Dix tendances en tourisme pour 2015

Offert par Les Affaires


Édition du 31 Janvier 2015

Dix tendances en tourisme pour 2015

Offert par Les Affaires


Édition du 31 Janvier 2015

slide-image

1- L’ère de l’image de soi

La destination n’a plus d’importance… Ou si peu, comparativement à la mise en scène qu’elle permet aux touristes, désormais surtout intéressés par la diffusion de leurs égoportraits (selfies). Moins de mots, plus de visuels. L’industrie du tourisme comme celle de la publicité ne peuvent plus l’ignorer.

1- L’ère de l’image de soi
slide-image

2- La force retrouvée du marché américain

Après des années difficiles, les touristes américains pourraient revenir plus nombreux au Canada. La reprise aux États-Unis, la baisse du baril de pétrole et la chute du huard par rapport à la devise américaine sont autant de facteurs qui laissent espérer leur retour.

2- La force retrouvée du marché américain
slide-image

3- L’Internet des objets

L’apparition de nouveaux objets connectés à Internet (montre, bracelet, lunettes) donne naissance à de nouvelles façons de communiquer, de s’informer, de consommer et de s’orienter. L’industrie touristique, qui ne peut ignorer ce mouvement, en profitera pour mieux comprendre les habitudes des visiteurs.

3- L’Internet des objets
slide-image

4- La fin de la récréation pour les agences en ligne

Après des années de croissances effrénées, les agences de voyage en ligne comme Booking.com, ou Voyagearabais.com auraient atteint leur niveau de saturation. Plus nombreuses que jamais et sous le feu de plusieurs législations nationales, elles sont appelées à souffrir de plus en plus de l’offre de sites collaboratifs à la Airbnb.

4- La fin de la récréation pour les agences en ligne
slide-image

5- Les hôteliers redeviendront hôteliers

La concurrence féroce de nouveaux champions de l’économie collaborative aura fini par convaincre l’industrie hôtelière traditionnelle d’améliorer son offre. La solution: un recentrage vers le métier d’hôtelier en offrant courtoisie, propreté, quiétude et confort aux clients demeurés fidèles.

5- Les hôteliers redeviendront hôteliers
slide-image

6- Le réchauffement climatique s’impose

C’est une réalité et le tourisme hivernal, au Québec comme dans le reste du pays, en souffre amèrement. Parlez-en aux acteurs des industries du ski, de la motoneige, du traineau à chien ou de la pêche sur glace. Les affaires ne sont plus ce qu’elles étaient. L’industrie touristique d’ici serait due pour une importante remise en question, à la fois de son offre de produits et des modèles d’affaires qui les supportent, que de son image sur les marchés internationaux.

6- Le réchauffement climatique s’impose
slide-image

7- Des aéroports plus accueillants

Les aéroports ne deviendront jamais des havres de paix. Mais après des années de turbulence, surtout guidées par des impératifs de sécurité, les administrations aéroportuaires tentent maintenant d’alléger l’expérience de leur clientèle. Dans ce contexte, le Wifi gratuit, les bornes électroniques et la multiplication d’applications mobiles visant à guider le passager ou à accélérer son passage aux douanes font office de sauveurs.

7- Des aéroports plus accueillants
slide-image

8-Le tourisme collaboratif se poursuit

En dépit de toutes les critiques dont elles font l’objet, les plateformes collaboratives nées dans le secteur de l’hébergement (Airbnb) et du transport (Uber) poursuivront probablement leur croissance en 2015. Les quelques autres initiatives, visant par exemple l’offre de repas chez l’habitant, ou de tours de quartier par des guides résidants, émergent ça et là, sans encore beaucoup de succès.

8-Le tourisme collaboratif se poursuit
slide-image

9- La Chine s’en vient

Avec la croissance de son économie, les Chinois sont de plus en plus nombreux à voyager. Mais non seulement voyagent-ils plus, ils investissent également de plus en plus dans ce secteur de l’économie. Le Club Med et le Château Montebello, passées récemment aux mains d’intérêts chinois, le prouvent bien.

9- La Chine s’en vient
slide-image

10- La fin du marketing de masse

«Visitez la province de Québec» est le type de slogans autrefois utilisés qui n’aurait aucune chance de succès aujourd’hui. Plus que jamais, le marketing de masse cède sa place au marketing personnalisé, ciblé, hyperciblé. En cette ère du numérique, chaque personne constitue une niche en soi que restaurateurs, hôteliers, ou festivaliers doivent approcher comme autant de clients différents.

10- La fin du marketing de masse
Par Martin Jolicoeur

S’il existe une industrie qui n’évolue pas en vase clos, c’est bien celle du tourisme. Perméable aux soubresauts économiques, autant qu’aux modes et transformations technologiques, cette industrie change d’année et année.


La Chaire de tourisme Transat de l’École des sciences de la gestion de l’UQAM, en partenariat avec Tourisme Montréal, a tout récemment présenté les 15 tendances qui, de leur point de vue, sont les plus susceptibles de marquer l’année 2015. Nous vous en présentons 10.


 

À suivre dans cette section


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février

Sur le même sujet

Gaspésie: vous pourriez faire mieux !

BLOGUE INVITÉ. Où, en Gaspésie, est passé le plaisir de faire vivre une belle expérience aux visiteurs?

Le Club Med «made in Quebec» porte maintenant un nom

20/07/2018 | Catherine Charron

Dites bonjour au Club Med Québec Charlevoix.

À la une

Le faux débat de l'immigration

BLOGUE INVITÉ. Je suis fils d’immigrant. Mon père, bourguignon d’origine, est arrivé ...

Vous avez des questions au sujet de votre retraite?

En participant à la Clinique Retraite de Les Affaires, vous pourriez avoir des réponses. Appel de candidatures.

Goodfood, Desjardins fait grimper le titre de 4%

Goodfood devient un partenaire de choix pour les épiciers et pourrait même devenir une cible d'acquisition.