Transiger des FNB sans commissions c’est bien, mais attention!

Publié le 23/09/2016 à 12:59

Transiger des FNB sans commissions c’est bien, mais attention!

Publié le 23/09/2016 à 12:59

Banque Nationale Courtage direct (BNCD) a annoncé récemment l’abolition des commissions pour les transactions d’au moins 100 parts sur les fonds négociés en bourse (FNB) canadiens. C’est une bonne nouvelle et une suite logique de la promotion que ce même courtier avait faite plus tôt cette année.


Il était déjà possible de transiger certains FNB gratuitement avec quelques courtiers à escompte, soit Qtrade, QuesTrade, Scotia iTrade, Virtual Brokers et ShareOwner. Toutefois, BNCD devient le premier courtier à escompte au Canada à offrir cet avantage avec aussi peu de conditions.


Le courtage à escompte est une excellente façon de réduire les coûts liés à la gestion de portefeuille et combiner des produits à faible coût comme des FNB à une plateforme transactionnelle peu couteuse est doublement gagnant pour l’investisseur.


Toutefois, il faut savoir utiliser ses plateformes judicieusement. L’allocation d’actif de votre portefeuille, le choix des titres et le style de gestion sont encore bien plus importants que les frais de transactions, surtout pour un investisseur à long terme.


Avec la possibilité de faire des transactions gratuitement, plusieurs investisseurs seront tentés de multiplier les transactions afin de prévoir les variations des marchés à court terme. C’est à mon avis, le plus grand risque lié à l’abolition des commissions sur les FNB. Les frais de transaction ne sont pas les seuls frais à considérer lors d’une transaction. Bien souvent, l’écart entre le cours acheteur et vendeur, ou entre le prix d’exécution et la juste valeur d’un FNB, est un frais bien réel qui surpasse de beaucoup le coût d’une transaction à 10$.


Négocier des FNB peut paraître simple, et ce l’est pour les quelques FNB les plus liquides. Mais avec la multiplication des FNB, des stratégies et des classes d’actifs disponibles, construire un bon portefeuille est de plus en plus complexe.


N’hésitez pas à m’écrire si vous avez des questions sur les FNB ou si vous aimeriez que j’aborde un sujet particulier dans ce blogue.


À propos de ce blogue


Ian Gascon est président de Placements Idema (www.idema.ca), un gestionnaire de portefeuille qui propose des solutions de placements personnalisées, à faible coût et utilisant des fonds négociés en bourse (FNB). « Les FNB démystifiés » est le premier blogue francophone dédié aux fonds négociés en bourse au Canada. Suivez-nous aussi sur Twitter et facebook.

À propos de ce blogue

Ian Gascon est président de Placements Idema (www.idema.ca), un gestionnaire de portefeuille qui propose des solutions de placements personnalisées, à faible coût et utilisant des fonds négociés en bourse (FNB). «Les FNB démystifiés» est le premier blogue francophone dédié aux fonds négociés en bourse au Canada et Placements Idema est la première société au Canada à avoir lancé un service en ligne de gestion de portefeuille, maintenant mieux connu sous le terme «robot-conseiller».

Ian Gascon

Sur le même sujet

Vos FNB vous réservent-ils une mauvaise surprise?

Édition du 10 Novembre 2018 | Hélène Gagné

EXPERTE-INVITÉE. Les fournisseurs d'indices S&P Dow Jones Indices et MSCI apportent cette année des modifications ...

Concevoir un portefeuille de FNB, un art

Édition de Novembre 2018 | Pierre Théroux

Comment démarrer de la base et apporter graduellement de la complexité à son portefeuille ?Un fonds négocié en ...

Blogues similaires

Le secret de la réussite en Bourse

Édition du 20 Juin 2015 | Bernard Mooney

BLOGUE. Il y a deux semaines, j'ai annoncé aux dirigeants de Les Affaires que cette chronique serait ma dernière. Il ...

Sortir du bois ou entrer dedans ?

Édition du 13 Octobre 2018 | François Pouliot

CHRONIQUE. Il y a de l'action en forêt. Depuis la mi-septembre, plusieurs titres forestiers sont sous pression.

Chute du pétrole: il ne faut pas crier au loup

Mis à jour le 09/11/2018 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Aux dires de deux experts, le déclin record du pétrole n'envoie pas de signal économique.