Beaucoup de progrès... mais encore du chemin à faire

Publié le 11/02/2012 à 00:00, mis à jour le 09/02/2012 à 09:32

Beaucoup de progrès... mais encore du chemin à faire

Publié le 11/02/2012 à 00:00, mis à jour le 09/02/2012 à 09:32

Par Marie-Claude Morin

À l'occasion du 10e anniversaire du concours Korn/Ferry Les Affaires L'Excellence en gouvernance d'entreprise, nous avons demandé à des administrateurs ce qui a changé quant à la gouvernance de nos entreprises. Réponse : leur tâche s'est alourdie.


Le fonctionnement des conseils d'administration a évolué depuis les débuts du concours Korn/Ferry Les Affaires. Plus sérieux qu'avant et recrutés avec soin, les administrateurs assument des responsabilités grandissantes.


«Les conseils d'administration accordent plus d'attention à la gouvernance, entre autres parce qu'ils se rendent compte que ça a un effet réel sur la performance des entreprises», juge Claude Lamoureux, ancien pdg de Teachers' et administrateur des Aliments Maple Leaf Foods et de Xstrata, entre autres.


Que ce soit pour la rémunération des dirigeants, le développement de nouveaux marchés ou la gestion des risques, les administrateurs interviennent dans plus de dossiers que par le passé. «Toutes les grandes décisions et orientations sont maintenant discutées au conseil, ce qui n'était pas toujours le cas auparavant», raconte Robert Parizeau, nommé administrateur émérite en 2004 et membre du conseil de Power Corporation. Sans compter que les comités sont plus nombreux et actifs qu'il y a 10 ou 20 ans.


Des administrateurs à valeur ajoutée


Afin de permettre aux administrateurs d'assumer ces responsabilités, le recrutement a été étoffé. Plutôt que de faire appel aux amis du pdg, les entreprises cherchent maintenant des administrateurs à valeur ajoutée. «Les nouvelles règles de gouvernance ont contribué à améliorer la qualité des membres des conseils. Les gens arrivent maintenant plus préparés et sont plus responsables», observe Jacques Landreville, administrateur de GLV, Lassonde et Groupe Opmedic. La présence des femmes et des minorités culturelles s'est aussi accrue, quoiqu'il reste encore du chemin à faire.


Des relations étroites avec le pdg


D'autre part, le pdg et le conseil entretiennent des relations beaucoup plus étroites. Administrateur de la Banque Nationale depuis 1994, Gérard Coulombe est à même de le constater. «La relation qu'a Louis Vachon avec son conseil n'est certainement pas la même que celle qu'avait André Bérard. Ce n'est pas que l'un soit meilleur ou pire que l'autre, c'est simplement que les choses ont évolué. Il y a maintenant plus de chimie, de complicité.» Là comme ailleurs, les administrateurs ont pris leur place, participent davantage et discutent plus franchement, dit l'avocat.


«Depuis quelques années, les administrateurs sont plus à l'aise avec les règles de gouvernance, se réjouit Jacques Landreville. Ils peuvent revenir à ce qui est vraiment important, soit le modèle d'entreprise et les clients.»

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

L'occasion est belle pour Apple de se comporter à nouveau comme Wayne Gretzky

Pour illustrer le sens de l'innovation chez Apple, Steve Jobs aimait citer Wayne Gretzky. Celui qui est encore ...

Holvi, la start-up finlandaise qui veut remplacer les banques

31/08/2014 | Julien Brault

BLOGUE. Rencontre avec un jeune entrepreneur qui a lancé une banque en ligne.

Hong Kong: une ville divisée

08:22

Hong Kong connaît l'une de ses plus graves crises politiques depuis sa rétrocession à la Chine en ...