Entrepreneurs, soyez différents!

Publié le 12/10/2017 à 13:34

Entrepreneurs, soyez différents!

Publié le 12/10/2017 à 13:34

[123RF]

C’est lors de mes études au secondaire que j’ai commencé à sentir la pression de performer. Ce n’était pas mes parents qui me mettaient cette pression afin que j’aie les meilleures notes possible, c’était plutôt la société en général qui demandait la perfection en tout temps.


Pendant que la plupart de mes amis avaient de bonnes notes, moi, de mon côté, je préférais le sport et la vie sociale.


Les années passèrent et j’ai retrouvé la même pression à la fin du CÉGEP. Pour accéder à la plupart des domaines d’études universitaires, il fallait conserver, tout au long de ses études collégiales, une certaine moyenne générale qui te permettait de rester dans les bonnes grâces du système et, bien sûr, de rentrer dans une case qui te définissait.


Malheureusement, ou heureusement pour moi, je ne suis jamais rentré dans une case. J’étais soit trop curieux, pas assez concentré, ou pas assez intéressé.


Puis, quelques années plus tard, j’ai découvert un univers de possibilités. Un monde où peu importe son passé, voire même son présent, tout était possible.


Ça fait cinq fois cette année que je me déplace en France afin d’y préparer notre lancement. Cinq fois que je visite la France avec la même obsession d’y réussir. Chaque fois que j’y retourne, je réalise l’immense avantage que j’ai d’être différent et de justement ne pas rentrer dans une de ces cases.


Pour tout vous dire, je me suis longtemps posé la question. Qui suis-je? D’un père français et d’une mère québécoise, on me reprochait mon accent des deux côtés de l’océan. Étais-je Français? Étais-je Québécois? Je me suis longtemps posé la question jusqu’au jour où j’ai réalisé qu’être «hybride», c’était ma plus grande force.


Après tout, quel avantage exceptionnel que d’avoir été élevé dans deux cultures, deux univers totalement différents.


Le constat me saute encore plus aux yeux depuis que nous entreprenons à l’étranger, spécialement en France, pays que je connais extrêmement bien.


Je réalise que la grande majorité des entrepreneurs que je rencontre, ici et ailleurs, acceptent de vivre dans des normes préétablies historiquement. Celles-ci les empêchent d’avancer autant qu’ils ne le devraient, et leur permettent de vivre dans un certain confort artificiel.


L’entrepreneur est une espèce bien spéciale. Pendant que l’immense majorité d’entre nous est à la recherche de sécurité et de stabilité dans notre quotidien, l’entrepreneur décide plutôt de se lancer dans le vide.


C’est finalement cette folie qui fait en sorte que certains réussissent en affaires. Pour tout entrepreneur, l’idée de ne pas accepter le statu quo, l’idée de ne pas être d’accord avec «l’évidence» et de tout remettre en question devrait être une sorte de leitmotiv.


J’écris cette chronique, car j’aurais aimé la lire quand j’étais aux études. J’écris cette chronique pour tous ceux qui sentent qu’être différents est un désavantage plutôt que le contraire. J’écris cette chronique pour que certains réalisent que de ne pas faire comme les autres, ce n’est pas nécessairement mal faire.


Bien sûr qu’il y a certaines règles de base à respecter en affaires, mais la porte est grande ouverte afin de pouvoir vous exprimer et travailler de la manière qui vous rend heureux et efficace, pas de la même façon que tout le monde.

À propos de ce blogue

Je me suis lancé en affaire sans trop savoir ce que c’était. Je suis devenu un entrepreneur sans aucune idée de l’aventure dans laquelle je me lançais. Je suis maintenant le dirigeant d’une entreprise qui a le vent dans les voiles. Après avoir complété mon baccalauréat en science politique à l’Université de Montréal et surtout après avoir vécu une première expérience catastrophique en affaire (dans l’univers de la restauration), j’ai décidé de me lancer dans la production de vodka… sans trop savoir ce que je faisais ! À travers ce blogue, je vais vous amener dans les coulisses de l’entrepreneuriat, dans l’antichambre du succès. Une réalité partagée par des milliers de jeunes et moins jeunes entrepreneurs, une réalité qui gagnerait à être partagée !

Sur le même sujet

Cinq expatriés saluent la culture entrepreneuriale du Québec

Édition du 09 Décembre 2017 | Matthieu Charest

Selon l'indice entrepreneurial du Réseau M, 17,5 % des immigrants ont déjà entamé des démarches ...

Rien à perdre, tout à apprendre

Édition du 09 Décembre 2017 | Jean-François Venne

Le gouvernement québécois a beaucoup mis l'accent sur la promotion de l'entrepreneuriat auprès des jeunes ces ...