Les Bourses au rouge, sur fond de début de «guerre froide commerciale»

Publié le 15/06/2018 à 17:21

Les Bourses au rouge, sur fond de début de «guerre froide commerciale»

Publié le 15/06/2018 à 17:21

La Bourse de Toronto a clôturé au rouge vendredi, tirée vers le bas par les pertes du secteur de l'énergie. Les principaux marchés américains, de leur côté, ont affiché de nets reculs, secoués par la confirmation de tarifs douaniers par Washington sur 50G$US d'importations chinoises.


Cette décision de la Maison Blanche a vite fait d’éveiller les craintes d'une escalade de représailles. D’ailleurs, Pékin a immédiatement répliqué. "On savait que la menace de tarifs douaniers était réelle mais on pensait que l'administration allait finir par négocier un accord, ou reporter la date limite", a souligné Art Hogan de Wunderlich Securities.


"En tant que tel, imposer des tarifs sur 50 milliards de dollars de biens n'est pas économiquement très important mais l'effet psychologique est réel et le marché craint les mesures de représailles, et l'escalade de tensions qui peut en découler", a-t-il ajouté.


À son avis, les tensions avec la Chine, la difficile renégociation de l'accord de libre-échange avec le Canada et le Mexique, ou les représailles déclenchées par les tarifs douaniers sur l'acier et l'aluminium, "peuvent être vues comme une guerre froide commerciale".


"Il est difficile de savoir si tout cela n'est pas qu'un vaste jeu de négociations qui se conclura avant que quiconque ne soit vraiment affecté ou si c'est le début d'un cycle pouvant créer de réels dégâts économiques", a aussi souligné Patrick O'Hare, de Briefing.


En fin de séance


En fin de séance vendredi, l’indice composé S&P/TSX du parquet torontois cédait 14, 54 points, ou 0,09% à 16 314,42 points.


À New York, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles rendait 84,83 points, ou 0,34$ à 25 090,48 points, tandis que l'indice élargi S&P 500 perdait 3,07 points (-0,11%) à 2779,42 points. L'indice composé du Nasdaq reculait de 14,66 points, ou 0,19%, à 7 746,38 points.


Sur la semaine, par ailleurs marquée par des indicateurs encourageants sur l'économie des États-Unis et l'optimisme de la banque centrale américaine, le Dow Jones a perdu 0,89% tandis que le Nasdaq a gagné 1,32% et que le S&P 500 est resté quasiment stable.


À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a perdu 1,83 $ US à 65,06 $ US le baril, tandis que celui de l'or a effacé 29,80 $ US à 1278,50 $ US l'once. Le prix du cuivre a plongé de 8 cents US à 3,14 $ US la livre.


Sur le marché des devises, la valeur moyenne du dollar canadien était vendredi 75,89 cents US, en baisse de 0,73 cent par rapport à son cours moyen de la veille. Pour sa part, le dollar américain valait ainsi 1,3177 $ CAN, en hausse de 1,25 cent.


Selon la Banque du Canada, la livre sterling était à 1,7499 $ CAN, en hausse de 1,20 cent. Et l'euro était à 1,5298 $ CAN, en hausse de 1,05 cent.


Des multinationales en souffrent


De grandes multinationales américaines ont pâti de la perspective de tensions commerciales accrues, à l'instar de Boeing (-1,25%) ou Caterpillar (-2,04%).


Le marché obligataire a progressé: signe d'une demande accrue, le taux d'intérêt sur la dette américaine à 10 ans reculait vers 20H30 GMT à 2,919%, contre 2,935% jeudi soir, et celui à 30 ans à 3,041%, contre 3,055% à la précédente fermeture.


Les indicateurs du jour sur l'économie américaine étaient mitigés, entre une nette accélération de l'activité manufacturière dans la région de New York en juin et un léger repli de la production industrielle dans l'ensemble du pays en mai.


Parmi les valeurs en vue, le géant des télécoms AT&T a gagné 1,94%. Après le feu vert accordé par un juge mardi, le groupe a annoncé jeudi soir la finalisation officielle du rachat du groupe de médias Time Warner, retiré dans la foulée de la cote et rebaptisé WarnerMedia.


La société de logiciels Adobe Systems a reculé de 2,43%. L'entreprise a fait part d'un chiffre d'affaires record pour le deuxième trimestre de son année fiscale, en hausse de 24% sur un an. Mais ses prévisions ont déçu.


Snap est monté de 1,08%. Sa messagerie Snapchat va officiellement s'ouvrir aux applications extérieures mais promet de limiter au minimum les données personnelles auxquelles elles peuvent accéder.

À suivre dans cette section


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Bombardier rebondit en Bourse

Bombardier rebondit de plus de 20% à mi-séance lundi.

L'Action de grâce arrive tôt en Bourse

BLOGUE. Les investisseurs en mal de bonne nouvelles ont eu droit à une véritable superfecta pour terminer la semaine.

À la une

Bombardier rebondit en Bourse

Bombardier rebondit de plus de 20% à mi-séance lundi.

Test du Huawei Mate20 Pro : le téléphone intelligent le plus puissant de 2018

BLOGUE. Ce téléphone chinois rendra jaloux tous les autres. Mais il traîne la lourde réputation de son fabricant...

Êtes-vous obligé d'accepter une promotion?

BLOGUE INVITÉ. Il est essentiel de bien comprendre ce que représente la promotion, ses implications ainsi que son impact