Entrepreneurs : Surfez la vague!

Publié le 04/08/2014 à 10:47

Entrepreneurs : Surfez la vague!

Publié le 04/08/2014 à 10:47

[Photo : Bloomberg]

Le texte qui suit est signé par Laurent Maisonnave, qui a fondé Seevibes en 2011.


Pendant la période estivale, je pense souvent au bon temps passé à faire du bodyboard au bord de l’Atlantique avec mon meilleur ami. Un maillot de bain, un haut en lycra, une planche, des palmes et nous voilà partie pour des heures à plonger, nager et glisser dans l’eau salée.


Passer le mur des premières vagues demande un peu d’effort et la maîtrise de la technique du canard. Ensuite, c’est le calme plat en mer. On en profite pour reprendre son souffle et pour échanger avec ses collègues de glisse sur la météo ou les meilleurs spots de la région.


Je me souviens de cette impression que les vagues avaient toujours l’air mieux ailleurs, soit plus à droite, soit plus à gauche. Je nageais donc plus loin avec ma planche à la recherche d'un meilleur spot. À chaque fois, je me faisais la même remarque, « les vagues n’étaient pas si mal là où j’étais avant ». Pendant tout ce temps à chercher la bonne vague, je n’avais finalement pas beaucoup de sensation de glisse.


Un jour, j’ai décidé de me concentrer sur les vagues que j’avais devant moi pour en profiter un maximum. J’ai fait de belles descentes sur des petites vagues et je suis souvent tombé dans la machine à laver en attaquant de plus grosses vagues. Au final, j’ai gagné en expérience et j’ai pris de plus en plus de plaisir à surfer.


De nos jours, lancer en entreprise ne demande pas beaucoup d’équipement. Un ordinateur, un téléphone, un bureau, une immatriculation au Registre des entreprises et on est en affaires. Le plus dur est de se jeter à la mer. 


Quand on développe une compagnie au Québec, on a parfois l’impression que l’herbe est plus verte ailleurs. On regarde en Europe et on se dit que le marché francophone est dix fois plus grand. On regarde aux États-Unis, et on s’imagine conquérir un marché de 300 millions d'habitants. Pendant qu’on s’imagine ailleurs, on ne se réalise pas ici.


Si je regarde à Montréal, l’environnement n’a jamais été aussi favorable : accélérateurs d’entreprises; fonds d’investissement; crédit d’impôt recherche et développement; maison du Web; et même l’hôtel de ville à Montréal qui se dote d’un bureau du numérique.


À tous ceux qui veulent entreprendre dans les technologies, je conseillerais de ne pas utiliser la technique de l’autruche en attendant qu'une grande vague les emporte vers le succès. Entrepreneurs, c’est le bon moment, surfez la vague !




À propos de Laurent Maisonnave


Laurent Maisonnave est pdg de Seevibes, une start-up montréalaise qui offre une service de mesure de l’audience sociale à la télé. Sur Twitter: @zelaurent


 

À propos de ce blogue

Dédié à l’écosystème de start-ups québécois, ce blogue accueille des billets rédigés par ceux qui sont dans le feu de l’action. Nouvelles technologies, capital de risque et entrepreneuriat font partie des thèmes abordés par ses contributeurs. Si vous souhaitez y contribuer, envoyez un courriel à julien.brault@tc.tc

Sur le même sujet

À la une: construit-on trop de tours à bureaux au centre-ville de Montréal?

Édition du 22 Septembre 2018 | Les Affaires

Le dernier numéro de Les Affaires est là! En manchette, les 300 plus importantes PME du Québec.

Le goût d'entreprendre a triplé depuis 10 ans

06/11/2018 | François Normand

L'entrepreneuriat a fait des progrès depuis 2009. Il y a toutefois des enjeux par rapport aux hommes et aux immigrants.