Miner des cryptomonnaies pour les enfants réfugiés

Publié le 30/04/2018 à 12:28

Miner des cryptomonnaies pour les enfants réfugiés

Publié le 30/04/2018 à 12:28

En près d'une heure, 64 000 «hashes» sur Monero. (thehopepage.org)

Et si vous acceptiez que votre ordinateur soit cryptojacké par pure charité?


Car, en quelques clics, l’Unicef peut transformer votre navigateur web en mine de cryptomonnaies. Une machine à jetons pour récolter les dons.


Le Fonds pour l’enfance des Nations unies vient en effet de lancer la HopePage. «En étant simplement présent» sur cette page internet, il est possible de venir en soutien aux réfugiés Rohingyas, ces Birmans de religion musulmane exilés, fait valoir l'organisme.


Une flambée de violence au Myanmar a forcé 400 000 enfants à fuir leur foyer et à chercher refuge au Bangladesh voisin. «Les gens traversent jour et nuit. Vous voyez des enfants qui n'ont pas dormi depuis des jours, ils sont faibles et affamés,ils ont besoin de soins spéciaux et de protection», insiste l’Unicef.


Le site thehopepage.org vous demande alors simplement d’utiliser le processeur de votre ordinateur afin de résoudre des calculs algorithmiques. Il s’agit de «cloud mining», de minage décentralisé, c’est-à-dire sans devoir installer de logiciel dédié sur votre machine.


Une fois l’autorisation donnée à la page, vous pouvez jauger la puissance de calcul partagée (entre 20 et 80%). Ensuite, plus vous resterez, plus vous générerez des fragments de piécettes numériques qui seront automatiquement versés à Unicef Australia.


«Le minage est parfaitement sécurisé», rassure l’organisation internationale.


Les cryptomonnaies produites seront échangées contre des devises à cours légal pour financer l’approvisionnement en eau, en nourriture et en médicaments des groupes d’enfants maintenus dans les camps bangladais.


Le fonds de l'Onu n'en est pas à son coup d'essai dans le monde de la crypto.


Citons le projet Chaingers qui demandait déjà aux gamers de miner pour venir en aide aux enfants syriens ou encore le programme de financement pour start-ups proposant des solutions basées sur la chaîne de blocs ( Lire La blockchain au profit de l'humanité).



Mineur intégré


Non initié au monde de la crypto, vous vous demandez peut-être quel prodige informatique se cache derrière cette action humanitaire. L’Unicef recourt à un mineur intégré au site web, via une interface de programmation applicative (API) en JavaScript, Coinhive pour ne pas la nommer.


Cette dernière intervient sur la blockchain Monero, dont la monnaie numérique du même nom, Monero (XMR), réputée pour son anonymat et l’intraçabilité de ses transactions, pèse actuellement 3,8 milliards de dollars américains, à 243$US l’unité.


Solution développée en alternative aux micropaiements mais aussi pour le versement de récompenses dans l’univers des jeux vidéo en ligne, Coinhive permet aux utilisateurs de «payer» de n’importe quel endroit connecté de la planète, confidentiellement et sans avoir à installer quoi que ce soit.


Dans les milieux de la cybersécurité, on taxe volontiers de malveillance cette API qui peut être aisément dissimulée sur un site et ainsi miner pour le compte d’un tiers sans que l’utilisateur en soit conscient.



Toutefois, à décharge de l’Unicef, si on jette un coup d’œil aux lignes 355 à 359 du code source de la HopePage, il apparaît le domaine AuthedMine. C’est la version du mineur exécutable seulement après un opt-in, un consentement préalable. L’utilisateur doit marquer son accord qui restera valable pendant une session de 24 heures.


Rentable pour l’Unicef?  


Notons au passage que des raisons techniques ont imposé le choix de Monero. Son algorithme lourd en termes de calcul et lent fonctionne sur les processeurs et les navigateurs du grand public.


Il faut dire que pour devenir financièrement intéressante, HopePage doit attirer de très nombreux utilisateurs et pendant de longues périodes.


De mon côté, 58 minutes après le lancement, le compteur affiche 64 159 «hashes» qui seront rémunérés selon une formule conventionnelle (le nombre de résolutions divisé par la difficulté du réseau et la récompense moyenne du bloc, de 4,77 XMR). Bref, 0,0000048 XMR par million de hachages.


«Avec seulement 10-20 mineurs actifs sur votre site, vous pouvez vous attendre à un revenu mensuel d'environ 0,3 XMR (~ 73 $)», détaille Coinhive, qui prélève 30% en tant que frais de gestion, un taux fixe contrairement à un pool minier traditionnel.


À l’heure d’écrire ces lignes, plus de 2000 personnes avaient pris part à l’opération...


Il ne reste donc plus qu’à faire de la «HopePage votre homepage» pour donner chaque jour sans compter, invite l’Unicef.


 

À propos de ce blogue

Une nouvelle ruée vers l’or, numérique cette fois? Une arnaque, un piège sans fonds? Le débat s'est intensifié fin 2017 alors que la valeur des «monnaies virtuelles» a rapidement passé le cap des 200 milliards de dollars. De la blockchain aux kitties, en passant par le bitcoin, qui ne voudrait pas exploiter ces filons technologiques? Mine de rien est un blogue qui cherche les pépites de l’info dans le monde de la crypto.

François Remy