Voyage au centre de la Terre

Offert par Les Affaires


Édition du 10 Octobre 2015

Voyage au centre de la Terre

Offert par Les Affaires


Édition du 10 Octobre 2015

slide-image

«Ce qu’on veut éviter, c’est l’arrêt total de la production»

François Pronovost, chef géologue de la mine Bracemac-McLeod, dans la boite de notre  camionnette. « Ce qu’on veut éviter, c’est l’arrêt total de la production, comme quand la mine Bell-Allard a fermé en 2004. S’il y a un délai entre deux exploitations, comment va-t-on garder notre monde? » La mine emploie directement 330 travailleurs, soit une personne sur cinq à Matagami.

Valerian Mazataud

«Ce qu’on veut éviter, c’est l’arrêt total de la production»
slide-image

La descente se prépare

Les mineurs du quart du matin attendent de pouvoir descendre dans le puits Penna, à LaRonde. Certains devront emprunter un second puits à 2000 mètres de profondeur pour finalement atteindre, au bout de 10 ou 15 minutes, les 2900 mètres. La mine emploie directement 840 travailleurs, dont 45 % viennent de Rouyn-Noranda.

Valerian Mazataud

La descente se prépare
slide-image

Minéraux

Contrairement aux gisements filoniens de la région, la minéralisation de LaRonde se présente sous forme de sulfures massifs et disséminés. L’argent et les métaux de base (cuivre et zinc) réduisent considérablement les coûts de production de l’or, estimés à 668$ par once en 2014. 

Valerian Mazataud

Minéraux
slide-image

800 mètres de long

Un tout nouveau convoyeur de 800 mètres de long, construit à 2900 mètres sous terre, permettra bientôt à LaRonde de réduire la congestion dans les galeries les plus profondes. Agnico-Eagle a lancé la production commerciale de son gisement LaRonde Extension en 2011, qui a atteint sa pleine capacité de 6000 tonnes par jour en 2014.

Valerian Mazataud

800 mètres de long
slide-image

Dans la Mine McLeod

Dans un chantier de la mine McLeod, à Matagami. La mine de zinc ouverte en 2013 a suffisamment de réserves pour produire jusqu’en 2018, après quoi elle compte sur sa portion profonde pour prolonger sa durée de vie jusqu’en 2022. Bracemac-McLeod est la douzième mine de Matagami depuis sa fondation en 1963.

Valerian Mazataud

Dans la Mine McLeod
slide-image

Une baie d’exploration à McLeod

Philippe Lajoie, 25 ans, et Félix Auger, 21 ans, dans une baie d’exploration à McLeod. Glencore y mène des forages exploratoires afin de connaître le potentiel de la portion McLeod Deep, située entre 930 et 1490 mètres de profondeur. On ignore encore si Glencore, en sérieuse difficulté sur les marchés boursiers, ira de l’avant avec l’exploitation de ce gisement. 

Valerian Mazataud

Une baie d’exploration à McLeod
slide-image

Dans la mine Beaufor

Dans un chantier de type « chambre et piliers », Steve Aubé sécurise la paroi supérieure avec un « stopper » (une foreuse à béquilles), à la mine Beaufor. La méthode, qui consiste à alterner les chantiers et les piliers, est utilisée lorsque les gisements sont à la fois plats et étroits, comme c’est le cas à Beaufor.

Valerian Mazataud

Dans la mine Beaufor
slide-image

40 000m de forage

En 2014, Mines Richmont a foré 40 000 mètres à sa mine Beaufor afin d’ajouter des réserves et prolonger sa durée de vie. Elle compte bien remettre ça en 2015, encouragée par les résultats positifs de sa zone Q, qui s’étend jusqu'à plus de 900 mètres de profondeur. 

Valerian Mazataud

40 000m de forage
slide-image

Mine en sursis

Dans les gisements filoniens de Beaufor, on ne voit jamais bien loin dans l’avenir. « Les chantiers sont étroits de deux ou trois mètres, c’est difficile d’avoir plusieurs années d’avance en réserves», dit Marc-André Lavergne, directeur général. « Ça fait 20 ans que la mine en a pour un an ou deux! »

Valerian Mazataud

Mine en sursis

Découvrir les prochains filons. C’est la quête des mineurs qui descendent à 3 km sous Terre pour travailler dans l’obscurité et sous une chaleur intense. Notre journaliste et notre photographe-vidéaste les ont accompagnés dans trois mines en Abitibi et dans le Nord-du-Québec. Reportage.



Cliquez ici pour consulter le dossier Exploration minière : plongée sous terre

À suivre dans cette section


image

Efficacité énergétique

Vendredi 21 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Énergie solaire : HPQ Silicon récolte 5,3 M$

22/08/2018 | François Normand

La société montréalaise d'exploration minière veut devenir un producteur vertical intégré de silicium.

Nemaska Lithium veut devenir un des plus gros producteurs au monde

BLOGUE. Avec le financement de 1,1 milliard de dollars qu’elle vient de clôturer, Nemaska Lithium a les moyens de ...

À la une

Dieu du Ciel: faire mousser la croissance

20/09/2018 | Fanny Bourel

PME DE LA SEMAINE. Il y a 20 ans ce mois-ci, la microbrasserie Dieu du Ciel lançait son premier pub à Montréal.

Une référence pour les exportateurs et les investisseurs canadiens

20/09/2018 | lesaffaires.com

Nous publions un livre numérique regroupant les meilleures analyses géopolitiques du journaliste François Normand.

Le titre de Médiagrif pourrait valoir 12 à 17 $ dans une vente

Mis à jour le 20/09/2018 | Dominique Beauchamp

Le PDG tire sa révérence, ce qui déclenchera sans doute la mise en vente de l'exploitant de cybermarchés.