Un projet de mine de «classe mondiale» au nord de Baie-Comeau

Publié le 23/07/2014 à 11:56

Un projet de mine de «classe mondiale» au nord de Baie-Comeau

Publié le 23/07/2014 à 11:56

Par Yannick Clérouin

Le projet Lac Guéret [Photo : Mason Graphite]


La mise en chantier d’une mine de graphite à 300km au nord de Baie-Comeau, que ses promoteurs qualifient de «projet d’une génération», a été annoncée mercredi par la société lavalloise Mason Graphite (TSX-V, LLG) et le Conseil des Innus de Pessamit.


Le projet prévoit l’aménagement d’une mine à ciel ouvert dans le secteur du lac Guéret situé à environ 300 kilomètres au nord de Baie-Comeau, sur le territoire traditionnel de la Première Nation de Pessamit.


À terme, la société aura une capacité annuelle de 50000 tonnes d’un concentré de graphite que les promoteurs qualifient de «qualité exceptionnelle».


La construction de la mine pourrait débuter en 2015. Lorsqu’il sera pleinement opérationnel, le projet procurera 80 emplois directs qui seront partagés entre autochtones et autres habitants de la région.


La mine du Lac Guéret constitue «le projet d’une génération», car la ressource minérale «est amplement suffisante pour assurer une production à plein rendement sur une première période de 22 ans», précisent les partenaires dans un communiqué. Les ressources estimées représentent plus de 150 années de production.


Benoît Gascon, PDG de Mason Graphite, qui compte 20 ans d'expérience dans le secteur du graphite, affirme qu’il s’agit «d’une opération de calibre mondial», en raison de la qualité du graphite qui est de nature cristalline, de la forte demande pour ce minerai sur les marchés internationaux et de la forte teneur du gisement.


La Financière Banque Nationale a amorcé le 16 juillet le suivi du titre de Mason Graphite. L’analyste Rupert Merer recommande l’achat du titre avec un cours cible de 1,20$, ce qui procure un potentiel de gain de 94% (au moment où l’analyste a amorcé le suivi, le titre se négociait à 0,62$).


M. Merer indique dans sa recherche que le gisement figure parmi ceux qui ont la plus forte teneur du minerai dans le monde, soit 27,4%.


Bloomberg


Un marché à forte croissance, mais risqué


Le graphite n’est plus seulement utilisé pour remplir les crayons utilisés pour faire des dessins. Il est aujourd'hui employé dans de nombreuses applications industrielles et dans les batteries des voitures électriques.


La croissance de la demande pour ces batteries lithium Ion devrait notamment s’établir entre 15% et 20% par année, grâce notamment à la prolifération des véhicules électriques, estime l’analyste de la Financière.


Le coût du développement du projet est estimé à 130M$. L’analyste de la Financière a souligné que Mason devra s’endetter d’au moins 100M$ afin de financer son projet. Les investisseurs actuels doivent donc s’attendre à une éventuelle dilution de leur participation.


Par ailleurs, M. Merer note que le prix du graphite a été relativement volatile ces dernières années et pourrait continuer de l'être dans le futur.


Le marché est présentement contrôlé par la Chine, principal producteur mondial du minerai.


 


 


 


 


 

Sur le même sujet

Le diplôme détrône l'expérience dans les mines

08:49 | Patrick Rodrigue, La Frontière et Le Citoyen

Le cliché voulant qu'en raison du manque de main-d'oeuvre les mines embauches à peu près n'importe ...

La relance de la mine du Lac Bloom confirme la vitalité du Plan Nord

Édition du 25 Novembre 2017 | René Vézina

CHRONIQUE. Au départ, on avait peine à y croire, mais les sceptiques ont été confondus. Le mercredi 15 novembre ...

À la une

Budget du Québec: mais pourquoi se met-on toujours à risque?

BLOGUE. L'utilisation de la réserve budgétaire est une grande imprudence. À qui la faute? À nous.

Si une équipe sportive peut faire de l'analytique, vous aussi!

BLOGUE. Le Big Data peut donner l’impression aux petites entreprises qu’elles ne sont pas concernées. Pourtant...

MTY: une erreur aux cartes-cadeaux ampute 13% au bénéfice, l'action perd 4%

Un retraitement comptable des cartes-cadeaux américaines de Cold Stone punit le franchiseur en Bourse.