Le bonheur au travail, ce n'est pas la table de ping-pong

Publié le 03/11/2017 à 11:05

Le bonheur au travail, ce n'est pas la table de ping-pong

Publié le 03/11/2017 à 11:05

Lâchez votre maudite table de ping-pong! Le bonheur au travail n'est pas un programme ou une bébelle.


Si votre table de ping-pong est une tactique pour faire vivre un semblant de bonheur à votre personnel et ainsi améliorer votre marque employeur, je vous encourage à pousser davantage votre réflexion.


La réalité, c'est que le bonheur au travail n'est pas simplement une tactique de recrutement ou de rétention du personnel. C’est plutôt une composante maîtresse d’un nouveau modèle organisationnel qui prend forme.


C’est incontournable, le monde du travail est voué à se transformer complètement. Pour comprendre l’ampleur de ce bouleversement, il suffit de regarder les nouvelles réalités avec lesquelles les entreprises doivent composer.


La vélocité des progrès technologiques, entre autres, est sans précédent. C’est fou raide! Je n’ose même pas imaginer ce qui nous attend au cours de prochaines années.


Donner aux employés les ressources et l'envie d'être innovants


Les humains n’ont pas le choix. Ils doivent se repositionner rapidement dans des rôles qui mettent bien plus de l’avant leur savoir-être que leur savoir-faire. Et ça tombe très bien, parce que nos organisations se démarquent de plus en plus par leur créativité et leur sens de l'innovation.


Pour moi, il n’y a rien de plus humain que la créativité et l’innovation. C’est pourquoi il faut absolument remettre l’humain au cœur de nos organisations. C’est la clé du succès, répète-t-on. Et pourtant…


Si l'humain était au coeur des organisations, on s'en rendrait compte...


Comment expliquer que bien des entreprises travaillent encore avec des approches qui datent de la révolution industrielle? Si ça fonctionnait bien, je ne le relèverais pas. Mais ça ne fonctionne pas. Les travailleurs en ont ras le bol! Aux États-Unis, par exemple, c’est 70% des employés qui se disent non «engagés » envers leur employeur, nous apprend le sondeur Gallup. Et le plus triste, ou inquiétant, c’est que rien n’indique que cette situation soit sur le point de s’améliorer.


Au fond, ce que j’essaie de vous faire comprendre c’est que le modèle organisationnel traditionnel a atteint sa fin de vie utile. Et qu’on se leurre si l’on pense en prolonger le règne à coup de tables de ping-pong.


Alors, comment crée-t-on du bonheur au travail?


Pour moi, cela tient à réellement comprendre l’importance que l’humain doit avoir dans l’entreprise du futur. Si on s’attend à ce que les employés soient créatifs et innovants, il faut tout mettre en œuvre pour leur offrir un contexte de travail qui leur donne les moyens et l’envie d’être innovants.


Le bonheur au travail ne peut pas être un programme. Il doit faire partie de la stratégie de l’entreprise. Plus encore, il doit en être un des piliers.


Vous pouvez choisir de ne pas me croire... et acheter une table de ping-pong


Bien sûr, vous pouvez ne pas me croire et installer une autre table de ping-pong ou encore remplacer votre vieille machine à café par un bar à expresso. Mais qu’arrivera-t-il si votre concurrent traditionnel, lui, me prend au sérieux? Ou qu’un nouveau concurrent démarre en appliquant dès le départ un vrai parti pris pour ses employés?


 


 

À propos de ce blogue

Simon est le rêveur visionnaire à la tête de GSOFT, l'une des plus importantes PME québécoises. Depuis 2006, GSOFT met au point des logiciels qui sont aujourd’hui utilisés dans plus de 110 pays. Sa première préoccupation ayant toujours été le bonheur de ses employés, Simon a bâti l’une des cultures d’entreprise les plus inspirantes de la planète. Son plus récent projet, Officevibe, est la preuve indéniable de son engagement au bien-être de son effectif. Audacieux et anticonformiste de nature, il s’est donné la mission de révolutionner le monde du travail tel que nous le connaissons. Il profitera de cette tribune pour favoriser encore plus cette transformation ! www.GSOFT.com

Simon De Baene