Quand la productivité passe par l’approvisionnement

Publié le 03/12/2015 à 07:45

Quand la productivité passe par l’approvisionnement

Publié le 03/12/2015 à 07:45

Le temps des Fêtes approche et dans cet état d’esprit, j’observais la folie de la recherche des soldes du Black Friday et du Cyber Monday. En général, lors de ces folles journées de magasinage, ce qui importe pour les consommateurs c’est de payer le plus bas prix possible.


Par contre, pour les magasins qui affichent ces soldes, tout n’est pas qu’une question de prix. Avoir du succès lors de ces événements dépend de la disponibilité des produits sur les tablettes et de l’efficacité de leur chaîne d’approvisionnement.


Quelle est la chaîne d’approvisionnement qui se cache derrière ces magasins à grandes surfaces? Quels mécanismes doivent-ils mettre en place avec leurs fournisseurs pour assurer la disponibilité des bons produits en bonne quantité sur les tablettes?


Une chaîne d’approvisionnement est complexe et implique de multiples fournisseurs et partenaires. Réussir ou échouer son approvisionnement en produits a un effet direct sur le succès de toutes ces journées de super rabais.


Un magasin qui met en promotion un item, mais que celui-ci n’est plus disponible le jour de la vente, se verra critiqué par sa clientèle. Quand nous voyons sur les tablettes « back order », nous pouvons nous questionner comme consommateur, quelle est la cause de cette rupture de stock?


La réponse se trouve souvent dans l’approvisionnement en produit. Cette rupture de stock peut être causée par plusieurs failles dans la chaîne d’approvisionnement. Cette série d’intervenants qui sont sollicités les uns à la suite des autres pour remplir l’engagement de fournir ce produit. Comme le dit l’expression populaire : une chaîne est toujours aussi solide que son maillon le plus faible. Alors les entreprises doivent s’assurer de solidifier les maillons faibles, les uns après les autres, pour que la chaîne d’approvisionnement fournisse les produits selon les attentes des clients.


Mais quels mécanismes peuvent être mis en place pour réduire cette rupture de stock?


Prenons par exemple Wal-Mart.


Premièrement, pour s’assurer d’offrir de bons produits au plus bas prix, le magasin a un processus rigoureux de sélection de ses fournisseurs. L’objectif de ce processus, trouver de bons fournisseurs avec des produits à bon prix dans un esprit de relation gagnant-gagnant. Alors avec une bonne sélection de fournisseurs, Wal-Mart s’assure de la qualité des produits en magasin.


Deuxièmement, Wal-Mart met au cœur de sa chaîne d’approvisionnement un système d’information qui leur permet d’être en communication en tout temps avec ses fournisseurs. Ce système fourni aux fournisseurs les commandes et besoins en produits en temps réel. Le délai pour y répondre est de 24 heures. Alors avec un bon système d’information et des attentes claires sur le délai de livraison, Wal-Mart peut exiger une performance à la hauteur de ses attentes.


Finalement, pour assurer le déplacement de la marchandise, Wal-Mart fait appel à SCM Supply, filiale du géant Britannique Tibett & Britten. Rien n’est laissé au hasard, tout est prévu. Chaque déplacement de marchandise est enregistré, documenté. À tout instant, plusieurs milliers de références sont gérées, enregistrées et tracées. Alors avec une bonne traçabilité des produits et un bon partenaire pour le déplacement de la marchandise, Wal-Mart s’assure une visibilité sur ses produits en tout temps.


Ces mécanismes assurent encore aujourd’hui à Wal-Mart d’être un chef de file pour sa chaîne d’approvisionnement.


S’inspirer de ce modèle pour sélectionner les meilleurs fournisseurs et créer une relation à long terme gagnant-gagnant. Mettre en place des moyens de communiquer les besoins en produits de façons efficientes. Finalement, créer des partenariats pour déplacer la marchandise. Voici des moyens pour vous distinguer dans votre chaîne d’approvisionnement.


 

À propos de ce blogue

Valérie et Sylvia Gilbert sont deux sœurs ingénieures industrielles qui se passionnent pour la performance opérationnelle. Elles sont respectivement PDG et VP de Mindcore, une entreprise dédiée à la promotion de l’excellence dans les organisations. Elles proposent un regard neuf sur l’amélioration continue, la productivité et la qualité.

Valérie et Sylvia Gilbert

Sur le même sujet

Bientôt plus d’intelligence dans les chaînes d’approvisionnement

BLOGUE. Prévoir le plus précisément possible combien de contenants de crème glacée, de ...

Scale.AI : favoritisme d'État ou refonte du modèle économique canadien?

21/02/2018 | Alain McKenna

BLOGUE. En donnant 250M$ à 118 entreprises, Ottawa soulève plus de questions que de réponses. En voici quelques-unes.