ĂŠtes-vous fait pour l'entrepreneuriat collectif ?

Publié le 12/11/2012 à 09:40, mis à jour le 12/11/2012 à 09:47

ĂŠtes-vous fait pour l'entrepreneuriat collectif ?

Publié le 12/11/2012 à 09:40, mis à jour le 12/11/2012 à 09:47

BLOGUE. Ma récente participation à l'évènement «Entreprendre ici Lotbinière» m'a fait découvrir l'entrepreneuriat collectif. En fait, j'en avais déjà entendu parler à plusieurs reprises, mais jamais je ne m'étais arrêtée pour mieux comprendre cet univers passionnant.


C'est plus précisément en lisant le profil du panéliste André Morin, directeur général de la Coopérative de solidarité de services à domicile de Lotbinière, que j'ai eu le goût de me renseigner sur le sujet.


À mon retour à Québec, j'ai demandé un rendez-vous au directeur général de la Corporation de développement économique communautaire de Québec (CDÉC), Jacques Beaudet.


Je vous partage des faits généraux et réalités que je retiens parmi plusieurs qui ont été mentionnés lors de l'entrevue et de mes lectures. Ils vous inspireront certainement et vous donneront un meilleur aperçu de ce bel univers.


Les voici :


Le taux de survie des entreprises collectives


Les entreprises collectives naissent d'un besoin exprimé par la population. Vous pouvez lire sur le site du Conseil québécois de la coopération et de la mutualité (CQCM) une statistique très intéressante sur ce point : les coopératives présentent un taux de survie nettement plus élevé que les entreprises traditionnelles, et ce après cinq ans (62 % vs 35 %) ou dix ans (44 % vs 20 %).


Un membre / Un vote


Dans une entreprise collective, chaque membre a un seul droit de vote peu importe le nombre de parts sociales qu'il possède. Dans les rencontres, les personnes présentes peuvent donc apporter leur point de vue sur le sujet discuté. Ça demande une grande ouverture d'esprit, car vous aurez à faire face à plusieurs avis qui peuvent être différentes de la vôtre. Vous serez donc amené à échanger avec les autres et les décisions seront axées sur l'intérêt de l'entreprise et non sur nos intérêts personnels. Prenons, par exemple, une entreprise collective qui a de la difficulté à boucler son budget. Au lieu de fermer, elle prendra une décision plus globale comme celle de réduire des heures à tous les employés.


Votre idée d'entreprise appartient à la collectivité


Lorsqu'un entrepreneur a une id&eacu te;e pour démarrer une entreprise il doit dans un premier temps décider de la formule légale que prendra cette entreprise. S'il décide de mettre sur pied une entreprise collective (entreprise à but non lucratif ou coopérative), il devra trouver au moins trois personnes intéressées qui formeront le premier conseil d'administration de ladite entreprise. À partir de ce moment-là l'idée appartient à la collectivité et c'est cette dernière qui la développera. D'avoir plusieurs personnes autour de la table permettra d'aller chercher différentes expertises ce qui ne peut qu'être bénéfique pour l'entreprise. En contrepartie cela demande plus d'écoute de la part de chacun et de regarder ce qui est le mieux pour l'entreprise et non pas pour nous. Un proverbe dit : que seul nous allons plus vite, mais qu'ensemble nous allons plus loin, ceci s'avère tout à fait juste pour les entreprises collectives. En résumé, si je suis l'entrepreneur qui a amené l' idée du départ, que j'ai décidé de la développer sous la forme d'une entreprise collective, l'idée ne m'appartient plus. Si je ne suis pas content du développement que cela prendra je n'aurai qu'un choix, celui de partir et laisser les autres continuer le développement à leur façon. Donc de là l'importance au départ de bien analyser les avantages et inconvénients de chacune des formules possible pour le démarrage d'une entreprise : travailleur autonome, entreprise d'économie libérale (entreprise privée), entreprise d'économie sociale (entreprise à but non lucratif ou l'une des formules coopératives).


