Metro prendra le plein contrôle d'Adonis et de Produits Phoenicia

Publié le 25/04/2017 à 13:16

Metro prendra le plein contrôle d'Adonis et de Produits Phoenicia

Publié le 25/04/2017 à 13:16

Par Martin Jolicoeur

Metro se prépare à acheter l'ensemble des actions que détenaient toujours les fondateurs de Marché Adonis et de Produits Phoenicia. Photo: Adonis

Ce n’était qu’une question de temps. Metro confirme son intention de prendre le plein contrôle des marchés d’alimentation Adonis et de son distributeur, Produits Phoenicia.


La direction de Metro (Tor. ; MRU) en a fait l’annonce ce matin, à l’occasion de la présentation de ses résultats du deuxième trimestre de l’exercice 2017. Dès la fin de l’exercice en cours, Metro se portera acquéreur de l’ensemble des participations minoritaires qu’avaient conservées les fondateurs lors de leur vente en 2011.


À l’époque, Metro avait acquit 55% des actions de Marché Adonis et de son distributeur Produits Phoenicia pour la somme de 161,4M$. Ses fondateurs, les frères Jamil et Elie Cheaib, avaient conservé les parts restantes (45%) que Keith Howlett, analyste de Desjardins Valeurs mobilières, évalue aujourd'hui à environ 220,8M$.


Cette décision s’inscrivait dans une volonté ferme de Metro de se différencier de la concurrence, tout en faisant une percée dans le segment des marchés des aliments dits «ethniques», en forte croissance partout au Canada.


D’autres ouvertures en vue


La transaction comprenait les quatre magasins Adonis alors en activité, trois à Montréal et un à Laval, de même qu'un cinquième alors en préparation au Quartier Dix30 de Brossard. Le partenariat inclut également Produits Phoenicia qui importe et distribue entre autres les produits exclusifs de marques Phoenicia et Cedar, et ses deux centres de distribution situés à Montréal et à Toronto.


Au cours des cinq dernières années, Metro a ouvert six autres magasins Adonis et s’apprête à en ouvrir un douzième au cours du printemps 2018. Du nombre, deux sont situés au Québec.Répondant aux questions des analystes financiers, le président et chef de la direction de Metro, Éric Richer La Flèche, a aussi précisé que les différentes enseignes de l’entreprise (Metro, Metro Plus, Super C, Food Basics, etc.) avaient profité depuis de l’apport des  produits de marques privées d'Adonis, comme Phoenicia et Cedar.


«L’an passé, nous avons introduit des viandes marinées dans nos épiceries de l’enseigne Metro. Nous allons poursuivre cette année et je m’attends à un grand succès. De plus, la plupart de nos magasins profitent maintenant d’une bonne variété de noix, d’épices et autres produits importés et redistribués par Phoenicia, tant au Québec qu’en Ontario. Nous allons continuer dans cette direction et je crois que cette stratégie aidera à notre croissance.»


Changer avec sa clientèle


Eric La Flèche en est si convaincu, qu’il dit prévoir pour l’avenir l’ouverture «d’une couple» de nouveaux magasins Adonis par année. Le pdg insiste également sur l’importance d’ajuster son offre aux particularités régionales de la clientèle. Par exemple, la clientèle d’origine italienne de Woodbridge en Ontario, aurait forcé Metro à revoir son offre de produits au moment de l’ouverture récente d’un nouveau magasin de son enseigne Food Basics.


Dans la même veine, la direction de Metro s’attend, avant longtemps, à devoir augmenter l’offre de produits d’origines chinoise ou sud-asiatique pour s’ajuster à la demande d’une population rapidement changeante, «spécialement en Ontario, mais également dans certains secteurs de Montréal».


Suivant la même logique, Loblaw a fait l’acquisition ces dernières années de la chaîne d’épicerie italienne Fortino’s, de même que de la chaîne d’épicerie asiatique T&T Supermarket, de Vancouver. 


«C’est là où se trouve la croissance. La croissance de la population est, comme nous le savons, surtout ethnique. Dans un tel contexte, a indiqué M. La Flèche, nous nous devons de tout faire pour tenter de mieux desservir ces communautés. Ce sera, sans nulle doute, une composante clé de nos actions des prochaines années.»


Résultats en hausse


Les résultats du deuxième trimestre, terminé le 11 mars 2017, ont battu de loin les attentes des analystes. Étonnamment, la baisse des prix des aliments n’a pas empêché Metro d’afficher un bénéfice supérieur aux attentes.


De fait, pendant le dernier trimestre, l’entreprise montréalaise a dégagé un bénéfice net de 132,4M$ ou 0,56$ par action, comparativement à un bénéfice de 124,9M$ ou 0,51$ l’action à la même période l’an dernier. En moyenne, les analystes tablaient sur un bénéfice de 0,53$ par action.


Les recettes de Metro ont également été supérieures aux prévisions, soit de 2,90G$, contre des attentes de 2,85G$. Les ventes des magasins comparables, une mesure clé de la performance des magasins ouverts depuis un an, ont augmenté de 0,3%, cela, malgré le recul des prix des aliments de 2%.


Peu après midi, le 25 avril, le titre de Metro s’échangeait à 45,19$ l’action à la Bourse de Toronto, en hausse de 2,91 ou de 6,88% par rapport au cours de fermeture de la veille. Depuis le début de 2017, la valeur de l’action a progressé de 5,28%.


Lisez mes derniers textes / Rejoignez-moi sur Linkedin / Suivez-moi sur Twitter 


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Un géant mondial affamé de croissance en Amérique

BLOGUE. En 2017-2018, le chiffre d’affaires de la multinationale française Bonduelle a grimpé de ...

Le Japon renoue avec le blé canadien

Le Japon avait interrompu ses importations après la découverte de blé génétiquement modifié et non autorisé en Alberta.

À la une

Bourse: est-ce l'orage avant l'éclaircie?

BLOGUE. Un mois de décembre aussi affreux est historiquement de mauvais augure mais la Fed peut encore changer la donne

Comment les gilets jaunes pourraient changer la France

14/12/2018 | François Normand

ANALYSE - Les gilets jaunes sont le symptôme d'un malaise profond. Et cela va bien au-delà du pouvoir d'achat.

Bourse : les gagnants et perdants de la semaine

14/12/2018 | Martin Jolicoeur

Quels sont les titres qui ont le plus marqué la semaine? Facebook, Lululemon, Bombardier et... un producteur de mari.