Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

Publié le 10/08/2017 à 07:12, mis à jour le 10/08/2017 à 07:19

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

Publié le 10/08/2017 à 07:12, mis à jour le 10/08/2017 à 07:19

Photo: Sean Pavone, 123RF.

1. Contexte


La confrontation verbable entre Washington et Pyongyang continue d'alimenter les craintes des investisseurs. Wall Street se dirige vers une nouvelle baisse à l'ouverture. À Toronto, le scénario pourrait être légèrement différent, tandis que le pétrole poursuit sa remontée et que déferleront de nombreux résultats d'entreprises phares.


2. Prévisions


Les indices S&P 500, Dow Jones et Nasdaq laissent tomber respectivement 0,33%, 0,19% et 0,51% dans les négociations précédant l'ouverture officielle.


Le pétrole Brent, la référence au Québec, franchit les 53$US, grâce à une poussée de 0,95%. On attend de nouvelles données sur les stocks de pétrole aux États-Unis qui devraient confirmer la baisse des réserves en dépit du bond de la production des raffineries.


3. À l'étranger


Les marchés asiatiques ont terminé en territoire négatif, toujours affaiblis par les tensions géopolitiques. L'indice Hang Seng de la Bourse de Hong Kong a perdu 1,13%, tandis que l'indice composite de la Bourse de Shanghai a lâché 0,42%. Pour sa part, la Bourse de Tokyo n'a échappé que 0,05%.


En Europe à la mi-séance, les Bourses perdent du terrain, le marché restant méfiant en raison des tensions entre les Etats-Unis et la Corée du Nord et digéreant plusieurs statistiques économiques. La Bourse de Londres est la plus touchée, cédant 1,08%. Suit la Bourse de Francfort avec une baisse de 0,70%. Enfin, la Bourse de Paris recule de 0,34%.


La surenchère engagée entre les dirigeants des Etats-Unis et de la Corée du Nord pesait de nouveau ce jeudi sur le moral des investisseurs, après une nouvelle réaction de Pyongyang.


«Cette prudence pourrait bien être justifiée alors que les officiels nord-coréens ont détaillé leurs options pour une potentielle attaque de Guam, avec la possibilité d'un tir simultané de quatre missiles», note ainsi Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.


La Corée du Nord s'est en effet moquée jeudi du président américain, qu'elle a accusé d'avoir «perdu la raison», tout en présentant un plan détaillé pour tirer une salve de missiles vers le territoire américain de Guam, dans le Pacifique.


Si le feuilleton géopolitique devrait continuer d'occuper les opérateurs de marché, ceux-ci auront par ailleurs un agenda plus animé que les jours précédents.


En zone euro, la France a publié sa production industrielle, en recul de 1,1% au mois de juin.


Le Royaume-Uni publiera également les chiffres de sa production industrielle en juin, ainsi que ceux du commerce extérieur.


4. Agenda


Sur le front économique américain, on attend les demandes d’allocation d’assurance-chômage de la plus récente semaine, les prix à la production de juillet, ainsi que les chiffres d’exécution budgétaire de juillet.


5. Titres en actions



Après Raymond James, c’est au tour de Desjardins d’abaisser ses prévisions pour l’épicier Metro(MRU, 42,50$). Keith Howlett fait passer sa cible pour le titre de 49$ à 48$. Il abaisse ses prévisions du troisième trimestre, qui seront publiés le 15 août, ainsi que ses prévisions pour l’exercice 2017 et le suivant. Il souligne que plusieurs facteurs négatifs pèsent sur le secteur déjà très concurrentiel de l’épicierie. Le mauvais temps au Québec et en Ontario, la hausse du salaire minimum en Ontario et la baisse des prix des aliments viennent ainsi miner la rentabilité des chaînes d’épicerie. M. Howlett réitère néanmoins sa recommandation d’achat.


En dépit de la météo défavorable, Canadian Tire(CTC.A, 141,77$) a aisément dépassé les attentes au deuxième trimestre. Le détaillant a engrangé un bénéfice de 2,81$ par action, tandis que les analystes prévoyaient en moyenne 2,52$ l’action. En dépit de cette bonne performance, la société a averti qu’en raison des récents résultats de ventes chez FGL Sports(Sports Experts), il est improbable que son aspiration de croissance des ventes annuelle soit réalisée en 2017.


