L'offre du banquier est-elle acceptée ou refusée?

Publié le 25/06/2012 à 10:28

L'offre du banquier est-elle acceptée ou refusée?

Publié le 25/06/2012 à 10:28

Par Michel Marcoux

Le Mouvement Desjardins a fait couler beaucoup d’encre cette semaine lorsqu’on a annoncé l’émission la plus importante de l’histoire de la coopérative qui pourrait atteindre jusqu’à 1,2 milliard de dollars. Cette mesure a été mise en œuvre afin d’amasser du capital pour respecter les nouvelles règles internationales misent en place après la plus récente crise financière. Desjardins promet à ses membres un rendement maximal de 4,25% sur des parts de capital du groupe financier. Par contre, est-ce que cette offre s’avère réellement avantageuse pour les investisseurs.


Premièrement il faut mentionner que le rendement possible se situera en fait entre la moyenne des taux d’intérêt des obligations du gouvernement du Canada de cinq ans (actuellement autour de 1,25%) et sera au maximum de 4,25%. Celui-ci n’est d’ailleurs pas garanti et sera déterminé sur une base annuelle. Déjà on voit que les profits possibles ne sont pas aussi intéressants que plusieurs investisseurs ne le croyaient. Puisque qu’on aborde le sujet des rendements, ces derniers seront considérés comme de l’intérêt et seront donc imposable à 100%. Une autre faiblesse quand on compare cette offre de Desjardins à d’autres produits qui produisent des gains en capital ou de dividendes, qui eux sont imposés qu’en partie seulement.


Autre facteur important à considérer est la liquidité du produit. La seule façon de revendre ces parts de capital est sur le fonds fiduciaire (un peu comme une bourse privée) qui sera mis en place par Desjardins. Cela peut rendre la revente ardue.


On peut donc conclure que ce produit est concurrentiel, mais sans plus. Personnellement j’opterais pour les obligations du gouvernement du Canada puisqu’elles sont moins risquées et offrent une grande liquidité. De plus, les obligations du Canada ne sont pas plafonnées à 4,25% comme c’est le cas avec Desjardins.


L’offre de Desjardins n’a rien d’intéressant vis-à-vis ce que le marché offre déjà, alors comment expliquer le succès déjà acquis de l’émission? De nombreux investisseurs n’y ont vu que du feu, 4,25 % peut paraitre intéressant, mais faut savoir lire plus que les gros titres!


 

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Procter & Gamble, ou ce qu'il faut éviter de faire de son portefeuille

24/10/2014 | Philippe Leblanc

BLOGUE. Hier matin, le géant Procter & Gamble a annoncé qu’il comptait se séparer de sa ...

Les marchés doivent-ils craindre l'Ebola?

24/10/2014 | Pierre Czyzowicz

BLOGUE. L'épidémie actuelle d'Ebola est la plus importante depuis la découverte du virus en 1976. Au-delà de la tragédie humaine, quels sont les impacts financiers et économiques?

La marche est haute pour les Québécoises BRP et Uni-Sélect

Face à leurs rivales Polaris et O'Reilly, la marche est vraiment haute pour BRP et Uni-Sélect.