Ce que mes 10 ans en affaires m'ont appris

Publié le 03/01/2018 à 10:18

Ce que mes 10 ans en affaires m'ont appris

Publié le 03/01/2018 à 10:18

Photo: 123rf.com

L’année 2017 a été très symbolique pour moi à plusieurs égards. Deuxième enfant, 6 mois de rénovations dans une nouvelle maison, signature de partenariats historiques, nouveaux marchés… Je fêtais également ma dixième année en affaires. Ouf! J’ai fini l’année tellement fatigué que j’aurais cru que ça faisait 50 ans.


Loin de me plaindre, je dois cependant avouer que vivre la pédale au fond pendant autant d’années laisse des marques. Je me rappelle de cette journée de décembre 2006 où, suite à l’échec de mon restaurant, j’ai décidé de me retrousser les manches et de me lancer dans une nouvelle aventure sans rien n’y connaître du milieu. Produire de la vodka au Québec était aussi logique que de produire du sirop d’érable à mes yeux, j’ai donc décidé de foncer. 


Je ne peux pas dire que ça été un long fleuve tranquille. Un peu comme pas mal toutes les histoires entrepreneuriales que je connais, le chemin à été plus que chaotique, mais ô combien formateur.


J’ai déjà hâte à mes dix prochaines années en affaires, mais avant tout, voici ce que j’ai appris de mes 10 premières.


La patience est notre meilleure alliée


Comme dit le rappeur Manu Militari dans sa chanson Voix de fait, «c’est la patience qui mène à la jouissance».


Il ne pouvait pas aussi bien dire. Ironiquement, quand on se lance en affaires, on a comme seule obsession de foncer à vive allure et de tout faire sauf attendre. Au fil du temps, j’ai réalisé qu’une petite impatience pouvait ruiner un grand projet. La folie du début doit toujours rester, cependant, l’expérience nous démontre que réussir est un marathon, pas un sprint.


Mieux vaut prendre son temps et respecter un rythme qui nous mène à la ligne d’arrivée plutôt que de démarrer en lion et manquer de «gaz» à quelques mètres de l’objectif.


S’entourer des meilleurs


Ce que j'ai préféré quand j’ai participé à un programme sport-études, c’était nos voyages annuels aux États-Unis. Au cégep, nous étions l’une des meilleures équipes de basketball du Canada, mais une fois la frontière du sud franchie, nous n'étions même pas dans le top 100 de l’état du Vermont!


Jouer contre des équipes bien meilleures que nous était à mes yeux une occasion en or d’apprendre et de grandir en tant que joueur et en tant qu’équipe.


Quand certains riaient de nous après une cuisante défaite, je voyais le tout plus comme une expérience qu’un échec. En affaires, la similitude est frappante. J’ai rapidement reproduit ce que j’avais appris dans le sport.


S’entourer de meilleurs que soi dans certains domaines précis(en comptabilité, marketing, gestion des ressources humaines…) et bâtir une équipe étoile autour de soi est le début du chemin vers le succès.


Avoir soif d’apprendre


Je le dis souvent, la curiosité est l’atout le plus important pour toute personne voulant se lancer en affaires.


La plupart des grandes innovations ont été faites par des personnes ayant des yeux grands ouverts et l’esprit libre de croire aux idées folles telles que mettre des roues sous une valise, de faire un trou dans le mur d’un établissement de restauration rapide ou de vendre des meubles en pièces pour qu’ils puissent bien rentrer dans un coffre de voiture.


Un bon entrepreneur est un généraliste, pas un spécialiste. Je préfère de loin savoir 1% de 100 sujets différents que 100% d’un seul sujet. La curiosité et la soif d’apprendre sont indispensables à sortir des chemins battus et à devenir une référence en affaires. 

À propos de ce blogue

Je me suis lancé en affaire sans trop savoir ce que c’était. Je suis devenu un entrepreneur sans aucune idée de l’aventure dans laquelle je me lançais. Je suis maintenant le dirigeant d’une entreprise qui a le vent dans les voiles. Après avoir complété mon baccalauréat en science politique à l’Université de Montréal et surtout après avoir vécu une première expérience catastrophique en affaire (dans l’univers de la restauration), j’ai décidé de me lancer dans la production de vodka… sans trop savoir ce que je faisais ! À travers ce blogue, je vais vous amener dans les coulisses de l’entrepreneuriat, dans l’antichambre du succès. Une réalité partagée par des milliers de jeunes et moins jeunes entrepreneurs, une réalité qui gagnerait à être partagée !

Nicolas Duvernois

Sur le même sujet

Le secret du succès du Starbucks Germain-des-Prés

BLOGUE INVITÉ. L’entreprise de Seattle encourage les initiatives qui permettent de créer une relation avec les clients.

À la une: quand la finance investit dans la finance

Édition du 22 Septembre 2018 | Les Affaires

Le dernier numéro de Les Affaires est là! En manchette, quand la finance investit dans la finance.