Comment Solmax est devenu le numéro 1 de son industrie

Offert par Les Affaires


Édition du 02 Juin 2018

Comment Solmax est devenu le numéro 1 de son industrie

Offert par Les Affaires


Édition du 02 Juin 2018

Jacques ­Côté, président fondateur de ­Solmax [Photo: Solmax International inc.]

« Dans notre industrie, l'offre dépassait de beaucoup la demande, créant un climat propice à la consolidation. Comme troisième joueur mondial, nous étions vulnérables, raconte Jacques Côté, président fondateur de Solmax. Nous cherchions donc une cible à acquérir. »


Et quelle cible ! Le choix du fabricant de géomembrane de polyéthylène basé à Varennes se porte sur GSE Environmental. Or, il s'agit là du premier joueur mondial de son industrie, dont le chiffre d'affaires était trois fois plus élevé que celui de Solmax. Pour l'ampleur et la complexité du dossier, cette acquisition a permis à l'entreprise de remporter le prix Transaction de l'année dans la catégorie de 10 à 500 M$ au gala du Club M&A, en mai dernier.


Trouver des partenaires


Depuis quelques années, la rentabilité de GSE Environmental, détenue par deux fonds d'investissement, n'est plus au rendez-vous. Une consolidation avec l'entreprise de Houston était donc tentante...


Au final, les discussions entre les deux joueurs dureront 14 mois et seront fertiles en rebondissements. Au départ, les propriétaires de GSE ont plutôt en tête d'acheter Solmax. Puis, une coentreprise est envisagée, mais sans grand enthousiasme de la part de GSE. Solmax propose finalement d'acheter l'entreprise américaine, tout en étant consciente qu'il s'agit d'une très grosse bouchée.


« Nous avons été engagés dans cette transaction dès le début, révèle Christian Dubé, premier vice-président, Québec à la Caisse de dépôt et placement du Québec. Au départ, les dirigeants de Solmax n'étaient pas certains s'ils pouvaient faire une si grosse acquisition et souhaitaient en discuter avec nous. » La Caisse a décidé d'embarquer dans l'aventure, tout comme le Fonds de solidarité FTQ, partenaire de Solmax depuis 1996, et un syndicat de six banques mené par la Banque nationale du Canada et la Banque TD.


Ultimatum


Reste qu'une transaction d'une telle ampleur n'est pas de tout repos. « Nous achetions sept usines, il fallait faire énormément de vérifications et certaines d'entre elles ont failli tout faire échouer », relate M. Côté. Par exemple, un audit révèle que l'usine de GSE, en Thaïlande, aurait un litige avec les autorités douanières thaïlandaises, lequel pourrait lui coûter jusqu'à 100 millions de dollars. Les partenaires financiers refusent d'aller de l'avant tant que le tout ne sera pas éclairci. Il a fallu un bon trois semaines pour étudier la situation et convenir que le risque s'élevait à un maximum de 5 M $.


Situation similaire quand un audit à l'usine allemande, située sur une ancienne base militaire, émet l'hypothèse d'un risque environnemental. Solmax mandate WSP pour aller y voir de plus près et les conclusions rassurantes permettent de poursuivre les négociations. Ces dernières seront haletantes jusqu'à la toute fin. « Le 20 décembre au matin, je reçois un coup de fil du président de GSE, qui me dit que les discussions ont été trop longues et commencent à leur coûter cher, raconte M. Côté. Si la transaction n'est pas conclue à 17 heures cette journée-là, ils se retirent des négociations. Heureusement, à 11 h 36, François Amyot, l'avocat de McCarthy Tétrault qui pilotait ce dossier, m'a confirmé que tout était signé. »


M. Côté soutient qu'il se sentait « heureux et magané comme un chat de ruelle qui vient de remporter un éprouvant combat ». Solmax détenait trois usines et une centaine d'employés. GSE compte 600 employés et sept usines. Comme dans toute F&A, la négociation passée, le plus difficile reste à venir : réussir l'intégration.


CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «FUSIONS ET ACQUISITIONS: UN BON MILLÉSIME»


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Cinq clés pour gérer les changements d'une fusion-acquisition

BLOGUE. Quel que soit le secteur au sein duquel votre organisation évolue, une chose est sûre ujourd’hui, ...

Olymel gobe les actifs d'Aliments Triomphe

Le montant de la transaction n'a pas été précisé.

À la une

Pourquoi le dollar américain est-il si fort?

Le billet vert approche du sommet de 2002 grâce à plusieurs facteurs favorables, mais gare aux spéculateurs.

Connaissez-vous la croix de Tuominen?

BLOGUE. Un truc carrément génial qui va changer votre quotidien au travail, et même - pourquoi pas? - votre vie.

Bombardier: garder le CRJ, mais continuer de sabrer des postes

Mis à jour il y a 1 minutes | AFP et La Presse Canadienne

« Il n’y a que deux joueurs dans l’industrie » dans ce créneau, « Embraer et [Bombardier] », dit-il.