L’approche HaaS : est-ce pour votre entreprise ?

Publié le 12/12/2017 à 00:01

Lorsqu’une organisation cherche à simplifier la gestion de ses TI en confiant à un tiers la responsabilité de son matériel informatique et de sa maintenance, c’est ce qu’on appelle l’approche HaaS (Hardware as a Service). Et le concept gagne en popularité. Voici pourquoi.

Ordinateurs, ordinateurs portatifs, serveurs, imprimantes,   périphériques   (souris,  écrans,  etc.).  « Désormais, tout le matériel informatique d’une entreprise peut être fourni en tant que service, dit Mark Duchesne, coordonnateur marketing chez Informatique ProContact, une entreprise spécialisée en solutions informatiques. Le client a un forfait qui lui donne accès à du matériel physique (ordinateurs), à des services gérés (par exemple, le soutien technique) et à des services infonuagiques (pour soutenir les opérations). »

Dans un modèle HaaS, le fournisseur gère donc à distance le parc informatique de l’entreprise, moyennant une mensualité fixe. Le client a ainsi accès à divers équipements, selon ses besoins. « Chez nous, par exemple, on fournit des ordinateurs HP et des logiciels Microsoft, explique Mark Duchesne. On mise sur une technologie qu’on connaît, qu’on maîtrise, et une plateforme qui a fait ses preuves. » Le fournisseur s’occupe également de la configuration, du déploiement, de l’entretien des postes, de la sauvegarde et de la récupération de données. « C’est là que la dimension as a service prend tout son sens, fait valoir M. Duchesne. Le client gagne beaucoup de temps. On lui offre un service clés en main. »

Économie de temps et d’argent
Pour mieux mesurer les avantages qu’une organisation peut tirer d’une approche HaaS, comparativement à l’acquisition et à l’opération d’un parc informatique, il est important de considérer le coût total de possession (Total Cost of Ownership ou TCO). Financièrement parlant, est-il plus avantageux de posséder son parc informatique, ou de payer un montant mensuel pour le louer (en quelque sorte) ?

« Plus l’entreprise a de postes à gérer, plus il peut être avantageux pour elle d’avoir recours à un modèle de type HaaS, note Mark Duchesne. Le client gagne ainsi en productivité en confiant à des experts le soin de gérer leurs services TI et d’assurer le soutien technique. » De plus, les activités planifiées de maintenance préventive sur l’infrastructure réduisent le nombre de pannes, ce qui augmente aussi la productivité.

En ce sens, bien que l’approche HaaS puisse s’adapter à toutes les organisations, elle répond surtout aux besoins des moyennes et des grandes entreprises.

S’adapter plus vite au virage numérique
« La montée en importance de l’informatique en nuage et l’augmentation considérable de la puissance des équipements informatiques, notamment des serveurs, ont favorisé les approches as a service », constate Mark Duchesne. Le modèle SaaS (Software as a Service) s’est ainsi imposé dans les années 2000. Il a permis de passer d’un modèle où l’on devait acheter une licence d’utilisation pour un logiciel, à un modèle où l’on paie une mensualité pour profiter de un ou de plusieurs logiciels d’une même « suite ».

Puis, l’approche HaaS, suite logique du SaaS, a fait son apparition aux États-Unis. Ce modèle commence tranquillement à s’imposer au Canada et au Québec. Son intérêt vient du fait que les entreprises peuvent se moderniser afin de s’adapter au virage numérique sans nécessairement devoir passer leur temps à régler des problèmes informatiques et à gérer du matériel...

Par ailleurs, dans le choix d’un fournisseur de solutions HaaS, les plus petites entreprises comme Informatique ProContact ont l’avantage de proposer à leurs clients un service de proximité. « Il n’y a pas de transferts d’appels à n’en plus finir. C’est l’avantage en PME : on peut faire preuve de flexibilité et d’agilité », souligne Mark Duchesne, en précisant toutefois que certaines multinationales sont à la fois des concurrents, mais aussi des partenaires en matière d’équipements et de logiciels.

Ainsi, si les mises à jour des antivirus et des systèmes d’exploitation, la sauvegarde et la récupération de données ou encore l’entretien et l’optimisation du système grugent les ressources de votre organisation, vous venez certainement de trouver la solution ! Car si les TI ne sont pas au cœur de vos affaires, investir trop d’efforts, de ressources humaines et de capital dans ces infrastructures n’est pas une stratégie gagnante à long terme. En bref, concentrez-vous sur ce que vous faites de mieux, et laissez à des experts le soin de s’occuper de vos TI !

Le contenu partenaire c'est quoi ?

Ce contenu destiné à la communauté d'affaires a été produit par un annonceur ou pour un annonceur. Les journalistes de Les Affaires ne sont pas impliqués dans la rédaction de ce contenu.

À la une

Feedback: un ami qui vous veut du bien

12/12/2017 | Francis Gosselin

BLOGUE INVITÉ. Est-il temps de dire adieu aux évaluations annuelles? Plusieurs entreprises l'ont fait.

Le moyen le plus facile de profiter du bitcoin

12/12/2017 | François Remy

BLOGUE. Je vais vous parler de produits dérivés sans évoquer la Bourse, la spéculation, la bulle…

Investir dans le bitcoin rapporte le plus... les lundis

11/12/2017 | François Remy

BLOGUE. Voilà le genre de lecture qui pourrait vous faire aimer le début de la semaine. Ou le détester encore plus...