Croissance accélérée pour Le Camp à Québec

Publié le 02/11/2015 à 12:08

Croissance accélérée pour Le Camp à Québec

Publié le 02/11/2015 à 12:08

Budgeto a développé un logiciel en ligne pour aider les petites firmes à effectuer leur budget. D’abord installée dans l’espace de coworking de l’incubateur-accélérateur Le Camp, à Québec, puis dans un bureau fermé, la start-up a lancé son logiciel en mai dernier et compte aujourd’hui 1000 clients dans la province. Elle s’apprête à se lancer sur le marché nord-américain hors Québec.


Elle fait partie de la dizaine d’entreprises technologique abritées au sein du Camp, ouvert il y a huit mois dans le quartier Saint-Roch. « Notre espace de coworking est plein, nos bureaux fermés sont tous occupés et nous avons des listes d’attente pour certains de nos programmes d’accélération. Nous avons déjà atteint les objectifs qu’on s’était fixés pour la première année », indique Isabelle Genest, directrice exécutive du Camp.


L’incubateur a déjà des projets de croissance : il s’installera dans de nouveaux locaux de 10 000 pi2 en janvier prochain. Il comprendra une douzaine de bureaux fermés comparativement à trois aujourd’hui et 25 places dans l’espace de coworking contre 15 actuellement.


Cet espace, qui se veut «le point d’ancrage de la communauté technologique de Québec», selon Isabelle Genest, a multiplié les activités pour attirer les petites entreprises technologiques prometteuses du territoire, comme Budgeto.


L’entreprise a ainsi pu réunir l’équipe de neuf personnes (dont seulement trois à temps plein et rémunérés) qui la compose et qui a travaillé toute l’année dernière chacun chez soi. Mais là n’est pas l’avantage essentiel selon Charles-Hubert Déry, le président de Budgeto, qui voit deux intérêts majeurs au Camp.


D’abord, la proximité des autres entreprises. «Je n’avais pas pensé à cet aspect mais la réflexion et les discussions avec les autres firmes nous aide beaucoup. Par exemple, on a appris l’existence d’un logiciel de tracking grâce à un collègue d’une autre entreprise installée au Camp. Ça nous a permis de savoir les problèmes que rencontraient nos clients avec notre logiciel et d’améliorer le produit», rapporte le président.


Autre intérêt : les différentes conférences gratuites et les ateliers organisés par le Camp. «Un matin, le consulat général du Mexique et Export Québec sont venus expliquer les besoins du Mexique. On s’est rendu compte qu’on avait peut-être un marché potentiel là-bas. Le consulat nous a fourni des contacts d’affaires intéressants sur place », raconte le chef d’entreprise. Le centre a organisé également des missions commerciales à New York et en Californie, où des experts locaux et des entrepreneurs canadiens installés sur place donnent des clés pour bien connaître et aborder le marché, et en proposera une bientôt en France.


Les deux programmes d’accélération – un pour les entreprises en démarrage qui veulent valider leur plan d’affaires et un autre pour celles prêtes à croître- ont déjà vu passer une trentaine de firmes. Avec l’entrée dans la deuxième phase de développement du Camp, début 2016, un troisième programme, d’incubation celui-là, sera lancé.


Le modèle d’affaires du Camp bénéficie du soutien de Québec International, qui lui a dédié quatre personnes de son équipe et partage certains services névralgiques comme celui des communications et de l’administration.


Il accueille par ailleurs d’autres entreprises, qui ne sont pas incubées au Camp. Seule condition : que la firme propose un produit technologique (et non pas des services exclusivement) et ait un potentiel d’exportation.


L’incubateur est financé à 75 % par la Ville de Québec, qui verse 2,1 millions de dollars sur cinq ans. Le reste du financement est assuré par des partenaires privés et des revenus propres (location et frais payés par les participants aux programmes).

À suivre dans cette section


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Le titre CGI atteint des niveaux records. Devrait-on s'inquiéter?

17/02/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. J’estime que l’occasion est bonne de faire le point sur cette société de chez nous.

Encore fragile, la Bourse peut s'offrir d'autres gains

BLOGUE. Les assises techniques restent vacillantes, mais l'économie et les profits sont deux vents de dos.

Préparez-vous à la Russie de l’après-Poutine

17/02/2018 | François Normand

ANALYSE. Il faut déjà penser à la période d’incertitude qui suivra la fin du «poutinisme».