Bourse: Wall Street et Toronto s'affranchissent des incertitudes

Publié le 14/08/2018 à 09:32, mis à jour le 14/08/2018 à 17:13

Bourse: Wall Street et Toronto s'affranchissent des incertitudes

Publié le 14/08/2018 à 09:32, mis à jour le 14/08/2018 à 17:13

[Photo: Getty Images]

La Bourse de New York a terminé nettement dans le vert mardi, repartant de l'avant à la faveur d'une accalmie des craintes liées au plongeon de la livre turque.


État de la situation à la clôture:


S&P/TSX : +0,49% à 16 330 points
S&P 500 : +0,64% à 2 840 points
Dow Jones : +0,45% à 25 299 points
Nasdaq : +0,68% à 7 870 points


Contexte


L'effondrement de la livre turque à son plus bas niveau historique et l'éventuel effet de contagion à d'autres économies avaient fortement secoué les marchés au cours des séances précédentes. 


«Mais les investisseurs ont probablement réalisé mardi qu'en dehors de la Turquie, qui va probablement connaître une dure récession peu importe ce qui se passe maintenant, les risques étaient assez limités», a estimé Christopher Low de FTN Financial.


«Les courtiers s'inquiétaient particulièrement de l'exposition des banques européennes et de la possibilité qu'elles encaissent de grosses pertes mais elles ont apparemment su rassurer», a noté l'économiste.


Le secteur bancaire américain en a profité, JPMorgan Chase s'appréciant par exemple de 0,67%, Citigroup de 1,23% et Bank of America de 1,02%.


Appel au boycott


La situation est toutefois loin d'être réglée aux yeux de M. Low puisque «la Banque centrale américaine prévoit toujours de continuer à remonter ses taux d'intérêt alors que la Turquie n'a pris aucune mesure concrète» en ce sens, ce qui devrait accentuer le recul de la devise turque face au dollar.


De plus, les tensions avec les États-Unis, à l'origine de l'accélération du plongeon de la monnaie la semaine dernière, ne semblaient pas s'apaiser, le président Recep Tayyip Erdogan lançant un appel au boycott des appareils électroniques américains. 


Dans un marché qui en cette fin de saison de résultats détourne son attention des chiffres trimestriels des entreprises pour se concentrer sur des problématiques plus macro-économiques, «l'absence de nouvelles tensions sur le front commercial est aussi considérée comme une bonne nouvelle», a souligné Art Hogan de B. Riley FBR.


La séance a par ailleurs été marquée par un nouveau rebondissement dans le feuilleton Tesla (-2,46%), scruté de près depuis que son PDG Elon Musk a annoncé la semaine dernière son intention de retirer le groupe de la cote. Le fabricant de voitures électriques a indiqué mardi avoir formé un comité spécial pour étudier ce projet. 


Le marché obligataire s'est un peu tendu: le rendement sur la dette américaine à dix ans montait en fin d'après-midi à 2,897% contre 2,879% à la clôture lundi, et celui à 30 ans à 3,067% contre 3,047% la veille. 


Parmi les autres valeurs du jour, l'assureur santé Cigna a progressé de 1,95% alors que l'investisseur activiste Carl Icahn a décidé de ne plus s'opposer à sa fusion avec Express Scripts (+2,36%) à la suite du soutien apporté à l'opération par d'autres groupes d'actionnaires. 


Coca-Cola, qui a annoncé mardi prendre une participation minoritaire dans les boissons énergisantes BodyArmor dans l'espoir de concurrencer Gatorade (PepsiCo), marque prisée par les sportifs, a pris 0,13%.


Les investisseurs ont aussi salué les résultats trimestriels de la maison mère des marques Coach et Kate Spade, Tapestry (+12,01%), et du groupe de pièces détachées automobiles Advance Auto Parts (+7,79%). 


La chaîne de magasins de bricolage et articles de maison Home Depot a également dévoilé des chiffres trimestriels supérieurs aux attentes mais son action a reculé de 0,54%.


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Chute du pétrole: il ne faut pas crier au loup

Mis à jour le 09/11/2018 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Aux dires de deux experts, le déclin record du pétrole n'envoie pas de signal économique.

Les fondamentaux, la chimie et le mental

09/11/2018 | Daniel Germain

BLOGUE. Quoi faire quand la Bourse se met à faire du yo-yo ? Surtout pas ceci...

À la une

Pourquoi le dollar américain est-il si fort?

Le billet vert approche du sommet de 2002 grâce à plusieurs facteurs favorables, mais gare aux spéculateurs.

Connaissez-vous la croix de Tuominen?

BLOGUE. Un truc carrément génial qui va changer votre quotidien au travail, et même - pourquoi pas? - votre vie.

Alain Bellemare veut garder sa production d'avions régionaux

13:50 | AFP

« Il n’y a que deux joueurs dans l’industrie » dans ce créneau, « Embraer et [Bombardier] », dit-il.