Diaporama: l'Halloween en sept données économiques

Publié le 30/10/2012 à 15:35

slide-image

L'Halloween en sept données économiques

L’Halloween est à nos portes. LesAffaires.com regarde cette fête à travers des lunettes économiques. Voici sept données pour la fête des citrouilles et des vampires.

L'Halloween en sept données économiques
slide-image

Une montée de sucre pour les actionnaires

Les investisseurs semblent avoir une montée de sucre au lendemain de l’Halloween. « Vendez en mai, et partez » est un adage bien connu sur les parquets boursiers.

Moins connu est l’« indice Halloween », qui y est intimement lié.

Cette stratégie recommande aux investisseurs de revenir dans le marché après l’Halloween, pour investir entre novembre et avril. Et, on revend en mai.

Entre 1998 et 2011, les investisseurs qui ont adopté la méthode « Halloween » ont fait un meilleur rendement que ceux qui sont restés dans le marché toute l’année, selon deux chercheurs de la Massey University en Nouvelle-Zélande.

Durant cette période, les marchés canadiens ont donné un rendement annuel de 7,96 % entre novembre et avril. Les marchés ont plutôt gagné 6,47 % pour les investisseurs qui sont restés toute l’année.

Chez nos voisins du sud, l’écart est encore plus important. C’est un rendement de 5,02 % par rapport à un une progression de 1,73 %.

Une montée de sucre pour les actionnaires
slide-image

Des fantômes cassés

Si les fêtes étaient des sociétés cotées en Bourse, l’Halloween serait celle qui lèverait le moins de capitaux. Dans la somme de leur budget qu’il consacre aux fêtes, les Américains n’accordent que 2,6 % de ce poste de dépense à l’Halloween. Noël accapare à elle seule 60 % des investissements.

Des fantômes cassés
slide-image

Le jack-pot pour les friandises

Pour les fabricants de friandises, cependant, l’Halloween, c’est Noël. Près de 8 % de leurs chiffres d’affaires est réalisé durant cette période.

Le jack-pot pour les friandises
slide-image

L'Halloween dans l'économie du Québec

Les Québécois dépenseront près de 135 M$ pour l’Halloween, selon les données publiées l’an dernier par le Conseil québécois du commerce de détail.

L'Halloween dans l'économie du Québec
slide-image

Et chez nos voisins du sud

Les Américains devraient dépenser 8 G $ US cette année, selon la National Retail Association.

Et chez nos voisins du sud
slide-image

Et vous, combien dépenserez-vous?

Les familles canadiennes avec enfants dépenseront 75 $ en moyenne pour célébrer l'Halloween avec leurs petits monstres, selon un sondage Harris/Decima, effectué pour le Conseil canadien du commerce de détail.

Et vous, combien dépenserez-vous?
slide-image

Les masques : baromètre électoral

Barack Obama serait le grand gagnant des élections américaines, selon Spirit Halloween, le plus important magasin saisonnier consacré à cette fête chez nos voisins du sud. Pourquoi?

Les masques à l’effigie du président sortant représentent 60 % des ventes de masques reprenant les traits des deux candidats. M. Romney tire de la patte avec 40 %.

Même si la prédiction du détaillant est loin d’être scientifique, Spirit Halloween a vu juste à chaque élection depuis qu’elle recense ses ventes en 1996.

L’indicateur a permis de prédire avec justesse les élections de Bill Clinton, George W. Bush et Barack Obama.

Les masques : baromètre électoral

Thème associé: diaporama
Par: lesaffaires.com

lesaffaires.com

À suivre dans cette section

Sur le même sujet

Salaire: 7 stratégies pour avoir plus en 2015

29/11/2014 | Nathalie Vallerand

N’hésitez pas à négocier votre augmentation salariale pour la prochaine année. Voici comment vous préparer.

Les 10 voitures offrant la meilleure valeur de revente

07/11/2014 | Marc Bouchard

La majorité des consommateurs vous diront que la valeur de revente d’une voiture est un ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Hausse des tarifs des CPE: pas de solutions fiscales miracles, mais ...

Voici quelques solutions fiscales pour atténuer l’impact de la hausse des frais de garde décrétée par Québec.

Poutine joue à la roulette russe

ANALYSE. La politique étrangère de Vladimir Poutine risque de plonger la Russie dans une longue crise économique.

Donner, ça se calcule

Édition de Novembre 2014 | Dominique Froment

Les dons spontanés, c'est bon pour le moral, mais ce n'est pas la meilleure façon de soutenir une ...