Malgré la fin du monde éminente...

Publié le 17/12/2012 à 13:58, mis à jour le 17/12/2012 à 14:56

Malgré la fin du monde éminente...

Publié le 17/12/2012 à 13:58, mis à jour le 17/12/2012 à 14:56

Par Michel Marcoux

BLOGUE. En finances personnelles, les fins d’année peuvent se ressembler si de façon systématique on fait un bilan et si on revoit ses stratégies d’investissement. Quelques petites modifications judicieuses à nos habitudes d’épargne suffisent parfois pour faire une grosse différence sur le capital accumulé à la retraite. Voici quelques-uns des aspects à considérer pour vos résolutions 2013.


Implantation d’un PIP


Il faut prendre le temps de réfléchir à ce que vous voulez accomplir avec votre portefeuille de placement. C’est pour cette raison que je suggère en premier lieu la mise en place d’un plan d’investissement personnel (PIP). Le PIP consiste en l’élaboration d’une stratégie d’investissement à long terme en fonction de vos besoins personnels.


Un plan bien établi permet de vous rappeler vos priorités financières. L’aspect émotif n’est jamais très loin des décisions prises par l’investisseur, et le PIP est un outil qui permet de mettre de côté les émotions et de s’appuyer sur des objectifs personnels réfléchis et rationnels.


Opter pour les achats périodiques


Les achats périodiques constituent une façon intelligente d’épargner. Premièrement, ils vous « obligent » à investir en prélevant directement dans votre compte la somme que vous avez déterminée. Il s’agit donc d’une façon de contrer la désépargne. Deuxièmement, cette stratégie évite à l’investisseur de choisir lui-même le moment propice où investir et permet ainsi de mettre de côté l’aspect émotif. En optant pour cette stratégie, vous réduisez les risques de vouloir trop investir dans les marchés « chauds », tout en continuant à investir quand les marchés sont moroses et peu attirants.


Ne pas considérer le court terme


Les investisseurs qui réagissent en fonction des rendements obtenus par certains fonds au cours des 12 derniers mois courent nécessairement à leur perte. Il faut généralement conserver ses produits financiers en fonction du long terme : plus de 5 ans... Une étude américaine réalisée en 2004 par la firme de recherche Dalbar montre que les investisseurs qui pratiquent de la synchronisation au marché – changer constamment de fonds en se basant sur les rendement récents – obtiennent un rendement annuel moyen de -3,29 % pour les 20 années précédant l’étude.


Compter sur le REER et le CELI


Ces véhicules constituent toujours les outils les plus efficaces pour se bâtir un capital pour la retraite. Rappelons que les sommes placées à l’intérieur du REER et du CELI offrent des avantages fiscaux importants.


L’idéal est d’utiliser pleinement les droits de cotisation et d’épuiser si possible les droits inutilisés.


Simplifier


Enfin, un conseil que l’on entend souvent, mais qui est trop souvent incompris : répartir ses avoirs entre un grand nombre d’institutions financières n’augmente pas la diversification de votre portefeuille, mais contribue plutôt à embrouiller votre situation financière. En recevant deux, trois, quatre états de compte, et même plus, il est impossible de suivre correctement l’évolution de ses finances. Ma suggestion est d’opter pour un seul conseiller financier en qui vous avez confiance. En ayant un seul conseiller, celui-ci sera en mesure, avec vous, de définir plus précisément votre situation financière, et votre portefeuille s’en portera mieux.


Michel Marcoux est conseiller financier spécialisé en fonds communs de placement et mandat privée et auteur de nombreux guides sur les finances personnelles.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Bombardier : l'art de gagner du temps

Au minimum Bombardier trouve un moyen de faire patienter les investisseurs et leur donnent une nouvelle raison d'espérer

Bourse: Transforce soulève Toronto, Amazon coule New York

25/07/2014 | LesAffaires.com et AFP

Les Bourses canadienne et américaine ont pris des directions opposées. Tandis que les résultats ...

Ottawa est assis sur plus de 730 millions $ non réclamés par les contribuables

Ottawa est assis sur plus de 730 millions $ de remboursements d'impôt et de chèques du gouvernement non ...