Q&R : mieux comprendre le TSX

Publié le 15/08/2009 à 13:26

Q&R : mieux comprendre le TSX

Publié le 15/08/2009 à 13:26

Par Bernard Mooney

Bloomberg

Notre chroniqueur Bernard Mooney répond à vos questions sur l'investissement.


 


J'aimerais comprendre davantage les définitions des secteurs du S&P/TSX grâce à des exemples. Par exemple :

- Cons. discrétionnaire : est-ce que le titre d'Alimentation Couche-Tard en fait partie ?

- Services à la collectivité : est-ce que SNC-Lavalin en fait partie ?

- Matériaux : est-ce que les titres de Barrick et de Russel en font partie ?


- Marcel LeBlanc


 


L'indice S&P/TSX est divisé en 10 grands secteurs eux-mêmes subdivisés en sous-secteurs. Les voici, avec le poids relatif qu'ils ont à l'intérieur du S&P/TSX (en date du 31 juillet) et avec quelques exemples de sociétés qui les composent.


Énergie : 27,1 % du TSX; principaux sous-secteurs : foreurs (Ensign, Precision Drilling); services à l'industrie pétrolière (Mullen, Pason, Trican); exploration et production pétrolière (Nexen, Encana, Canadian Natural); stockage et transport (Enbridge, TransCanada).


Matériaux : 17,6 % ; produits chimiques (Methanex, Agrium, Potash); métaux (Teck, Goldcorp, Barrick).


Produits industriels : 5,4 % ; biens en capital (Bombardier, CAE, SNC, Toromont, Russel); services commerciaux (Stantec, Transcontinental); transport (Transat, Westjet, CN).


Consommation discrétionnaire : 3,9%; automobile (Magna est la seule société de ce sous-secteur); produits durables (Gildan, Dorel); services (Tim Hortons); médias (Aéroplan, Astral Média, Quebecor, Pages Jaunes); commerce de détail (Sears Canada, Canadian Tire, Reitmans, Rona).


Consommation de base (staples, en anglais) : 2,7 %; commerce au détail (Jean Coutu, Alimentation Couche-Tard, Metro); aliments, breuvages et tabac (Viterra, Saputo).


Soins de santé : 0,4 % (oui, vous avez bien lu, moins de 1 % !); équipements et services (CML), produits pharmaceutiques et biotech (Biovail, MDS).


Finance : 32,8 %; banques (Banque Nationale, Banque de Montréal et autres), financières diversifiées (Davis & Henderson, TMX, Onex); assurance (Great-West, Industrielle Alliance, Fairfax); immobilier (Cominar, RioCan, Brookfield Asset Management).


Technologie : 4,2 %; Internet (Open Text); services IT (CGI), logiciel (MDA); équipement (Research In Motion).


Télécommunications : 4,35 %; services diversifiés (BCE, Telus); services sans fil (Rogers).


Services aux collectivités (étaient appelés services publics) : 1,55 %; électricité (Emera, Fortis); multiservices publics (Atco); producteurs indépendants (Canadian Hydro, TransAlta).


Pour répondre à votre question, Alimentation Couche-Tard fait partie du secteur de la consommation de base (avec un poids de 0,19 %), SNC fait partie des produits industriels (0,6 %), Barrick fait partie du secteur des matériaux (2,9 %) et Russel fait partie du secteur industriel (0,09 %).


 


Se constituer un REER à 24 ans


Je viens de commencer à travailler et, à 24 ans, j'aimerais me constituer un REER, supposons de 100 $ par mois pour débuter. Je voudrais placer ces sommes dans un fonds commun équilibré.


Est-il possible de le faire sans payer de frais d'acquisition ni de frais annuels ? Autrement dit, je m'occupe de mes affaires moi-même sans conseiller et je fais affaire directement avec une société de fonds communs.


J'ai pensé aux FNB, mais il faut payer des frais d'achat (XIU + XBB, par exemple).


- M. Bérubé


Québec


 


La plupart des grandes banques canadiennes offrent des plans d'achats mensuels de fonds communs sans frais qui pourraient vous convenir.


Par exemple, à la Banque Royale, vous pouvez acheter des unités d'un fonds équilibré (RBC Équilibré) avec un placement initial de 500 $ dans votre régime enregistré d'épargne-retraite. Par la suite, le placement minimal est de seulement 25 $.


De plus, les fonds des grandes banques ne comportent aucuns frais à l'achat ni à la vente. Leur seul coût : les frais de gestion (2,25 % par an pour le fonds RBC Équilibré).


En passant, votre idée de vous constituer un REER à 24 ans, de façon systématique en plus, est excellente. Par contre, étant donné votre âge, vous devriez éviter les fonds équilibrés pour vous concentrer uniquement dans les fonds d'actions.


 


Des questions ?


Si vous avez des questions au sujet de vos finances personnelles, de la Bourse ou des fonds communs, faites-les-nous parvenir par courriel à l'adresse suivante : questions@transcontinental.ca.


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Chute du pétrole: il ne faut pas crier au loup

Mis à jour le 09/11/2018 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Aux dires de deux experts, le déclin record du pétrole n'envoie pas de signal économique.

Les fondamentaux, la chimie et le mental

09/11/2018 | Daniel Germain

BLOGUE. Quoi faire quand la Bourse se met à faire du yo-yo ? Surtout pas ceci...

À la une

Les «turbulences» aux États-Unis sont une occasion pour le Canada, selon Mitch Garber

Voici le plan de match du président du conseil d'Investir au Canada pour attirer davantage d'investisseurs étrangers.

Bourse: Wall Street termine sur une note négative

Mis à jour à 17:00 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. La séance était très hésitante entre la faiblesse du secteur de l’énergie, le repli de grands noms.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

06:54 | LesAffaires.com et AFP

«Les facteurs baissiers sont nombreux.»