Armez-vous de patience... et d'un bon budget

Offert par Les Affaires


Édition du 13 Juin 2015

Armez-vous de patience... et d'un bon budget

Offert par Les Affaires


Édition du 13 Juin 2015

Le Brésil se classe au 120e rang des 186 pays faisant partie de l’Indice de la facilité de faire des affaires de la Banque mondiale. En comparaison, les États-Unis se classent au 7e rang et le Canada, au 16e.

«Le Brésil présente des occasions dans plusieurs secteurs, mais il faut être très bien préparé et savoir dans quoi on s'embarque», dit Louis-Pierre Émond, consul et délégué commercial principal du Service des délégués commerciaux du Canada, à São Paulo.


Cliquez ici pour consulter le dossier Étiquette en voyage d'affaires


Le Brésil se classe au 120e rang des 186 pays faisant partie de l'Indice de la facilité de faire des affaires de la Banque mondiale. En comparaison, les États-Unis se classent au 7e rang et le Canada, au 16e.


La réglementation brésilienne est complexe, et les mesures visant à protéger les entreprises locales, nombreuses. Sans compter que les Brésiliens veulent bien connaître leurs éventuels partenaires d'affaires avant de s'engager.


«Sans relation de confiance, il n'y a pas de commerce possible, souligne Louis-Philippe Bourgeois, cofondateur de GoExport. Cela signifie qu'il faut multiplier les voyages et même inviter les Brésiliens ici.» Sa firme offre des services d'accompagnement commercial en Amérique latine en plus de gérer en sous-traitance le bureau d'Expansion Québec à São Paulo.


Une qualité est essentielle : la patience. La majorité des exportateurs qui tentent de percer ce marché n'ont pas de résultats concrets avant deux ans. David Bertrand, chef de la direction d'Hospitalis, en sait quelque chose. Après trois ans de travail et une trentaine de voyages, il s'apprête à finaliser les deux premières ventes de sa solution logicielle d'optimisation du suivi clinique des patients. «Pour réussir, il faut du temps et un bon budget de développement des affaires», indique celui qui retourne au Brésil à la fin de l'été.


Fait vécu


«C'est compliqué de faire des affaires au Brésil, mais l'effort en vaut la peine. En effet, avec 7 000 hôpitaux et un secteur de la santé encore peu informatisé, le potentiel est là», dit David Bertrand, d'Hospitalis. Pour pousser la vente de ses logiciels de suivi clinique, la PME montréalaise a retenu les services d'un représentant à São Paulo.


Elle négocie aussi avec un partenaire local pour créer une coentreprise, une stratégie empruntée par bon nombre d'entreprises étrangères en raison des mesures protectionnistes et du taux élevé des taxes à l'importation.


«Nous avons travaillé avec les délégations du Québec et du Canada pour valider la fiabilité de nos contacts et même nous faire introduire auprès de clients potentiels et d'influenceurs», signale M. Bertrand qui recommande fortement cette précaution.


Après trois ans de démarchage, il constate que les Brésiliens sont accueillants... mais qu'ils sont aussi des négociateurs coriaces. «C'est un pays d'entrepreneurs où la mentalité marchande est bien ancrée. Il faut être prêt à négocier de façon serrée», précise-t-il.


Cliquez ici pour consulter le dossier Étiquette en voyage d'affaires


À suivre dans cette section


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Les brèves de la semaine

Édition du 09 Septembre 2017 | Les Affaires

Le Brésil est officiellement sorti le 1er septembre d’une récession historique, avec une progression du PIB ...

Brésil : une canadienne obtient les permis pour débuter la construction de sa mine

01/09/2017 | Les Affaires PRO

Dans un communiqué, la société Anfield Gold Corporation de Vancouver annonce qu'elle a reçu ...

À la une

Balado: Sommes-nous BIEN taxés au Québec?

Il y a 45 minutes | Stéphane Rolland

BALADO. Nous en discutons avec notre invité: Luc Godbout, de l'Université Sherbrooke.

La musique vous rend-elle plus productif?

Il y a 39 minutes | Olivier Schmouker

BLOGUE. La plupart du temps, elle nous aide à travailler «vite et bien», selon une étude.

Combien de temps les Québécois demeurent-ils propriétaires?

Mis à jour le 18/09/2018 | Joanie Fontaine

BLOGUE. Environ la moitié des acheteurs d'unifamiliales auront revendu leur propriété d'ici douze ans.