«Chaque jour des gens nous contactent pour investir dans la crypto»

Publié le 10/12/2017 à 11:48

«Chaque jour des gens nous contactent pour investir dans la crypto»

Publié le 10/12/2017 à 11:48

Les investisseurs institutionnels rechignent encore à s'impliquer dans des actifs à la nature juridique imprécise et à la très forte volatilité. La demande reste pourtant «hallucinante».


Le début dimanche des premiers échanges de produits adossés au bitcoin, mais payés en dollar, sur un marché financier ayant pignon sur rue, le Chicago board options exchange (Cboe), apporte à cet égard une touche de légitimité. C'est un grand jour pour le bitcoin.


Alors que les monnaies virtuelles échappent aux codes habituels de la finance. Faut-il les considérer comme une réelle devise, comme une matière première ou comme des start-up? Sur quels critères les évaluer? À quelles réglementations vont-elles êtres soumises?


Malgré ces interrogations, et les nombreux avertissements des autorités de régulation, les crypto-devises attirent de nombreux investisseurs, des adeptes de la technologie aux courtiers à la recherche de rendements élevés.


À l'instar du Dow Jones, l'indice phare de Wall Street qui représente les trente plus grandes entreprises cotées des États-Unis, il existe même un indice reflétant la valeur des trente monnaies virtuelles les plus importantes, développé par la société Crypto Asset Management, le CamCrypto30 Index.


«Le niveau d'intérêt est hallucinant», indique son fondateur Timothy Enneking. «On ne fait pas de marketing et pourtant chaque jour des dizaines de gens nous contactent pour savoir comment investir dans l'espace crypto».


Lire «Aucune preuve de bulle sur le bitcoin»


Il est aussi possible de spéculer à la hausse ou à la baisse sur des places de marché privées, souvent basées en Asie. Aux États-Unis, la plateforme LedgerX a obtenu cet été le feu vert des autorités mais elle reste confidentielle. 


Quelques entreprises offrent aussi une exposition plus ou moins directe aux monnaies virtuelles. Qu'il s'agisse de sociétés uniquement dédiées à l'une d'entre elles, comme Bitcoin Investment Trust (OTC, GBTC), ou de groupes plus classiques comme Nvidia, un fabricant de semi-conducteurs utilisés dans les machines faisant fonctionner la blockchain.


Il est toujours théoriquement possible de «miner» du bitcoin sur le réseau, mais cela requiert des serveurs puissants que seules des entreprises spécialisées ou des personnes s'étant regroupées peuvent gérer.



« Autant apprendre en mettant les mains dans le cambouis »


Fidelity Investment, l'une des premières grandes sociétés américaines à s'être penchée sur le bitcoin il y a environ quatre ans, s'est lancée dans cette activité.


«Mais c'est surtout à titre expérimental», affirme Hadley Stern, responsable de son unité de recherche Fidelity Labs. «Autant apprendre en mettant les mains dans le cambouis qu'en lisant des documents», explique-t-il en soulignant que la société s'intéresse avant tout aux produits émergeant de la blockchain et des cryptodevises.


 Au Canada, l'entreprise HIVE Blockchain Technologies attire beaucoup l'attention. Elle a abandonné les mines d'or pour se concentrer sur le minage de devises numériques et autres services liés à la blockchain. Elle tiendrait d’ailleurs le bon filon puisque son action s’est envolée de 2000%. L’argent institutionnel y coule depuis à flots. Tout ce qui brille est or, non!? Cette histoire de succès s’adresse pourant aux spéculateurs pouvant «tout perdre».


Autre possibilité d'investissement: les levées de fonds en monnaies virtuelles ou ICO (Initial coin offerings). Selon le site spécialisé Coindesk, ce type d'opérations avait, fin novembre, permis de lever au total 3,76 milliards de dollars.


Mais il est difficile dans cette jungle de différencier les opérations frauduleuses des véritables pépites, relèvent plusieurs analystes.


«Malgré tout l'optimisme qui entoure les monnaies virtuelles, un doute tout aussi important plane au-dessus de la grande majorité des ICO», souligne Michael Graham, analyste de Canaccord. 


Lire Ottawa va réglementer les cryptomonnaies


À une récente conférence sur le sujet à New York, «de multiples intervenants ont utilisé des termes comme fraude ou pyramide de Ponzi pour décrire 90% ou plus des ICO», relève-t-il dans une note.


Face à cet univers bouillonnant mais risqué, les investisseurs doivent faire preuve du même discernement que pour leurs activités traditionnelles, estime M. Enneking.


La différence, selon lui, est que «les choses se passent beaucoup plus rapidement, qu'il y a peu de régulation et que c'est un secteur naissant, dont la jeunesse se reflète dans ses infrastructures et ses participants».


 


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

Nouveau tour de vis des régulateurs américains sur les cryptos

11/09/2018 | AFP

Le gendarme de la Bourse a infligé des amendes à un gestionnaire du fonds spéculatif et à un « supermarché des ICO ».

Les brèves techno du lundi

13/08/2018 | lesaffaires.com

Voici une petite sélection d'actus technologiques à (re)découvrir.

À la une

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi:

MTY et Richelieu graduent au S&P/TSX

Le 24 septembre avant l'ouverture, MTY et Richelieu feront enfin leur entrée au grand indice de la Bourse de Toronto.