L'entrepreneuriat collectif est un tremplin pour la relève


L'implication des jeunes dans une entreprise collective leur permettra de développer leurs aptitudes entrepreneuriales, le travail d'équip e, la prise de décision etc. Afin de permettre à nos jeunes de prendre de l'expérience directement sur le terrain il y a différentes possibilités, nous pouvons penser entre autre aux Coopératives jeunesses de service, les Jeunes entreprises, la Fondation Canadienne des jeunes entrepreneurs etc. En plus certaines organisations ont créé un poste de jeune administrateur-observateur. Ce poste permettra à une jeune personne de siéger sur un conseil d'administration et ainsi d'apprendre le fonctionnement de ces entreprises en côtoyant des personnes d'expérience.


L'aide gouvernementale n'est pas la principale source de revenus


Les entreprises collectives comme n'importe quelle entreprise doivent offrir des services ou des produits de qualités et développer leur marché si elles veulent faire leur place dans le monde des affaires. Elles devront comme tout le monde payer leurs employés, leur locaux, les assurances, la publicité etc. Il existe effectivement différents programmes gouvernementaux pour venir en aide aux entreprises collectives, mais il en existe tout autant pour soutenir les entreprises privées. J'ai eu souvent l'impression que les entreprises collectives ne vivaient que de subventions, c'est pour moi rassurant de savoir que cette idée n'était pas fondée. Le Chantier de l'économie sociale nous apprend qu'il existe au Québec 7 000 entreprises d'économie sociale qui ont un chiffre d'affaires de 17 milliards c'est-à-dire plus de 8% du PIB.


Les entreprises traditionnelles et collectives sont différentes mais ont des choses à apprendre l'une de l'autre


Les entreprises collectives fondent leurs activités sur les principes de la participation, de la prise en charge et de la responsabilité individuelle et colle ctive. Les entreprises traditionnelles peuvent également avoir un côté social très développé, mais leur objectif premier est le rendement sur leur investissement personnel. Ces entreprises n'auraient-elles pas à apprendre des choses l'une de l'autre, au lieu de seulement regarder les défauts de l'autre?


Et vous ? Qu'est-ce qui vous marque le plus dans l'entrepreneuriat collectif ?


••••••••••••••••••••••••• 


Ce blogue a pour but de vous faire découvrir différentes facettes de l'entrepreneuriat. 


Entrepreneure passionnée, Kim Auclair a développé, au fil des ans, une riche expérience dans le domaine du Web. Elle a créé entre autres, en 2005, MacQuébec, une communauté d'utilisateurs de produits Apple au Québec. Elle gère actuellement Niviti, une entreprise de services-conseils en animation de communauté web pour les décideurs d'entreprise.


•••••••••••••••••••••••••


Désirez-vous en savoir plus sur la création, animation et gestion de communautés Web ? Je vous invite à consulter le blogue de mon entreprise, Niviti . Vous pouvez également échanger avec moi sur Twitter : @kimauclair

À propos de ce blogue

Entrepreneure passionnée, Kim Auclair a développé au fil des années une riche expérience dans le domaine du Web. Elle a créé entre autres, en 2005, MacQuébec, une communauté d'utilisateurs de produits Apple au Québec. Elle est actuellement présidente chez Niviti, une entreprise de services-conseils en création, animation et gestion de communauté Web pour les décideurs d'entreprise. Ayant pour but de vous faire découvrir différentes facettes de l'entrepreneuriat, Kim Auclair apporte, au travers de ce blogue, ses réflexions et opinions sur l'entrepreneuriat, le web et le mentorat.

Kim Auclair
Réagissez à cet article
 commentaires

Blogues similaires

DĂ©velopper son influence

Je vous partageais la semaine passée sur Twitter des bribes de la formation* à laquelle j’ai ...

Devriez-vous larguer Twitter?

Le SPVM a fait les manchettes cette semaine avec l’annonce de son retrait temporaire de la plateforme Twitter (@SPVM)…

Fonds de solidarité: quand le service à la clientèle commence par le respect du client

06/12/2013 | Jacques Nantel

Comme des milliers de Québécois, je possède une partie de mon REER dans le Fonds de ...