 2018 | Anne-Marie Tremblay

CATÉGORIE MENTOR DE L'ANNÉE. EX-ÆQUO - Reconnu comme une des sommités en la matière au Québec, Jacques Blouin a ...

OPINION Gaëtan Boyer: un mentor avant l'heure
Édition du 02 Juin 2018 | Anne-Marie Tremblay
Circulation collective en accéléré
Édition du 02 Juin 2018 | Anne-Marie Tremblay
Décontaminer en profondeur
Édition du 02 Juin 2018 | Anne-Marie Tremblay

À la une

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

16:11 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi:

MTY et Richelieu graduent au S&P/TSX

Le 24 septembre avant l'ouverture, MTY et Richelieu feront enfin leur entrée au grand indice de la Bourse de Toronto.