Le Brésil: quel est l'état du marché?

Offert par Les Affaires


Édition du 08 Octobre 2016

Le Brésil: quel est l'état du marché?

Offert par Les Affaires


Édition du 08 Octobre 2016

Par François Normand

[Photo: 123rf]

On n'investit pas au Brésil pour l'état actuel de son économie, mais pour le rebond qui pourrait suivre. La récession sévit dans le pays. En fait, le Brésil pâtit davantage que lors de la récession mondiale de 2008-2009.


Les perspectives de croissance économique à court terme sont plutôt sombres. Le PIB devrait se contracter de 3,3 % cette année. Les choses devraient cependant s'améliorer, et le PIB devrait revenir en territoire positif en 2017, prévoit le Fonds monétaire international (FMI).


Le Brésil a encore plusieurs forces, souligne Mehran Nakhjavani, associé en stratégie globale chez MRB, une firme indépendante de recherche en placements de Montréal. «Le secteur agroalimentaire est très fort», dit-il, en précisant que ce secteur contribue largement aux exportations du pays.


Actuellement, sa principale faiblesse réside dans son profil de pays producteur de ressources, comme la Russie. «Le Brésil dépend des ressources naturelles, comme le minerai de fer», souligne M. Nakhjavani. L'analyste explique que la réduction de la demande en Chine a un impact sur les exportations de minerais de fer du Brésil.


Quels sont les meilleurs FNB pour y investir ?


Si on est confiant dans le fait que l'économie du pays hôte des derniers Jeux olympiques d'été a atteint un creux et que le redressement s'en vient, Daniel Straus, analyste en recherche de la Financière Banque Nationale, conseille le fonds iShares MSCI Brazil Index (XBZ) de BlackRock. Même son de cloche chez Michel Doucet, vice-président et gestionnaire de portefeuille chez Valeurs mobilières Desjardins.


Ce FNB permet à l'investisseur de placer ses billes dans les actions des moyennes et des grandes entreprises du Brésil. Un peu plus du tiers du FNB est exposé au secteur bancaire.


«Mais il faut être très prudent quand on investit dans cette région du monde», insiste Daniel Straus.


Michel Doucet reconnaît que le Brésil a connu beaucoup des difficultés au cours des dernières années. Néanmoins, ce pays doté d'une classe moyenne émergente a beaucoup de potentiel à terme, réplique le gestionnaire. «Il faut arrêter de regarder dans le rétroviseur !»


Pour ceux qui doutent plus sérieusement et qui préféreraient faire des placements au Brésil mais avec plus de modération, Alain Desbiens, vice-président, Québec et Atlantique chez BMO Gestion mondiale d'actifs, recommande d'investir dans le FINB BMO MSCI marchés émergents (ZEM), un fonds généraliste qui couvre 10 pays, dont le Brésil.


Le principal bémol d'Alain Desbiens à propos du Brésil tient au fait que c'est un grand producteur de pétrole, comme c'est le cas de la Russie et du Mexique. C'est pourquoi il préfère un FNB généraliste et non pas à 100 % brésilien.


Cela dit, le Brésil représente 6,76 % de la répartition géographique du ZEM. Ce FNB investit principalement dans les services financiers, les technologies de l'information et la consommation discrétionnaire. «Notre fonds vise les secteurs très dynamiques», souligne Alain Desbiens.


Quels sont les risques politiques ?


Prévue en 2018, la prochaine élection présidentielle sera cruciale en ce qui a trait aux marchés financiers, écrit dans une note Eurasia Group, une firme new-yorkaise spécialisée dans le risque politique.


Le nouveau président centriste Michel Temer - qui a remplacé la présidente de gauche Dilma Rousseff, destituée en août - amorcera des réformes sur la fiscalité et la retraite afin d'assainir les finances publiques. Il risque toutefois de manquer de temps. Ce sera donc au prochain président de terminer le travail. Or, cette personne pourrait ne pas être Michel Temer.


Trajectoire politique du pays : Eurasia Group a une évaluation positive à court terme et neutre à long terme.


En chiffre...


→ Croissance du PIB : - 3,3 % (en 2016) et 0,5 % (en 2017)


→ Inflation : 5,7 %


→ Taux de change (réal brésilien) : 1 BRL = 0,3068 $ US


→ Ratio cours/bénéfice en 2017 : 156


→ Moyenne historique sur 10 ans : 46


Sources : FMI, OCDE, Bloomberg, Economist Intelligence Unit

À suivre dans cette section


image

Efficacité énergétique

Vendredi 21 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Des FNB sans frais de gestion. On y est presque!

17/08/2018 | Ian Gascon

BLOGUE INVITÉ. De nouveaux fonds à très faible coût ont été lancés récemment.

Voici pourquoi la fermeture de FNB au Canada va s'accélérer

15/06/2018 | Ian Gascon

BLOGUE INVITÉ. Proportionnellement, le Canada compte 3 fois plus de FNB qu'aux États-Unis. Exagérez-vous dites?

À la une

Dieu du Ciel: faire mousser la croissance

20/09/2018 | Fanny Bourel

PME DE LA SEMAINE. Il y a 20 ans ce mois-ci, la microbrasserie Dieu du Ciel lançait son premier pub à Montréal.

Une référence pour les exportateurs et les investisseurs canadiens

20/09/2018 | lesaffaires.com

Nous publions un livre numérique regroupant les meilleures analyses géopolitiques du journaliste François Normand.

Le titre de Médiagrif pourrait valoir 12 à 17 $ dans une vente

Mis à jour le 20/09/2018 | Dominique Beauchamp

Le PDG tire sa révérence, ce qui déclenchera sans doute la mise en vente de l'exploitant de cybermarchés.