À surveiller: Air Canada, Nike et Mastercard

Publié le 11/09/2018 à 09:12

À surveiller: Air Canada, Nike et Mastercard

Publié le 11/09/2018 à 09:12

Par François Pouliot
Mastercard (MC, 211,67$ US): projection dans le futur


RBC Marchés des capitaux réitère une recommandation "surperformance".


Daniel Perlin remet à jour ses prévisions à long terme et son modèle d'évaluation pour le titre.


L'analyste s'attend à ce que sur la période 2016-2026, les revenus de Mastercard connaissent une progression de 13% par année et que son bénéfice par action augmente de 18,6% (en intégrant une réduction annuelle de 2,4% du nombre d'actions en circulation).


En supposant que le titre continue de se négocier à sa moyenne historique de 20 fois le bénéfice, cela porterait son prix à 452$ US en 2026. En escomptant pour ramener le cours en valeur d'aujourd'hui, monsieur Perlin obtient une cible à 232$ US.


SUIVRE SUR TWITTER: F_POULIOT


 


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

Les billets d'avion sont 10% plus chers au troisième trimestre

Air Canada et WestJet ont augmenté leurs tarifs en juillet, principalement sur les vols intérieurs.

Crise financière: le coup de fouet dont avait besoin Air Canada

11/09/2018 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. Le PDG d'Air Canada, Calin Rovinescu, revient sur les difficultés du transporteur en 2003 et 2009.

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: