Home Capital s'effondre en Bourse

Publié le 26/04/2017 à 09:28, mis à jour le 26/04/2017 à 16:43

Home Capital s'effondre en Bourse

Publié le 26/04/2017 à 09:28, mis à jour le 26/04/2017 à 16:43

Par François Remy

L'action du courtier hypothécaire Home Capital (Tor., HCG) a perdu plus de la moitié de sa valeur depuis l'ouverture de la séance ce mercredi après un avertissement sur résultats lié à la recherche d'une ligne de crédit. 


Le cours de Home Capital a décrit une chute de 64,95% à 5,99 dollars, dans des volumes d'échanges vingt fois supérieurs à la moyenne quotidienne. L'Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) avait temporairement pris ce matin la décision de suspendre les opérations à l'égard du titre.


L'entreprise a indiqué avoir conclu un accord de principe avec «un investisseur institutionnel majeur» pour une ligne de crédit de 2 milliards de dollars destinée à sa filiale Home Trust, spécialisée dans les prêts hypothécaires auprès de la clientèle refusée dans les principales institutions.


Cumulé aux liquidités disponibles, ce prêt permettra à Home Trust de mobiliser plus de 3,5 milliards $ de fonds, soit deux fois le montant des comptes d’épargne à intérêt élevé.


«L’accès à ce financement a pour but de modérer l’impact du déclin des dépôts sur les comptes d’épargne de Home Trust initié quatre semaines auparavant et qui s’est accéléré depuis le 20 avril», signale HCG dans son communiqué. La balance des dépôts a flèchi de 591 millions $ pour retomber à 1,4 milliard.


Pour mémoire, le 20 avril dernier, le cours de Bourse avait plongé de 20%, emportée par les accusations de fraude de la Commission des valeurs mobilières de l'Ontario (OSC). L'autorité estime que HCG a diffusé des informations trompeuses en 2015 concernant l'extension de prêts, contrevenant aux lois ontariennes de régulation des marchés financiers et causant ainsi des «dommages significatifs pour les investisseurs». Cela aurait précipité la perte cette année-là de 600 millions $ de capitalisation boursière.


Une audition de trois dirigeants, le fondateur Gerald Soloway, le PDG Martin Reid, congédié par le conseil d'administration en mars, ainsi que l'actuel directeur financier Robert Mortonse, tiendra le 4 mai prochain. Des sanctions sont à envisager.


Quant à l'accord annoncé ce mercredi, cela aura évidemment un impact sur les bénéfices de la société mère, Home Capital précisant qu'elle ne sera pas en mesure d'atteindre ses objectifs financiers initialement prévus.


Une excellente nouvelle pour les vendeurs à découvert qui s'acharnent sur le titre HCG depuis plusieurs années.


Sans intention de remuer le couteau dans la plaie, soulignons que l’agence Standard & Poor’s avait décrit les principaux facteurs susceptibles de déboucher sur un abaissement de la note de crédit de l’entreprise torontoise: un revirement imprévu au niveau de la direction, des ennuis avec les autorités et des difficultés à remplir les objectifs stratégiques. Trois conditions désormais réunies.



À suivre dans cette section


image

Fraude alimentaire

Mardi 12 septembre


image

Forum TI

Mercredi 13 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 19 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 20 septembre


image

Résidences pour aînés

Jeudi 21 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Parcs industriels

Mardi 21 novembre

À la une

Forte croissance de DuProprio au Québec

28/06/2017 | Matthieu Charest

Alors que le nombre de courtiers immobiliers chute année après année, DuProprio gagne des parts de marchés.

La face cachée des crédits d’impôt aux entreprises du multimédia

28/06/2017 |

Ceux qui veulent faire du Québec et de Montréal des plaques tournantes du secteur numérique devraient faire ceci.

Subventions aux entreprises étrangères: un débat doit avoir lieu

Mis à jour le 21/06/2017 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Tant mieux pour les entreprises étrangères subventionnées, mais pas au détriment des entreprises locales.