Immobilier: Se fier uniquement au courtier ? Erreur !

Publié le 24/10/2014 à 08:58

Immobilier: Se fier uniquement au courtier ? Erreur !

Publié le 24/10/2014 à 08:58

Photo: Shutterstock

Cette semaine, je vous présente un article qui devrait en faire réfléchir et/ou réagir plusieurs. En effet, je vous présente une erreur commise par la très grande majorité des propriétaires qui désirent vendre leur immeuble ou par de futurs investisseurs qui convoitent l’aubaine tant recherchée. Peut-être faites-vous partie de ceux-ci?



Le meilleur des deux mondes pour vendre


Avant de donner le mandat à un courtier immobilier, plusieurs propriétaires se questionnent légitimement, à savoir : «Dois-je vendre par moi-même ou par le biais d’un courtier?»


Selon vous, qu’est-il préférable?


Personnellement, je privilégie les deux. C’est bien ça, les deux! Ceci dit, certaines agences immobilières l’ont compris et offrent une excellente formule en ce sens. Je crois ceci parle de lui-même.


Pourquoi se priver du meilleur des deux mondes? Le but n’est-il pas de vendre votre propriété, au meilleur prix possible ? Si tel est le cas, alors mieux vaut mettre toutes les chances de votre côté et déployer quelques efforts.


Pourquoi donner le mandat à un courtier et attendre qu’il fasse tout le boulot lui-même? Pourquoi attendre oisivement et se faire dire par le courtier, après quelques mois, qu’il vaudrait mieux baisser le prix, car celui-ci semble trop élevé par rapport au marché? Évidemment, lorsque le courtier n’a pas réussi à trouver preneur pour votre propriété.


Et vous? Durant ces quelques mois, quels efforts concrets aurez-vous fait pour vendre votre immeuble?


- Aurez-vous mis tous les efforts nécessaires pour mettre en valeur votre propriété?


- Aurez-vous publié des annonces là où le courtier n’aura pas affiché votre immeuble?


- En aurez-vous parlé à vos collègues, amis et autres connaissances?


- Aurez-vous publié des annonces dans le journal du quartier?


- Aurez-vous mis des annonces sur les babillards du quartier?


- Êtes-vous certain que le courtier aura vraiment déployé tous les efforts pour vendre votre propriété ou se sera-t-il simplement contenté de l’afficher sur Centris.ca et d’attendre que le téléphone sonne ?


Évidemment, si vous mettez l’épaule à la roue pour aider le courtier à pour trouver l’acheteur, cela exigera du temps de votre part.


Avez-vous ce temps à consacrer et les habilités pour vendre ? Là est une toute autre question !


Ceci étant, notez qu’il n’est pas de mon intention dans cet article de débattre des avantages et des désavantages de chacune des méthodes, ni de savoir si une des méthodes est mieux que l’autre. Je crois que le sujet a été amplement débattu et largement couvert dans de nombreux articles, blogues et médias sociaux.


Attendre que le courtier nous amène l'aubaine


Voici une autre erreur extrêmement fréquente commise par plusieurs investisseurs. Et je n’exagère pas.


Combien de fois ai-je demandé à des investisseurs quelles sont leurs sources pour trouver l’aubaine tant recherchée.


Ils m’ont répondu la plupart du temps: «J’ai un courtier qui m’envoie des listings mais je ne trouve rien, c’est toujours trop cher».


«C’est tout, rien d’autre? C’est votre seule source?»


Comme s’il y avait assez d’aubaines pour tout le monde sur Centris.ca. Je ne vous dis pas qu’il est impossible d’en trouver, mais bel et bien qu’il est important, également, de chercher ailleurs.


Personnellement, je trouve que de demander à un courtier de vous envoyer des «listings» est la méthode facile, voir un peu paresseuse.   Vous vous reconnaissez? Oups … désolé.


Gardez à l’esprit que même si vous ne devez pas vous fier uniquement au courtier, ne le rejetez pas toutefois de l’équation de façon systématique. Il pourrait un jour vous apporter une belle aubaine sur un plateau d’argent.


Demeurez dans l'action


À propos de ce blogue

Yvan Cournoyer est investisseur immobilier depuis 15 ans. Impliqué depuis 2001 au sein du Club d’investisseurs immobiliers du Québec qui compte plus de 16 000 membres, il occupe maintenant le poste de vice-président-directeur général. Ingénieur en bâtiment de formation, il est également conférencier, courtier immobilier, auteur du best-seller « Les flips », formateur ainsi que mentor durant les séances de coaching offertes par le Club, une organisation vouée exclusivement à la formation et au réseautage immobilier ayant contribué à former plus de 12 000 investisseurs immobiliers jusqu'à présent. www.clubimmobilier.ca

Sur le même sujet