Diaporama: l'Halloween en sept données économiques

Publié le 30/10/2012 à 15:35

slide-image

L'Halloween en sept données économiques

L’Halloween est à nos portes. LesAffaires.com regarde cette fête à travers des lunettes économiques. Voici sept données pour la fête des citrouilles et des vampires.

L'Halloween en sept données économiques
slide-image

Une montée de sucre pour les actionnaires

Les investisseurs semblent avoir une montée de sucre au lendemain de l’Halloween. « Vendez en mai, et partez » est un adage bien connu sur les parquets boursiers.

Moins connu est l’« indice Halloween », qui y est intimement lié.

Cette stratégie recommande aux investisseurs de revenir dans le marché après l’Halloween, pour investir entre novembre et avril. Et, on revend en mai.

Entre 1998 et 2011, les investisseurs qui ont adopté la méthode « Halloween » ont fait un meilleur rendement que ceux qui sont restés dans le marché toute l’année, selon deux chercheurs de la Massey University en Nouvelle-Zélande.

Durant cette période, les marchés canadiens ont donné un rendement annuel de 7,96 % entre novembre et avril. Les marchés ont plutôt gagné 6,47 % pour les investisseurs qui sont restés toute l’année.

Chez nos voisins du sud, l’écart est encore plus important. C’est un rendement de 5,02 % par rapport à un une progression de 1,73 %.

Une montée de sucre pour les actionnaires
slide-image

Des fantômes cassés

Si les fêtes étaient des sociétés cotées en Bourse, l’Halloween serait celle qui lèverait le moins de capitaux. Dans la somme de leur budget qu’il consacre aux fêtes, les Américains n’accordent que 2,6 % de ce poste de dépense à l’Halloween. Noël accapare à elle seule 60 % des investissements.

Des fantômes cassés
slide-image

Le jack-pot pour les friandises

Pour les fabricants de friandises, cependant, l’Halloween, c’est Noël. Près de 8 % de leurs chiffres d’affaires est réalisé durant cette période.

Le jack-pot pour les friandises
slide-image

L'Halloween dans l'économie du Québec

Les Québécois dépenseront près de 135 M$ pour l’Halloween, selon les données publiées l’an dernier par le Conseil québécois du commerce de détail.

L'Halloween dans l'économie du Québec
slide-image

Et chez nos voisins du sud

Les Américains devraient dépenser 8 G $ US cette année, selon la National Retail Association.

Et chez nos voisins du sud
slide-image

Et vous, combien dépenserez-vous?

Les familles canadiennes avec enfants dépenseront 75 $ en moyenne pour célébrer l'Halloween avec leurs petits monstres, selon un sondage Harris/Decima, effectué pour le Conseil canadien du commerce de détail.

Et vous, combien dépenserez-vous?
slide-image

Les masques : baromètre électoral

Barack Obama serait le grand gagnant des élections américaines, selon Spirit Halloween, le plus important magasin saisonnier consacré à cette fête chez nos voisins du sud. Pourquoi?

Les masques à l’effigie du président sortant représentent 60 % des ventes de masques reprenant les traits des deux candidats. M. Romney tire de la patte avec 40 %.

Même si la prédiction du détaillant est loin d’être scientifique, Spirit Halloween a vu juste à chaque élection depuis qu’elle recense ses ventes en 1996.

L’indicateur a permis de prédire avec justesse les élections de Bill Clinton, George W. Bush et Barack Obama.

Les masques : baromètre électoral

Thème associé: diaporama
Par: lesaffaires.com

lesaffaires.com

À suivre dans cette section

Sur le même sujet

Les 10 plus grosses entrées en Bourse de l'histoire

19/09/2014

Avec un total de 25G$, le groupe chinois Alibaba devient la plus grande introduction en Bourse de l'histoire.

Les gagnants et les perdants boursiers du mois d'octobre

01/11/2013

Qui sont les gagnants et les perdants québécois du mois d’octobre? À partir de notre ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Trouble en vue au paradis (fiscal)

BLOGUE. L'administration Obama vient de s'attaquer à l'évitement fiscal. Chez Valeant, on deviendrait plus nerveux.

Pas question de «marchander» le projet de loi 3, prévient Moreau

Québec n'entend pas reculer sur la réforme des retraites, prévient le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau.

Restez zen face au recul des PME en Bourse

La faiblesse des PME en Bourse réduit l'évaluation élevée de ces titres et n'aura pas d'effet de contagion sur le S&P.