C'est le temps de renouveler son bail !

Offert par Les Affaires


Édition du 27 Septembre 2014

C'est le temps de renouveler son bail !

Offert par Les Affaires


Édition du 27 Septembre 2014

Par Claudine Hébert

Les entreprises locataires au centre-ville de Montréal qui doivent renouveler leur bail d’ici les deux, voire les trois prochaines années, ont tout intérêt à entamer, sans attendre, les discussions avec leur propriétaire d’immeuble.


« Avec un taux d’inoccupation qui frôle les 10% et un bassin de sous-location de près de 600 000 pi2, le marché de la location au centre-ville est définitivement à l’avantage des locataires », soutient Andrew Maravita, directeur chez Colliers International, bureau de Montréal.


Chaque cas demeure spécifique, dit-il, mais la conjoncture actuelle permet aux entreprises locataires de négocier un bail plus avantageux de ce qu’ils ont actuellement entre les mains. Des réductions de taux de loyer, des allocations plus élevées pour les améliorations locatives et une meilleure flexibilité de bail figurent parmi les conditions aisément négociables ces jours-ci.


Conscient de la tendance, plusieurs propriétaires se montrent d’ailleurs très compétitifs pour conserver, voire recruter de nouveaux clients. «On remarque plusieurs « solutions créatives » de la part des propriétaires de nouveaux projets ou d’immeubles dont le taux d’inoccupation est très élevé », signale M. Maravita.


Afin d’attirer de nouveaux locataires majeurs sous leur toit –en l’occurrence des entreprises qui nécessitent plus de 50 000 pi2 de superficie- certains propriétaires vont proposer des mois de loyer gratuits. « Certains, indique M. Maravita sans nommer de noms, sont même prêts à assumer le coût de loyer des baux existants des entreprises pour les attirer plus rapidement sous leur toit.»


Selon le courtier immobilier indépendant François Brosseau, les entreprises qui doivent renouveler d’ici les 18 à 24 mois sont en mesure d’aller chercher de 10% à 35% de réduction sur les coûts de loyer payables d’ici l’échéance de la durée de leur bail.


« Les locataires ont néanmoins intérêt à faire leurs devoirs. », insiste le courtier, qui offre ses services pour accompagner les entreprises dans ces renouvellements de baux hâtifs.


Les locataires, dit-il, doivent avoir en main des scénarios crédibles (déménagement, réaménagement de bureau, etc.) afin de mieux argumenter leur renouvellement de bail par anticipation.


Enfin, les négociations de renouvellement de bail se déroulent toujours mieux pour les locataires lorsqu’elles s’effectuent de 18 à 24 mois avant la fin du contrat. « Qu’on soit dans un marché de locataire ou non, les renouvellements effectués à la dernière minute, par exemple six mois avant la fin du bail, demeurent à l’avantage du propriétaire d’immeuble », avertit Andrew Maravita.


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Immobilier: les hausses s'étendent aux régions

18/07/2018 | Joanie Fontaine

BLOGUE. Les ventes et les prix des unifamiliales augmentent dans une majorité des petites régions du Québec.

Immobilier: la hausse s'est poursuivie en juin

13/07/2018 | Les Affaires - JLR

Bulletin JLR-Les Affaires - La tendance reste à la hausse pour l’évolution du nombre de ventes ...

À la une

Des données «portables» pour les internautes

20/07/2018 | AFP

Des géants de la tech, dont Facebook, promettent de faciliter la portabilité des données

Le Club Med «made in Quebec» porte maintenant un nom

20/07/2018 | Catherine Charron

Dites bonjour au Club Med Québec Charlevoix.

Le Japon renoue avec le blé canadien

Le Japon avait interrompu ses importations après la découverte de blé génétiquement modifié et non autorisé en Alberta.