Élections Québec 2012: À nous de choisir de s'enrichir

Publié le 27/08/2012 à 13:30

Élections Québec 2012: À nous de choisir de s'enrichir

Publié le 27/08/2012 à 13:30

Contrairement aux plateformes présentées par les autres partis qui aspirent à gouverner le Québec, notre plan n’est pas une courtepointe de mesures éparpillées. Il s’agit plutôt d’une véritable vision d’avenir qui fixe des objectifs à court, moyen et long terme. Nous voulons enrichir le Québec, les familles québécoises et les Québécois sur le plan individuel.


L’ENRICHISSEMENT COLLECTIF


Il faut miser sur nos forces. Le Québec est un endroit privilégié en matière de ressources naturelles. Nous avons de l’hydroélectricité, du minerai, du vent, des hydrocarbures, des forêts… Nous sommes riches de nos ressources naturelles, très riches.


Mais cette richesse ne revient pas dans les poches des Québécois. L’exploitation de nos ressources est désordonnée et les redevances que nous en tirons sont minimes. Le PLQ et la CAQ refusent de les augmenter. De notre côté, nous proposons une redevance obligatoire de 5 % sur la valeur brute de la production et l’introduction d’une taxation du surprofit à 30 % pour les minières qui font des profits hors normes. Ces revenus serviront à enrichir l’État pour atteindre l’équilibre budgétaire et offrir de meilleurs services aux Québécois.


Nous créerons aussi la Banque de développement économique du Québec pour simplifier et diversifier l’aide financière aux entrepreneurs en leur offrant un guichet unique pour traiter avec le gouvernement. Un gouvernement du Parti Québécois va rendre la vie plus facile aux entrepreneurs et ils pourront se concentrer sur ce qu’ils font de mieux : enrichir le Québec.


L’ENRICHISSEMENT DES FAMILLES


Enrichir le Québec, c’est aussi enrichir ses familles. Nous proposons de donner un peu d’air aux familles de la classe moyenne en leur offrant de bas tarifs pour leurs enfants en âge de fréquenter une garderie et pour les jeunes qui veulent poursuivre des études universitaires. C’est la même chose pour les tarifs d’électricité.


À ce sujet, il faut noter la différence fondamentale entre les visions économiques du PQ, du PLQ et de la CAQ. Les libéraux et les caquistes veulent hausser les tarifs des garderies, hausser les droits de scolarité et hausser les tarifs d’électricité. Cela fait beaucoup pour les familles de la classe moyenne. Quant à nous, nous croyons que les services publics doivent être majoritairement financés par l’impôt sur les revenus et non par la logique utilisateur-payeur. C’est la meilleure façon de s’assurer que tout le monde paie sa juste part et que les familles moins nanties ne soient pas pénalisées.


En matière de santé, il n’y a que les libéraux qui veulent recourir à une taxe régressive. La CAQ, après avoir voté contre notre motion pour abolir la taxe santé en février dernier, s’est finalement rangée à nos arguments. Je tiens d’ailleurs à féliciter les caquistes. De notre côté, il n’y a pas eu de tergiversations sur la question et il n’y en aura pas : un gouvernement du Parti Québécois abolira la taxe santé pour redonner 400 $ aux familles de la classe moyenne.


L’ENRICHISSEMENT DES INDIVIDUS


La meilleure façon d’enrichir les individus, c’est d’investir en éducation. C’est pourquoi nous voulons favoriser l’accès aux études universitaires en maintenant des droits de scolarité le plus bas possible. Il faut aussi faire des investissements ciblés et intelligents dans les secteurs d’avenir.


 


Dans cette perspective, nous avons un objectif ambitieux pour le Québec : accroître l’investissement privé et public en recherche et développement pour atteindre 3 % du PIB d’ici 2018 (le taux actuel est de 2,58 %). De plus, nous voulons revoir le mandat de la Caisse de dépôt et placement pour créer un fonds stratégique et indépendant pour l’investissement dans les secteurs d’avenir.


Notre stratégie se résume donc en trois temps : investir dans l’éducation, investir dans la recherche et le développement, investir dans les secteurs d’avenir. C’est de cette manière que nous allons créer de bons emplois bien rémunérés pour le Québec des 30 prochaines années.


UNE VÉRITABLE VISION ÉCONOMIQUE POUR LE QUÉBEC


Notre vision économique pour le Québec ne s’est pas bâtie sur le coin d’une table. Elle s’est construite par la base, par l’intermédiaire des circonscriptions et des régions, afin de prendre en compte les intérêts de l’ensemble du Québec.


Les libéraux se présentent comme le parti de l’économie, mais leurs politiques les rendent responsables du tiers de la dette et du fiasco historique de la perte de 40 milliards de dollars par la Caisse de dépôt et placement. Quant aux caquistes, leur plan sent l’improvisation à plein nez. Ils font des promesses irresponsables qui gonfleraient les dépenses publiques de 3,6 milliards de dollars. Nous nous sommes engagés à ne pas augmenter les dépenses au-delà de un milliard sur cinq ans.


Nous avons fait le ménage dans les finances publiques dans les années 90. Nous sommes le parti du déficit zéro et de la responsabilité fiscale.


Le 4 septembre, ce sera aux Québécois de choisir entre notre vision responsable, les promesses irréalistes des caquistes et le bilan peu reluisant des libéraux.


 

Sur le même sujet

Péladeau doit vendre ses actions de Québecor, dit Legault

09/03/2014

Le chef de la CAQ a fourbi ses armes et a carrément remis en question l'indépendance de l'empire médiatique.

L'événement le plus médiatisé de 2012 au Québec est...

Mis à jour le 19/12/2012

L'élection d'un gouvernement minoritaire péquiste a été la nouvelle la plus ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Résultats en hausse, fractionnement de l'action: Apple surprend

16:58 | AFP

Apple a dévoilé bénéfice net pour le 2e trimestre en hausse de 7,1% à 10,22 G$US, ...

Conseil des ministres: Philippe Couillard place des médecins aux postes clés

La profession médicale est désormais aux commandes du Québec, alors que les trois ...

GE allongerait 13 milliards pour la Française Alstom

Il y a 11 minutes | Dominique Beauchamp

Le conglomérat General Electric discute pour acquérir le géant de l’énergie et des trains Alstom pour 13 milliards