L'achat d'oeuvres d'art procure un avantage fiscal

Offert par Les Affaires


Édition du 18 Avril 2015

L'achat d'oeuvres d'art procure un avantage fiscal

Offert par Les Affaires


Édition du 18 Avril 2015

Par Dominique Froment

En plus d'améliorer l'environnement de travail des employés et d'encourager les artistes de chez nous, l'achat d'oeuvres d'art canadiennes procure un avantage fiscal.


Cliquez ici pour consulter le dossier «Comment investir dans l'art»


Simon Gareau, avocat fiscaliste, directeur principal en fiscalité au bureau de Sherbrooke de Raymond Chabot Grant Thornton, nous explique comment ça fonctionne.


Un contribuable, c'est-à-dire un particulier, une société de personnes, une société par actions ou une fiducie qui acquiert une oeuvre d'art admissible peut, s'il respecte certaines conditions, réclamer une déduction pour amortissement annuelle correspondant à 20 % du montant payé, au fédéral, et à 33,3 %, au Québec. La règle du demi-taux limite cependant à 10 % au fédéral et à 16,67 % au Québec la déduction pouvant être réclamée par le contribuable la première année.


Qu'est-ce qu'une oeuvre admissible ?


- Estampe, gravure, dessin, tableau et autres oeuvres d'art de même nature, dont le coût est d'au moins 200 $ ;


- Tapisserie ou tapis tissé à la main ou dont les applications sont faites à la main et dont le coût est d'au moins 215 $ le mètre carré (10,76 pi2) ;


- Gravure, lithographie, gravure sur bois ou carte réalisée avant 1900 ;


- Meuble ou tout autre objet fabriqué il y a plus de 100 ans avant la date d'acquisition et dont le coût est d'au moins 1 000 $.


Les conditions à respecter


- L'oeuvre d'art doit avoir été produite par un artiste qui était citoyen canadien ou résident permanent à la date où elle a été créée ;


- L'oeuvre doit avoir été acquise auprès d'une personne sans lien de dépendance ;


- L'oeuvre doit avoir été acquise dans le but exclusif de gagner du revenu d'entreprise, par exemple pour décorer la réception, une salle de réunion, les corridors ou le bureau d'un actionnaire et être à la vue des clients de l'entreprise. L'acquéreur ne peut apporter l'oeuvre à sa résidence personnelle, à moins d'y posséder un bureau où des clients se rendent, comme c'est le cas de certains travailleurs autonomes (avocats, comptables, consultants, etc.).


Cliquez ici pour consulter le dossier «Comment investir dans l'art»


Prendre ou ne pas prendre d'amortissement


Le contribuable a le choix de réclamer annuellement une dépense d'amortissement sur les oeuvres d'art qu'il a acquises, à condition de respecter certaines exigences. Celui qui vend une oeuvre d'art doit, si la valeur de celle-ci a augmenté, être imposé sur le gain en capital, soit la différence entre le prix payé et le prix de vente (seulement 50 % du gain est imposable). De plus, il doit ajouter à son revenu d'entreprise la récupération de l'amortissement réclamée au cours du temps, à moins qu'il ne possède d'autres oeuvres d'art ou qu'une nouvelle oeuvre ne soit acquise dans un délai de deux ans ; c'est ce qu'on appelle le choix de bien de remplacement.


«À moins qu'il ne possède d'autres oeuvres d'art.» Qu'est-ce que cela veut dire ? «Les oeuvres d'art sont toutes regroupées dans une même catégorie d'immobilisations ; il n'y a pas de catégorie distincte pour chacune des oeuvres. Ainsi, même si un contribuable réalise un gain en capital en vendant une oeuvre d'art complètement amortie, il ne sera pas nécessairement assujetti à la récupération d'amortissement, étant donné que toutes les oeuvres d'art sont regroupées au sein d'une même catégorie», explique M. Gareau. Par conséquent, s'il possède d'autres biens d'un coût non amorti suffisant dans la même catégorie, seul le solde de la fraction non amortie du coût en capital sera réduit.


Au sujet de l'amortissement, il existe deux écoles de pensée chez les fiscalistes, explique M. Gareau : profiter de l'avantage fiscal de l'amortissement chaque année et payer davantage d'impôt plus tard au moment de la revente, ou ne pas prendre d'amortissement et payer moins d'impôt lors de la revente. «Un des objectifs visés par la plupart des fiscalistes consiste à reporter l'imposition le plus longtemps possible ; et le fait de réclamer une dépense d'amortissement permet d'atteindre cet objectif», estime M. Gareau.


Enfin, si vous faites don d'une oeuvre d'art à un organisme de bienfaisance, il sera traité au même titre que si vous aviez effectué un don en argent. Si la valeur de l'oeuvre est inférieure à 1 000 $, l'évaluation faite par un employé compétent du donateur sera acceptée. Par contre, si la valeur de l'oeuvre est de 1 000 $ ou plus, l'évaluation devra être faite par un expert indépendant reconnu.


Cliquez ici pour consulter le dossier «Comment investir dans l'art»


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

L’art à la rescousse des gens stressés

Édition de Novembre 2018 | Claudine Hébert

Stressé par le travail, la vie de famille et autres aléas de la vie ? ­Prenez un bain de culture. ...

L'autodestruction d'une oeuvre de Banksy: quel impact sur le marché de l'art?

11/10/2018 | AFP

Les connaisseurs sont tous d'accord pour reconnaître que cette autodestruction était «un coup bien monté».

À la une

Êtes-vous obligé d'accepter une promotion?

BLOGUE INVITÉ. Il est essentiel de bien comprendre ce que représente la promotion, ses implications ainsi que son impact

«L'avantage francophone hors Québec», dans Les Affaires en 2007

#90ansenaffaires | Quand Les Affaires célébrait «la force des affaires en français».

Leaders, voici pourquoi vos conseils ne sont jamais écoutés!

BLOGUE. À force d'agir en expert «qui sait toujours tout sur tout», les oreilles des autres deviennent sourdes.