À surveiller: Dollarama, Metro et Weston

Publié le 22/11/2017 à 10:09

À surveiller: Dollarama, Metro et Weston

Publié le 22/11/2017 à 10:09

Par Dominique Beauchamp

Que faire avec les titres de Dollarama, Metro et Weston?Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note: l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée.


Dollarama (DOL, 158,70$): hausse prévue de 20% des bénéfices au troisième trimestre


Treize jours avant le dévoilement des résultats de Dollarama, Brian Morrison, de Valeurs mobilières TD, prévoit un bond de 20,5% des bénéfices à 1,11$ par action, au troisième trimestre.


Le consensus des analystes s’établit à 1,09$.


Les revenus devraient croître de 11,2% grâce aux 68 magasins de plus, entre autres.


M. Morrison prévoit aussi une hausse notable de 5,8% des ventes des magasins comparables ouverts depuis plus d’un an grâce à la hausse de la facture moyenne.


En aoît 2016, Dollarama a introduit des articles à des prix variant entre 3,50 et 4$.


À l’instar des 2 à 3 dernières années, la marge brute reste la clé de la performance supérieure aux attentes du détaillant, tant pour le trimestre complété que pour les orientations qui seront fournies pour 2019.


Cette marge devrait se gonfler de 0,15% à 39,6%, au troisième trimestre.


«Les consommateurs offrent peu de résistance à la hausse des prix des articles et au plus grand nombre d’items en magasin qui se vendent à des prix plus élevés», explique M. Morrison.


Dollarama n’a donc pas à réinvestir dans des plus bas prix ni à changer sa «proposition de valeur». Ça témoigne de la force et de la flexibilité que procure au commerçant sa stratégie multi-prix, ajoute l’analyste.


Bien que la marge brute se stabilisera au niveau actuel au fil du temps, M. Morrison prévoit que les économies d’échelle et les gains d’efficacité du détaillant diminuent la proportion des dépenses en pourcentage des ventes.


En octobre, l’agence DBRS a aussi assoupli ses critères d’endettement pour que la société préserve sa cote de qualité institutionnelle.


M. Morrison s’attend donc à ce que le marchand de la famille Rossy prolonge son rachat annuel de 5% de ses actions sjusqu’à ce que son endettement atteigne trois fois son bénéfice d’exploitation.


Dans son modèle, l’analyste prévoit un rachat de 714M$ en 2018, 923M$ d’actions en 2019 et de 855M$ en 2020.


La croissance solide projetée d’ici 2019 l’incite à relever son cours cible de 150 à 160$, soit 25 fois les bénéfices attendus en 2020.


L’analyste ne recommande toutefois pas l’achat du titre dont l’évaluation atteint 29, fois le bénéfice prévu en 2019. Dollarama reste un titre de qualité à conserver en portefeuille.


Metro (MRU, 41,55$): un 4e trimestre solide, mais inférieur aux attentes pour l’épicier



image

eCommerce B2B

Mardi 29 mai


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

Sur le même sujet

Banques: un autre trimestre qui fera taire les pessimistes

BLOGUE.La hausse de 8% des profits n'aura pas l'éclat du 1er trimestre mais le ressac immobilier est pour un autre jour.

Le rebond du dollar favorise les PME

Une devise nationale forte n’est pas néfaste pour les petites et moyennes entreprises plus locales.

OPINION Bourse: Wall Street sans élan face aux fluctuations sur le commerce et les taux
Mis à jour le 18/05/2018 | LesAffaires.com et AFP
Quand une chute de la ­Bourse fait le plus mal
Édition de Mai 2018 | Sophie Stival
Bourse: «une incertitude généralisée»
Mis à jour le 17/05/2018 | LesAffaires.com et AFP

À la une

Où se trouvent les plus grands employeurs du Québec?

Édition du 19 Mai 2018 | Julien Abadie

LES 500 | Nous avons créé cette carte interactive des sièges des plus grandes entreprises québécoises.

Le classement des 500 plus grandes entreprises du Québec

Édition du 19 Mai 2018 | Les Affaires

Le classement des plus importantes entreprises québécoises en 2018.

Les 500 en quelques chiffres

Édition du 19 Mai 2018 | Les Affaires

Nous avons trituré les données pour dresser le portrait des 500 plus grandes entreprises du Québec. Voici leur visage.