Les titres FAANGs en correction

Publié le 05/10/2018 à 12:59

Les titres FAANGs en correction

Publié le 05/10/2018 à 12:59

Par Dominique Beauchamp

Les chouchous du long marché haussier, le club des titres FAANGs, sont tombés dans une correction officielle.


Les titres de Facebook (FB, 156,88$US), Apple (AAPL, 223,38$US), Amazon (AMZN,1875,71$US), Netflix (NFLX, 345,04 $US) et Alphabet-Google (GOOG, 1150,84$US) ont en effet perdu 10,8% de leur valeur depuis le 20 juin, rencontrant ainsi la définition d’une «correction», soit un repli d’au moins 10%, note Bespoke Investment Group.


Pendant cette même période, le S&P 500 a gagné de 5,1%, ce qui révèle la migration des investisseurs à ce stade avancé du cycle économique.


Le long marché haussier incite certains investisseurs à encaisser leurs forts gains dans le secteur le plus rentable de la technologie.


D’autres se déplacent vers des industries jugées plus stables, soit pour leurs attributs défensifs dans un éventuel ralentissement économiques ou tout simplement parce qu’ils sont moins chèrement évalués.


Ces mouvements restent encore marginaux puisque la technologie reste le secteur le plus performant depuis le début de l’année avec un gain de 19,5% (au 30 septembre), rapporte Yardeni Research.


Au troisième trimestre, la technologie se classe au troisième rang avec un gain de 8,5%. Les secteurs de la santé (14%) et de l’industrie (9,5%) se sont en effet faufilés devant.


Plus le coût d’emprunt monte en principe plus l’appétit du risque diminue, ce qui frappe les secteurs les plus chèrement évalués, si l’on se fie aux cycles boursiers passés.


Le secteur de la technologie du S&P 500 s’échange à un multiple de 18 fois les bénéfices attendus dans 12 mois, comparativement à un ratio cours-bénéfice de 16,9 fois pour le S&P 500.


Ceci dit, les entreprises de technologie accroissent encore leurs revenus et leurs bénéfices à bon rythme. La progression des profits attendus dans 12 mois s’élève à 10,5%.


Surprise, ce taux est inférieur à celui de 12,5% pour le S&P 500, mais deux phénomènes l'expliquent.


D'un, les sociétés de technologie ont moins profité de la réforme fiscale parce qu'elles étaient déjà peu imposées, indique Joe Abbott, de Yardeni Research.


De deux, le "nouveau" secteur de la technogie exclut dorénavant Google, Netflix et Facebook depuis la récente reclassification des secteurs du S&P 500.


Ce déplacement a abaissé de 7,9% à 5,7% le taux de croissance des revenus attendus dans 12 mois et de 1,9 à 10,5% celui des bénéfices, précise l'économiste. 


Malgré tout, leurs coffres bien garnis de liquidités, leurs solides flux de trésorerie et leurs marges élevées confèrent encore de bons points d’appui au secteur de la technologie.


 


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Un cadre dirigeant accusé d'harcèlement sexuel quitte Google

31/10/2018 | AFP

Le New York Times révélait la semaine dernière que Google aurait couvert des cas de harcèlements sexuels par le passé.

À surveiller: Alphabet, Amazon et Twitter

26/10/2018 | François Pouliot

Que faire avec les titres d'Alphabet (Google), Amazon et Twitter?

À la une

Bourse: Grincheux gâche le décompte de Noël

BLOGUE. Les pros n'ont pas l'humeur à la fête après six semaines de spasmes qui ont évaporé les gains de l'année.

Oubliez la transition, il faut une révolution verte

08/12/2018 | François Normand

ANALYSE - La transition vers une économie verte est trop lente. Un changement de cap majeur s'impose. Voici pourquoi.

Surprise, les taux d’intérêt baissent!

07/12/2018 | Ian Gascon

BLOGUE INVITÉ.Les marchés ont le don de surprendre de façons répétitives et inattendues.