CAE(Tor., CAE) présente ses résultats du premier trimestre. Les analystes visent un bénéfice de 0,25$ par action. La société montréalaise tient aussi son assemblée annuelle des actionnaires, à 11h, 8585 chemin de la Côte-de-Liesse, Saint-Laurent.


Benoit Poirier, de Desjardins Marchés des capitaux, maintient sa recommandation neutre pour et sa cible de 47$ pour le titre de Stella-Jones(SJ, 45,44$), même si l’entreprise montréalaise a dépassé les attentes à son deuxième trimestre. L’analyste souligne que la direction du fabricant de traverses de chemin de fer et de poteaux de bois a présenté des perspectives prudentes pour le reste de l’exercice. Aux yeux de M. Poirier, le titre est présentement bien valorisé.


Ben Cherniavsky, de Raymond James, hausse sa cible pour le titre de Stantec(STN, 34,40$) de 35$ à 38$. La firme d’ingénierie d’Edmonton a dévoilé des résultats du deuxième trimestre qui ont enfin satisfait les investisseurs. Car comme le souligne l’analyste, il y avait une certaine frustration depuis un certain temps à l’égard de la performance financière(et boursière) de l’entreprise. Surtout en comparaison avec la firme d’ingénierie montréalaise WSP. En somme, l’analyste croit que les résultats du deuxième trimestre replacent Stantec sur la bonne voie et il croit que le titre recèle encore un certain potentiel haussier. Sa recommandation est à surperformance.


Manuvie(MCF, 25,64$), a dévoilé un bénéfice ajusté de 0,57$ par action à son deuxième trimestre, mieux que celui de 0,52$ l'action que Doug Young, de Desjardins Marché des capitaux, prévoyait. Les activités asiatiques ont affiché une solide croissance des bénéfices de 18%, notamment. En revanche, la division canadienne a vu sa rentabilité décliner de 7%. L'analyste souligne par ailleurs que contrairement à ce qu'il attendait, le dividende n'a pas été bonifié. Les analystes vont modifier leur recommandation après la téléconférence prévue tôt ce matin.


La pharmaceutique montréalaise Thérapeutique Knight(Tor., GUD) a accordé un nouveau prêt garanti de 10M$ à la société de soins de santé et de beauté Synergy CHC, qui développe une gamme de produits de consommation de marques comme le Flat Tummy Tea. La société dirigée par Jonathan Ross Goodman a par ailleurs dévoilé ses résultats du deuxième trimestre. Ses revenus s’élèvent à 2,84M$, contre 1,35M$ un an plus tôt. L’entreprise disposait à la fin du trimestre de liquidités de 761,2M$ qui pourront lui permettre de réaliser des acquisitions d’entreprise ou de droits de médicaments ou encore de financer d’autres initiatives de croissance.


Savaria(Tor., SIS) rend publics ses résultats du deuxième trimestre après la clôture des marchés. Les analystes visent un bénéfice de 0,12$ par action, ce qui représenterait une hausse de 33%.



image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0 - 2018

Mercredi 14 mars


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril

Sur le même sujet

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi

Mis à jour le 16/10/2017

Scénario positif à Wall Street, Tokyo à un haut de 21 ans, Bombardier sur la radar et cette société est chère.

10 choses à savoir vendredi

13/10/2017 | Yannick Clérouin et Alain McKenna

Anglais, langue seconde: pas selon Tim Cook. Le pétrole bientôt à 10$US. Cette aide d'urgence qui descend du ciel!

À la une

Airbus prend le contrôle du CSeries: bonne ou mauvaise nouvelle?

16/10/2017 | François Pouliot

Bonne ou mauvaise nouvelle? Des questions demeurent sur la valeur du placement du gouvernement du Québec. Mais, bonne.

Quelques éclaircissements sur la vente de la CSeries

16/10/2017 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Sous le couvert de l'anonymat, un ingénieur d'Airbus témoigne...

«La plainte de Boeing n'a rien à voir», assure Bombardier

16/10/2017 | Martin Jolicoeur

Le bras de fer qui l'oppose à Boeing n'expliquerait en rien la prise de contrôle du CSeries par Airbus.