Plus de femmes au conseil d'une banque rendrait celle-ci plus risquée

Publié le 27/03/2012 à 10:39, mis à jour le 09/05/2012 à 16:30

Plus de femmes au conseil d'une banque rendrait celle-ci plus risquée

Publié le 27/03/2012 à 10:39, mis à jour le 09/05/2012 à 16:30

Par Thomas Cottendin

[Photo : Bloomberg]

Vaut-il mieux un « bon père de famille » ou une « bonne mère de famille » au sein des conseils d’administration? Communément, les femmes sont considérées comme étant des gestionnaires plus prudentes que les hommes dans le domaine des affaires.


Plus : Les femmes ont-elles aussi le goût du risque? (Blogue «En Tête»)


Sauf pour les banques, juge la Bundesbank, la banque centrale allemande, dans une étude aux conclusions controversées reprise par le Financial Times. (Vous pouvez consulter l'étude dans le document pdf ci-contre).


Les auteurs de cette étude exhaustive sur les entreprises financières allemandes concluent que les changements dans les banques ayant mené à une plus forte proportion de dirigeantes « engendrent une conduite d’affaire plus risquée ».


Les chercheurs ont aussi découvert que l’âge moyen des membres du conseil d'administration influence sur le risque. Plus un administrateur est jeune, plus le risque est élevé. La relation inverse a aussi été apportée: plus le conseil comporte de membres ayant obtenu un doctorat, plus le risque est faible.


Les résultats de cette enquête contredisent l’intuition généralement partagée selon laquelle les femmes sont plus prudentes que les hommes dans les affaires.


La ministre du travail allemande, Ursula von der Leyen, fait partie des politiciennes européennes à faire pression pour des mesures encore plus fortes favorisant la présence des femmes au sein des conseils d’administration.


Au Québec, le gouvernement Charest veut aussi accroître la présence des femmes sur les conseils d'administration. Les femmes occupent encore trop peu de place sur les conseils des sociétés privées québécoises, a déploré la ministre de la Condition féminine, Christine St-Pierre, lors de l'annonce de la création d’une Table des partenaires influents, en janvier dernier.


Les femmes occupent en moyenne 14 % des postes d’administrateurs dans les grandes sociétés québécoises.


L'expérience, la principale raison



image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Les dix meilleures et les dix pires villes où vivre

18/10/2017 | Matthieu Charest

Pour la première fois en une décennie, la qualité de vie s'est globalement améliorée. Mais...

Globex investit en Allemagne

13/09/2017 | Les Affaires PRO

La minière torontoise qui détient plusieurs propriétés en Abitibi et dans la région ...

À la une

Le secret du succès du Starbucks Germain-des-Prés

BLOGUE INVITÉ. L’entreprise de Seattle encourage les initiatives qui permettent de créer une relation avec les clients.

«Le véritable enjeu de la SAQ»... de 2005 à aujourd'hui

#90ansenaffaires | On parle beaucoup de la Société des alcools du Québec (SAQ) du Québec ces derniers jours...

Privatisation de la SAQ: des résultats au mieux mitigés

La privatisation de la SAQ aurait des résultats au mieux mitigés, révèle une étude commandée par le gouvernement.