Comment transformer des «non» en «oui»

Publié le 16/01/2017 à 12:09, mis à jour le 16/01/2017 à 16:11

Comment transformer des «non» en «oui»

Publié le 16/01/2017 à 12:09, mis à jour le 16/01/2017 à 16:11

Par Julien Brault

La semaine dernière, j’ai eu la chance de commencer le programme d’accélération du Centech avec l’équipe de Hardbacon. Le programme est prometteur, mais il a eu un impact sur ma charge de travail, dans la mesure où le temps que j’ai passé à apprendre sur l'élaboration d’entreprises à grand potentiel, je ne l’ai pas passé à faire les mille et une choses qu’il fallait que j’accomplisse.


Les journées se sont donc terminées plus tard la fin de semaine dernière et j’ai dû travailler samedi et dimanche. Il faut dire qu’on amorce le développement de notre application mobile et qu’on est dans la dernière ligne droite avant le lancement de notre campagne de financement collaboratif, qui a pour but de financer la production d’un cours sur l’investissement.


Malgré tout, le programme a déjà eu des retombées pour Hardbacon. En fait, j’ai appris quelque chose en écoutant une conférence d’un entrepreneur québécois dans le cadre du programme de Centech.


Étant donné que nous avons eu comme directive de garder confidentiel le contenu de cette conférence, je ne vais pas vous la raconter. Je peux toutefois vous dire qu’après avoir écouté ladite conférence, j’ai réalisé que je prenais les refus, voire même les absences de réponse, un peu trop au sérieux.


Du temps que j’étais journaliste, j’avais généralement peu de temps pour réaliser chaque article, et j’avais tendance à passer au prochain appel très rapidement si un expert ou un entrepreneur ne répondait pas à mes courriels, ou me disait non. Je me contentais de contacter d’autres sources jusqu’à ce qu’on réponde par la positive. Bref, plutôt que de revenir à la charge ou de me montrer persuasif, je multipliais mes perches tendues. 


C’est une stratégie qui fonctionne bien en affaires lorsqu’il est question de partenariats non stratégiques ou de petits contrats, mais qui peut être préjudiciable dans d’autres contextes. Par exemple, quand on recrute, il faut trouver LA bonne personne et non pas une personne ayant les bonnes compétences. Il ne faut pas reculer devant le fait qu’une personne a déjà un emploi ou qu’elle refuse. Il faut revenir à la charge, et ça, l’entrepreneur qui est venu parler à l’ETS l’a bien compris.


Je n’ai pas d’argent pour embaucher, mais j’ai décidé de contacter des gens à première vue hors d’atteinte pour siéger sur le comité aviseur de Hardbacon. J’ai déjà constitué un comité aux compétences diversifiées, mais il me manque une sommité de l’industrie bancaire. J’ai donc fait une courte liste d’ancien PDG de banques canadiennes et j’ai commencé à les contacter. Je ne m’attends pas à ce qu’ils mordent à l’hameçon à ma première approche, mais je suis déterminé à les relancer jusqu’à ce qu’ils acceptent d’entendre mon résumé de vive voix. Et s’ils disent «Non» après m’avoir entendu, je vais quand même les relancer.


Ça a l’air évident, mais peu de gens se montrent extrêmement insistants. Quand on veut convaincre quelqu’un de nous donner un contrat, de s’associer à nous ou de nous vendre son entreprise, on augmente nos chances en insistant. Même si la personne n’est pas intéressée dans ce que vous lui proposez initialement, votre insistance la fera réfléchir. Après tout, si vous n’arrêtez pas de revenir à la charge, c’est probablement parce que cette personne pourrait avoir plus d’impact en travaillant avec vous.


Principales réalisations:



  • Établissement des fonctionnalités du MVP de notre app mobile

  • Finalisation de notre présentation (résumé deck) pour les investisseurs

  • Mise à jour de notre page de pré-campagne de financement collaboratif


Mesures de croissance:



  • Revenu: 0$ (total: 4350$, croissance: 0%)

  • Nouveaux abonnés à l’infolettre : 44 (total: 3777, croissance: 1%)

  • Nouveaux abonnés sur Instagram : 116 (total: 1508, croissance: 8%)

  • Nouveaux J’aime sur Facebook : 27 (total: 2414, croissance: 1%)

À suivre dans cette section


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

À la une: quand la finance investit dans la finance

Édition du 22 Septembre 2018 | Les Affaires

Le dernier numéro de Les Affaires est là! En manchette, quand la finance investit dans la finance.

Des entreprises «zombies» nuisent à la productivité du Canada

Deloitte s'inquiète du nombre de société de plus de 10 ans dont les bénéfices ne permettent pas de payer leur dette.

OPINION À la une: le nouveau Cirque au travail
Édition du 08 Septembre 2018 | Les Affaires
À la une: Avril, une stratégie qui porte fruit
Édition du 08 Septembre 2018 | Les Affaires
La ­Fondation Montréal inc. aidera les jeunes entrepreneurs de ­Longueuil
Édition du 08 Septembre 2018 | Marie-Pier Frappier

À la une

Entreprises québécoises: comment se conformer au RGPD?

Édition du 22 Septembre 2018 | Jean-François Venne

L’entrée en vigueur, en mai 2018, du Règlement général sur la protection des données (RGPD) dans l’Union européenne...

America inc. exhorte Trump à garder le Canada dans l'ALÉNA

Les poids lourds d’America Inc. demandent aussi trois choses aux négociateurs.

ALÉNA: encore du travail avant de parvenir à un accord entre Washington et Ottawa

13:38 | AFP

Beaucoup de travail reste à faire au cours des discussions de haut niveau qui ont repris mercredi à Washington.