La Bourse de Toronto «championne du monde» en 2016

Publié le 30/12/2016 à 16:19

La Bourse de Toronto «championne du monde» en 2016

Publié le 30/12/2016 à 16:19

Par François Remy

Même si les valeurs canadiennes ont terminé la dernière séance de l’année sur une note négative, la Bourse de Toronto a mené un bien beau rally en 2016. L’indice vedette a d’ailleurs surclassé ses pairs de la planète finance.


En rebondissant de 17,5% par rapport au niveau atteint le 31 décembre 2015, le S&P/TSX a enregistré sa plus forte hausse depuis 2009. Le baromètre des valeurs canadiennes évolue désormais à proximité d’un record d’altitude. Certains détenteurs de titres s'amuseront au passage d'observer la courbe en V dessinée par l'indice torontois entre ces deux dernières années: pour mémoire, en 2015, le S&P/TSX avait accusé sa plus lourde chute en six ans, relâchant 11%.


Notre indice national grille ainsi la politesse en variation exprimée en pourcentage au Dow Jones Industrial Average. Le New Yorkais signe une progression sur l'année de 13,5%, la meilleure depuis 2013. D'aucuns retiendront pourtant le fait que cet élan ne soit pas parvenu à surmonter l'obstacle psychologique des 20 000 points (19 762). La Bourse de Toronto s’est également mieux tenue que sa consoeur londonienne, portée aux nues par les valeurs pétrolières et minières mais aussi, pour ne pas dire surtout, par la dépréciation de la livre sterling sur fond de Brexit.



Pour se féliciter de la tenue de la Bourse canadienne, on peut alors recourir à l’indice S&P/TSX Total Net Return, qui intègre aux variations les dividendes versés cette année par les entreprises du pays. Ce dernier a augmenté de 21% sur les douze mois écoulés, contre 15% pour le DJIA. Concédons que certains marchés d’actions affichent des croissances à deux voire trois chiffres nettement supérieures. Pensons aux 60% accomplis par l’indice pakistanais, les 50% du RTS russe ou encore les 110% exhibés par la place vénézuélienne. Néanmoins, les experts financiers ne manquent pas de souligner les biais de ces exploits, notamment en se penchant sur les paramètres techniques, la volatilié, la liquidité ou encore la corrélation avec les devises dans ces pays. Par exemple, la Bourse de Caracas se montre totalement hermétique aux investisseurs étrangers et se trouve artificiellement nourrie par l'intervention des autorités sur le bolivar.


Politiquement correct


De l’autre côté de la frontière avec nos voisins du sud, indiquons que le Nasdaq s’est remplumé de 7,5% et le S&P 500 de 9,5%. Les actions américaines ont vécu au rythme de la campagne présidentielle cette année et ont très vivement accueilli l'élection du candidat républicain, Donald Trump, en novembre. De nombreux détenteurs de titres anticipent une accélération de la croissance économique des États-Unis sur base des seules promesses politiques.


Il est vrai que rien que l’abaissement du taux d’imposition apparaît comme un avantage non négligeable pour les entreprises US… et leurs actionnaires. Mais il conviendrait de ne pas sous-estimer les autres risques noyé dans la rhétorique de Trump en matière d’énergie  ou de relations commerciales avec le Canada ou la Chine.


Faiblesses en vue?


Pour revenir aux marchés canadiens, la question que se posent désormais les investisseurs porte sur la valorisation : après une telle année sur le «parquet de Toronto», ne faut-il pas craindre de sous-performer ou de devoir accuser des moins-values?


D’emblée, on peut estimer qu’il faudra encore redoubler de rigueur dans la sélection des titres ou des secteurs dans lesquels entrer ou sortir. À ce propos, l’économiste en chef de la société de gestion canadienne Gluskin Sheff conseille de privilégier les valeurs financières, explique-t-il à l’agence Bloomberg.


Il est vrai, abstraction faite des capitalisations boursières et se limitant aux pourcentages retenus en fin de transactions ce vendredi, les valeurs liées aux services financiers se portent bien. La Banque de Montréal termine 2016 en hausse de 23,68% à 96,57$, la Banque royale du Canada voit son cours augmenté de 22,55% à 90,87$ ou, pour ne citer qu'elles trois, la société Sun Life a gagné 19,47% à 51,55$.


Des tenues plus modestes que les titres en relation avec les matières premières. Le secteur des matériaux a gonflé de 39%, s'adjugeant la meilleure performance de l'année grâce, entre autres, au renchérissement de l'or de 8,6% et du cuivre de 17%. L'action de l'entreprise minière canadienne Teck Resources expose ainsi un gain de 403% à 26,87$. Dans des circonstances comparables, le secteur de l'énergie a grossi de 39%, à la faveur de ll'évolution des prix pétroliers.


Ces secteurs resteront à l'agenda en 2017, au Canada singulièrement, puisque le gouvernement fédéral devra mettre en oeuvre une taxe carbone pour l'ensemble du territoire et justifier la construction d'oléoducs pour le moins contestés.


Surprise de Québec Inc.


L’année boursière au Canada ne comporte naturellement pas que des tendances indiscutablement positives. Fait notable d’ailleurs, l’indice Morningstar Québec Banque Nationale, qui liste une soixantaine d’entreprises domiciliées dans la province, a pris du retard sur son alter ego torontois. Cela ne s'était jamais produit depuis sa création il y a cinq ans. Le MNBQCT a bonifié de 11%.


La Bourse québécoise n’a pas pu profiter cette fois de la traction de certains poids lourds, à l’instar d’Alimentation Couche-Tard. Le cours du spécialiste de la consommation essentielle est doucement repassé sous le niveau occupé un an plus tôt (-0,05%).


Et la sous-pondération des producteurs de matières premières au sein de Québec Inc. ne l'a pas avantagé dans la compétition avec le S&P/TSX cette année. Sans compter la liquéfaction de la la plus grande pharmaceutique de la province, Valeant: le cours a perdu 86% de sa valeur en 2016, pour clôturer à sous les 20$.


À suivre dans cette section


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

Uni-Sélect se met en vente, le PDG quitte

Mis à jour à 11:35 | Dominique Beauchamp

Le PDG quitte subitement et Uni-Sélect embauche JP Morgan pour un examen stratégique.

Aurora Cannabis bondit de plus de 18% lundi

Mis à jour le 17/09/2018 | AFP et La Presse Canadienne

Le producteur de marijuana serait en discussion avec Coca-Cola pour développer des boissons infusées.

À la une

Combien de temps les Québécois demeurent-ils propriétaires?

Mis à jour à 17:32 | Joanie Fontaine

BLOGUE. Environ la moitié des acheteurs d'unifamiliales auront revendu leur propriété d'ici douze ans.

Entrepreneurs, osez vous surpasser!

BLOGUE INVITÉ. Du haut de ses 90 ans, Philippe de Gaspé Beaubien II peut encore captiver les audiences.

Universitas en rappel

BLOGUE. Pourquoi pas une dernière chanson sur les REEE et Universitas. Musique!